{Exalté est celui qui a emmené son serviteur de nuit d’al-Masjid al-Haram à al-Masjid al-Aqsa, dont nous avons béni l’environnement, pour lui montrer nos signes. En effet, Il est l’audition, la vision.} (Coran 17: 1)

Il m’a été difficile d’exprimer mes sentiments sur la Palestine ces jours-ci. Dans l’assaut des images graphiques et des vidéos, les appels directement des Palestiniens et le travail inlassable des militants, je ne veux pas avoir l’air de sauter sur une tendance ou de prétendre parler au-dessus de ceux qui souffrent vraiment. .

Au lieu de cela, j’ai réfléchi.

Aidez-nous à mettre fin au Ramadan avec 1000 supporters!

Alhamdulillah, nous sommes à 900 supporters. Aidez-nous à atteindre 1000 supporters avant la fin du Ramadan. Tout ce qu’il faut, c’est un petit cadeau d’un lecteur comme vous pour nous permettre de continuer, pour seulement 2 $ / mois.

Le Prophète (SAW) nous a enseigné que les meilleures actions sont celles qui sont faites de manière cohérente, même si elles sont petites.
Cliquez ici pour soutenir MuslimMatters avec un don mensuel de 2 $ par mois. Réglez-le et collectez les bénédictions d’Allah (swt) pour le khayr que vous soutenez sans y penser.

Je suis, comme beaucoup lisent probablement ceci, un millénaire musulman élevé en Occident. Nous avons été élevés sur un mélange de conscience de la justice sociale et de la dilution de l’identité islamique en même temps, en naviguant en étant musulman et en étant en sécurité et en étant accepté et en étant toujours l’autre, tout à la fois. Mais nous tous, à un moment ou à un autre, avons connu la Palestine.

La Palestine fait partie de ma conscience musulmane depuis que je suis enfant. Je me souviens avoir … quoi, 10 ans? et voir l’image tragique et emblématique de Jamal et Muhammad al-Durra – un père protégeant son fils terrifié et hurlant d’une attaque de balles israéliennes – collée sur le tableau d’affichage de notre mosquée locale. J’ai regardé cette image de nombreuses fois à chaque fois que j’étais à cette mosquée, attendant que mon père finisse de parler aux oncles de la mosquée. Cette image a toujours été gravée dans ma mémoire. Je n’en connaissais donc pas toute l’histoire; Je n’entendis que des bribes, ici et là, murmurées entre oncles masjid, jusqu’à ce que je sois beaucoup plus âgé. En fait, je n’ai vraiment compris l’histoire complète que lorsque j’ai lu cet article, une interview avec Talal Abu Rahma, le photographe – et je me suis souvenu de l’horreur, de la tristesse et de la confusion que mon enfant de dix ans ressentait en regardant ces photos pour la première fois, la deuxième fois, la centième fois.

J’ai grandi en entendant mon père hurler des mots puissants de son minbar sur Jumu’ahs, rappelant aux musulmans la situation en Palestine et les maux horribles des colonisateurs israéliens, invoquant la malédiction d’Allah sur eux. Il n’a jamais mâché ses mots; en conséquence, j’ai été témoin des conséquences: ses vidéos postées sur MEMRI TV, les médias nous harcelant immédiatement, les appels haineux et les messages vocaux désagréables laissés sur notre répondeur à la maison, et pire – la censure d’autres musulmans, gênés par ses paroles, le jetant sous le bus publiquement aux médias et à la communauté musulmane. Après tout, s’exprimer trop durement signifiait compromettre leur popularité, leur image publique, leur financement potentiel et leurs relations confortables avec les mêmes appareils de sécurité fédéraux qui espionnaient de toute façon notre communauté.

J’ai grandi en entendant du’a pour la Palestine dans chaque khutbah de Jumu’ah, dans chaque qunoot pendant le Ramadan. le Ameen du Jamaa’ah était puissant, à chaque fois; on pleurait toujours à la mention de la Palestine, de la dévastation qui se faisait jour après jour. Et pourtant, les mêmes personnes qui dirigeaient ces masaajid et ces organisations communautaires se retournaient le lendemain et se précipitaient pour jouer gentiment avec les politiciens soutenant les Israéliens et les efforts «interconfessionnels» où la Palestine était interdite d’être mentionnée. Il y avait plus d’empressement à apaiser la méchanceté de B’nai Brith, qui surveille malicieusement chaque mention d’Israël pour ce qui convient et ne convient pas à son ordre du jour qu’il n’y avait jamais eu un sentiment de walaa ‘ et gheerah pour l’honneur des musulmans en Palestine.

Au fil des ans, Israël a volé plus de terres, assassiné plus d’hommes, de femmes et d’enfants, emprisonné des innocents, affamé plus de gens, bombardé plus d’hôpitaux et de maisons, et encore… les musulmans n’ont rien fait. Quelques protestations ici et là, peut-être; collecteurs de fonds, jusqu’à ce que ces chaînes soient fermées pour «suspicion de terrorisme», et ensuite personne ne voulait envoyer un sou par peur. Les pays musulmans ont normalisé leurs liens politiques et économiques avec Israël, les dirigeants de la communauté musulmane en Occident ont eu le culot de se lancer dans des voyages de l’ILM parrainés par les sionistes et de mendier pour un siège aux iftars de la Maison Blanche où ils ont été ridiculisés et ont dit d’accepter l’existence d’Israël. . Les musulmans ont surveillé d’autres musulmans parce qu’ils étaient «radicaux» et «extrémistes» et se sont accusés d’être des djihadistes en fauteuil simplement pour avoir parlé avec frustration de la Palestine et de l’Afghanistan et du Cachemire et de l’Irak et de la Syrie; Les musulmans ont rampé pour attirer l’attention des politiciens et les ont invités à masaajid sur Jumu’ah et ‘Eid – les mêmes politiciens qui ont constamment réitéré leur soutien à Israël et ignoré notre existence une fois élus.

Il a été fatigant de voir cela maintes et maintes fois – et de dire que c’est en soi un privilège d’être en toute sécurité soustrait à la violence quotidienne et à la dévastation de la vie palestinienne. Pendant tant d’années, on a eu l’impression que rien n’avait changé pour le mieux, que les musulmans ont été trop complaisants en étant des spectateurs sans enthousiasme.

Mais peut-être voyons-nous enfin un changement. Avec le déplacement violent des Palestiniens à Sheikh Jarrah, les attaques contre Masjid al-Aqsa au cours des dix dernières nuits du Ramadan et les massacres en cours à Gaza, nous avons également vu les médias sociaux être utilisés pour diffuser la violence au niveau de la base, bouleversant les faux récits des grands médias et des politiciens. Nous voyons les musulmans réaliser enfin que oui, la Palestine est une question religieuse – pas seulement laïque. Nous voyons des musulmans renouveler leur engagement envers le BDS, contacter des représentants politiques et démanteler activement la propagande sioniste sur les réseaux sociaux. Nous voyons des musulmans – fraîchement sortis du Ramadan – se souvenir de l’importance de maintenir le tahajjud et de faire du’a pour les opprimés. Peut-être sommes-nous enfin en train de nous lever et de faire les pas vers la vraie libération d’Al-Qods.

Puisse Allah renforcer cette Oummah dans la foi et la persévérance, et faire de nous la génération qui témoigne de la liberté de la Palestine de ses occupants et colonisateurs illégaux, ameen.

{[They are] ceux qui ont été expulsés de leurs maisons sans droit – uniquement parce qu’ils disent: «Notre Seigneur est Allah». Et s’il n’y avait pas qu’Allah vérifie les gens, certains au moyen d’autres, il y aurait eu des monastères, des églises, des synagogues et des mosquées démolis dans lesquels le nom d’Allah est beaucoup mentionné. Et Allah soutiendra sûrement ceux qui Le soutiennent. En effet, Allah est puissant et exalté en puissance.} (Coran 22:40)

Crédits photo: Alisdare Hickson