Par Gulnaz Uighur

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles les gens s'installent dans d'autres pays, parfois en raison d'opportunités d'emploi, d'autres fois en raison d'un meilleur niveau de vie mais malheureusement pour la diaspora ouïghoure, quittant leur patrie, le Turkestan oriental (faussement appelé Xinjiang par la Chine), il était une question de vie ou de mort.

Presque tout le monde dans la communauté de réfugiés ouïghours a des antécédents de discrimination et de peur qui nous ont amenés à fuir nos propres maisons. Les maisons qui étaient autrefois un havre de paix pour nous, les amis qui étaient notre système de soutien et les membres de la famille qui étaient la raison de notre existence. Si nous n’avions pas fui la Chine, nous aurions également été détenus dans des camps comme des millions d’Ouïghours en ce moment.

Aidez-nous à terminer 2020 avec 1000 supporters!

Alhamdulillah, nous sommes à 900 supporters. Aidez-nous à atteindre 1000 supporters avant la fin de 2020. Tout ce qu'il faut, c'est un petit cadeau d'un lecteur comme vous pour nous permettre de continuer, pour seulement 2 $ / mois.

Le Prophète (SAW) nous a enseigné que les meilleures actions sont celles qui sont faites de manière cohérente, même si elles sont petites.
Cliquez ici pour soutenir MuslimMatters avec un don mensuel de 2 $ par mois. Réglez-le et collectez les bénédictions d'Allah (swt) pour le khayr que vous soutenez sans y penser.

Aujourd'hui, si vous le demandez à l'un de nous, nous vous dirons que nous n'avons pas seulement quitté notre pays mais nos rêves de prospérer sur notre terre, notre souhait de vieillir dans notre maison ancestrale, de respirer dans notre histoire ancienne, nos racines. Beaucoup d'entre nous ont même laissé la possibilité de retourner chez eux.

Si vous le demandez à l’un d’entre nous, nous vous dirons que nous n’avons pas seulement quitté notre pays mais nos rêves de prospérer sur notre terre, notre désir de vieillir dans notre maison ancestrale, de respirer dans notre histoire ancienne, nos racines. #UyghurGénocideCliquez pour tweeter

Chaque fois que mes mains sont levées pour dua, je me souviens de ceux qui souffrent et je prie pour eux. La peur de ne pas connaître leur état me fait toujours frissonner.

En ces temps sombres où les États-Unis ont reconnu les actions de la Chine contre les musulmans ouïghours comme un génocide, cela a remué quelque chose en moi. Lorsque le Royaume-Uni a publié son rapport et que l'UE a appelé à des sanctions contre les responsables chinois pour arrêter le travail forcé ouïghour, un soupir de soulagement est sorti mais une organisation importante est toujours absente dans cette lutte, à savoir l'OCI. Malgré toutes les preuves, témoignages, images satellites et le fait que la Chine n'autorise toujours pas une enquête indépendante sur la région ouïghoure, l'Organisation de la coopération islamique (OCI) est encore à la traîne dans la condamnation des actions du gouvernement chinois. Au lieu de remplir son devoir de protéger la Oummah, l'organisation choisit de fermer les yeux continuellement sur l'ensemble de la question.

Le gouvernement américain a déclaré le gouvernement chinois coupable d'avoir commis un génocide et des crimes contre l'humanité contre les musulmans ouïghours. Dans une déclaration de l'ancien secrétaire Mike Pompeo, il a déclaré: «si le Parti communiste chinois est autorisé à commettre un génocide et des crimes contre l'humanité contre son propre peuple, imaginez ce qu'il sera encouragé à faire au monde libre, dans le pas-si- futur lointain." La Commission des droits de l’homme du Parti conservateur britannique (CPHRC) prétend également montrer dans son rapport que les mesures prises par Pékin sont «indicatives du crime de génocide».

Dans le rapport, L'obscurité s'approfondit: la répression des droits de l'homme en Chine 2016-2020, des témoignages et des preuves ont été présentés à la commission au sujet de millions d'Ouïghours détenus dans des camps de concentration. Dans ces camps, les gens sont forcés de dénoncer l'islam, soumis à un lavage de cerveau pour oublier leur identité musulmane, torturés, affamés, les femmes sont stérilisées de force et celles qui en ressortent sont devenues des esclaves. Selon Dr Adrian Zenz, d'ici 2019, les autorités chinoises avaient «prévu de soumettre au moins 80% des femmes en âge de procréer dans les quatre préfectures rurales du sud des minorités à des chirurgies intrusives de prévention des naissances (DIU ou stérilisation), les proportions réelles étant probablement beaucoup plus élevées.

Les Ouïghours qui ont survécu aux atrocités dans les camps sont envoyés dans d'autres provinces pour travailler dans les chaînes d'approvisionnement de marques internationales comme Apple, BMW, Gap, Huawei, Nike, Samsung, Sony et Volkswagen. Même le Parlement européen a appelé à des sanctions de l'UE contre les fonctionnaires chinois responsables de l'abus des Ouïghours et à l'interdiction des importations chinoises entachées de travail forcé.

De nombreuses grandes organisations se dressent contre la Chine alors pourquoi la voix collective du monde musulman, l'Organisation de la coopération islamique, est-elle toujours silencieuse?