Amnesty International a recueilli de nouvelles preuves de violations des droits humains dans la région du Xinjiang en Chine, qui, selon elle, est devenue un «paysage infernal dystopique» pour des centaines de milliers de musulmans soumis à l’internement et à la torture de masse.

L’organisation de défense des droits humains a recueilli plus de 50 nouveaux témoignages de Ouïghours, de Kazakhs et d’autres minorités ethniques à prédominance musulmane qui affirment avoir été soumis à l’internement de masse et à la torture dans les postes de police et les camps de la région.

Des témoignages d’anciens détenus inclus dans un nouveau rapport publié jeudi allèguent l’utilisation de « chaises de tigre » – des chaises en acier avec des fers aux pieds et des menottes qui retiennent le corps dans des positions douloureuses – sur les détenus lors des interrogatoires de police.

Le rapport affirme également que les coups, la privation de sommeil et la surpopulation sont monnaie courante dans les postes de police. Les musulmans ouïghours, souvent arrêtés pour ce qui semblait être une conduite légale, ont également déclaré avoir été cagoulés et enchaînés pendant les interrogatoires et les transferts.

Dans les camps, les détenus n’avaient ni vie privée ni autonomie et s’exposaient à des sanctions sévères pour désobéissance insignifiante, affirme le rapport. Amnesty dit avoir eu connaissance d’un cas dans lequel un détenu serait décédé des suites d’avoir été retenu sur une chaise de tigre, devant ses compagnons de cellule, pendant 72 heures.

Prisonniers aux yeux bandés et enchaînés
Des images de la caméra semblent montrer des prisonniers aux yeux bandés et enchaînés – qui seraient des Ouïghours ou d’autres minorités ethniques – surveillés par la police chinoise. Photographie : Youtube

Au cours des premières semaines de leur séjour dans les camps, les personnes interrogées ont déclaré aux chercheurs d’Amnesty qu’elles avaient été obligées de rester assises immobiles ou de s’agenouiller dans la même position dans leur cellule pendant des heures. Ils disent qu’ils n’étaient pas autorisés à pratiquer l’islam et qu’il leur était interdit d’utiliser leur langue maternelle. Ils affirment également qu’ils ont été forcés d’assister à des cours où ils ont étudié le mandarin et la propagande du Parti communiste chinois.

Hormis le fait d’être escortés sous garde armée vers et depuis les cantines, les cours ou les interrogatoires, les détenus ne quittaient presque jamais leurs cellules et voyaient rarement la lumière du soleil ou avaient accès à l’extérieur et à l’exercice, a ajouté le rapport.

« Les autorités chinoises ont créé un paysage infernal dystopique à une échelle stupéfiante dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang », a déclaré Agnès Callamard, secrétaire générale d’Amnesty International.

« Cela devrait choquer la conscience de l’humanité qu’un nombre massif de personnes ont été soumises au lavage de cerveau, à la torture et à d’autres traitements dégradants dans les camps d’internement, alors que des millions d’autres vivent dans la peur au milieu d’un vaste appareil de surveillance. »

Amnesty demande la fermeture de tous les camps abritant des minorités musulmanes et ethniques dans la province du Xinjiang et demande à l’ONU d’enquêter et de traduire en justice les personnes soupçonnées de crimes au regard du droit international.

La Chine a toujours nié toutes les accusations d’actes répréhensibles au Xinjiang et a déclaré que les camps étaient conçus pour offrir des cours de chinois et une aide à l’emploi, ainsi que pour lutter contre l’extrémisme religieux.

Il mène une campagne pour discréditer les accusateurs, nier les allégations et les conclusions, et promouvoir le Xinjiang comme un « pays merveilleux ». Il refuse aux journalistes et aux groupes de défense des droits humains le libre accès à la zone et qualifie de mensonges les conclusions des enquêtes.

Le rapport ajoute une pression croissante sur les autorités chinoises et intervient après que les députés britanniques ont adopté une motion en avril déclarant que la Chine commettait un génocide contre le peuple ouïghour et d’autres minorités au Xinjiang.