Suite à la récente attaque des forces israéliennes dans la ville de Nabulus, des militants palestiniens affirment que Meta Inc, la société mère de Facebook et Instagram, a été impliquée dans la censure numérique des messages liés aux Palestiniens, en particulier à propos de l’assassinat des figures de la résistance palestinienne Ibrahim al- Nabulsi.

Ibrahim al-Nabulsi, haut commandant des Brigades des martyrs du Fatah d’al-Aqsa, aurait été tué le 9 août par les forces israéliennes lors d’une attaque dans la ville occupée de Nabulus, en Cisjordanie, et de l’échange de tirs qui a suivi avec Islam et Sobhi et Hussain Jamal Taha.

Plusieurs journalistes et militants palestiniens qui ont partagé des photos et des vidéos de Nabulsi après sa mort ont admis que leurs publications avaient été restreintes sur diverses plateformes de médias sociaux gérées par Meta.

Ils ont déclaré qu’Instagram et Facebook avaient supprimé et censuré les photos des martyrs et de leurs familles, tout contenu mentionnant Nabulsi, Sobhi et Tatham, et le contenu pleurant leur mort juste après la diffusion de la nouvelle de leurs meurtres.

La vidéo montrant la mère de Nabulsi s’adressant à la foule et portant le corps de son fils lors de ses funérailles faisait partie des messages censurés par Meta.

Sada Social, un groupe de défense des droits des médias sociaux, a rapporté que la suspension par Meta du contenu et des comptes palestiniens sur les médias sociaux cible principalement les journalistes et les militants basés en Cisjordanie occupée et à Jérusalem.

Le rapport montre qu’au moins 75 comptes d’activistes et de journalistes ont été interdits et supprimés sur diverses plateformes de médias sociaux, notamment Facebook, Instagram, Tiktok et Twitter, dans les 24 heures suivant la mort de Nabulsi sans raison apparente.

La coordinatrice des médias chez Sada Social, Nidaa Bassoumi, a ajouté que Meta a un « double standard » dans la mise en œuvre de la censure numérique, comme en témoignent les vidéos des troupes israéliennes les montrant attaquant Naplouse et tuant des Palestiniens sans censure.

Selon Bassoumi, la pratique de Meta consistant à limiter les références à diverses figures et concepts liés à la résistance palestinienne au motif de « violation des normes communautaires » dure depuis longtemps. Bassoumi a expliqué que cela s’est produit depuis que le gouvernement israélien et les principales plateformes de médias sociaux, dont Facebook, ont accepté de contrôler le contenu lié aux Palestiniens en 2016.

Sada Social a noté qu’il y a eu au moins 425 violations numériques contre le contenu palestinien sur les réseaux sociaux au cours du seul premier semestre 2022.

ARTICLES SIMILAIRES