Bashar Al Assad remporte 95,1% des voix lors de l’élection présidentielle syrienne de cette semaine, rejetée plus tard par l’opposition et les nations occidentales comme frauduleuse.

Jeudi, les résultats ont été révélés par Hammouda Sabbagh, le chef du parlement. Il a déclaré que l’électeur n’était que d’environ 78%, 14 millions de Syriens participant en Syrie et dans la diaspora.

Assad a exprimé sa gratitude sur la page Facebook de sa campagne, en disant: «Merci à tous les Syriens pour leur sens élevé du nationalisme et leur participation notable.» Il a également ajouté: «Pour l’avenir des enfants et des jeunes de Syrie, commençons à partir de demain notre campagne de travail pour bâtir l’espoir et construire la Syrie.»

Selon Sabbagh, un autre candidat Abdallah Saloum Abdallah, ancien vice-ministre du cabinet, a obtenu un vote de 1,5%. Tandis qu’Ahmed Marei, chef d’un petit parti d’opposition, qui se présentait également contre Assad, a obtenu 3,3% des voix.

Des milliers de partisans du président célèbrent les élections jeudi en agitant des drapeaux syriens, en chantant et en dansant tout en tenant la photo d’Assad.

Cependant, des centaines de Syriens ont protesté contre les élections et l’autorité d’Assad dans la province d’Idlib, le dernier bastion de l’opposition. Les troupes kurdes soutenues par les États-Unis en charge d’une zone indépendante riche en pétrole dans le nord-est ont également boycotté l’élection.

La France, l’Allemagne, l’Italie, la Grande-Bretagne et les États-Unis ont publié une déclaration critiquant les élections comme n’étant ni libres ni équitables.

Ils dénoncent la décision du régime d’Assad de tenir des élections en dehors du cadre décrit dans la résolution 2254 du Conseil de sécurité de l’ONU et soutiennent tous les Syriens qui ont critiqué le processus électoral comme étant illégitime.

Ils ont également ajouté que sur la base de la résolution, pour être libres et équitables, les élections devraient être organisées sous la supervision de l’ONU selon les normes internationales les plus élevées de transparence et de responsabilité, et tous les Syriens devraient être autorisés à y participer.

Ils ont également déclaré que sans tous ces éléments, cette élection ne représentait aucun progrès vers un règlement politique et comptait comme une élection frauduleuse.

Et maintenant, il a encore 7 ans au pouvoir, portant le contrôle de sa famille sur la Syrie à près de six décennies. Il contrôle désormais environ 70% de la Syrie.

Obtenez des articles et des nouvelles islamiques!

Obtenez des nouvelles et des articles islamiques dans votre boîte de réception.

ARTICLES SIMILAIRES