UNEhmed Shah avait toujours rêvé de choses plus grandes. Même s’il n’avait que 17 ans, le lycéen avait trouvé un emploi dans les mines de charbon du Baloutchistan, la province du sud-ouest du Pakistan, l’un des environnements de travail les plus difficiles et les plus dangereux au monde. Shah était déterminé à gagner suffisamment pour s’éduquer, afin qu’il puisse échapper à la vie difficile de la communauté chiite Hazara, la minorité la plus persécutée au Pakistan.

Mais Shah n’a jamais vu un avenir meilleur. Il faisait partie des 10 mineurs qui se reposaient dans leur hutte de boue près des mines de la petite ville baloutchistanaise de Mach lorsque des militants armés ont fait irruption. Une vidéo horrible de la scène montre les jeunes hommes les yeux bandés, les mains liées derrière le dos. Un responsable de la sécurité a déclaré qu’ils avaient la gorge tranchée. L’État islamique a revendiqué la responsabilité du massacre.

Le Premier ministre, Imran Khan, l’a qualifié d ‘«acte de terrorisme inhumain», mais pour les Hazara, les musulmans chiites minoritaires qui ont été ciblés pendant trois décennies au Pakistan par des extrémistes parmi les musulmans sunnites majoritaires qui les considèrent comme des hérétiques, ce n’était pas suffisant.

La mère de Shah, Amina, était en tournée en tant qu’agent de santé dans la capitale provinciale voisine de Quetta lorsqu’elle a appris le massacre.

«Je voulais voir mon fils une dernière fois, mais on m’a dit que je ne pourrais pas supporter ça», raconte Amina. «Les tueurs n’étaient pas des humains. Ils les ont tués si brutalement.

Amina tient une photo de son fils, Ahmed Shah, qui a été décapité parmi d'autres mineurs de charbon à Mach, au Balouchistan.
Amina tient une photo de son fils, Ahmed Shah, assassiné avec d’autres mineurs par Isis. Photographie: Mashal Baloch / The Guardian

La communauté Hazara, après des décennies d’injustice et de négligence de la part de l’État, a été poussée à agir et, dans une manifestation comme jamais auparavant au Pakistan, les familles des 10 hommes ont sorti les cadavres dans les rues et se sont assis à côté d’eux. , dans le froid glacial, pour exiger protection et justice.

Pendant une semaine entière, ils n’ont pas bougé, déclarant qu’ils n’enterreraient pas les corps tant que le Premier ministre n’aurait pas écouté leurs demandes.

En réponse, Khan les a accusés d’avoir tenté de le «faire chanter» et a déclaré qu’il ne lui rendrait pas visite tant que les corps ne seraient pas enterrés.

Ahmed Shah était l’un des quatre membres de sa famille à mourir dans le massacre de Mach. De même, son cousin Sadiq, seul soutien de famille de sa femme, de ses enfants et de ses six sœurs.

Sadiq, père de deux filles, avait déjeuné avec sa femme avant l’aube chez lui à Quetta avant de partir pour Mach. Une sœur, Masooma Yaqoob Ali, a vu la nouvelle des mineurs Hazara sur Facebook et est tombée sur la photo du corps de son frère aux yeux bandés.

«Ces monstres n’ont pas seulement tué 10 personnes, ils ont tué 10 familles», dit-elle. «Cela fait deux décennies que nous sommes tués sans pitié mais personne n’a encore été arrêté.»

Masooma Yaqoob Ali tient une photo de son défunt frère Sadiq et de son cousin Ahmed Shah, âgé de 17 ans, qui s'est fait trancher la gorge par des militants à Mach.
Masooma Yaqoob Ali tient une photo de son défunt frère Sadiq et de son cousin Ahmed Shah, âgé de 17 ans, qui s’est fait trancher la gorge par des militants à Mach. Photographie: Mashal Baloch / The Guardian

Les Hazara Shia sont visés depuis de nombreuses années par des extrémistes sunnites, tels que Lashkar-e-Jhangvi, Sipah-e-Sahaba et maintenant Isis. Selon un rapport de 2019 de la Commission nationale pakistanaise des droits de l’homme, un organisme de surveillance indépendant, au moins 509 Hazara ont été assassinés pour leur foi depuis 2013. La Commission des droits de l’homme du Pakistan, à but non lucratif, affirme que de 2009 à 2014, près de 1000 Hazaras sont morts dans la violence sectaire. Des milliers de personnes ont été blessées.

Pour freiner les attaques contre les 600 000 Hazaras vivant dans les villes de Mariabad et Hazara Town à Quetta, les autorités ont construit des postes de contrôle militaires, des barrages routiers et des murs autour des zones.

En 2014, l’organisation internationale Human Rights Watch a publié un rapport de 62 pages sur la persécution de Hazara Shia au Baloutchistan intitulé Nous sommes les morts-vivants.

«Nous vivons dans deux prisons. Nos hommes et nos jeunes ne peuvent pas sortir. S’ils partent, ils seront tués. Nos cimetières sont pleins de jeunes hommes avec à peine plus d’espace », dit Ali. «Nous sommes fatigués de porter leurs cercueils. Chaque année, nous creusons des fosses communes. Pourtant, le Premier ministre Imran Khan dit que nous sommes des maîtres chanteurs. Khan est sans cœur.

Cimetière Behisht-e-Zainab à Mari Abad, dans le quartier Hazara de la capitale Baloutche, Quetta
Cimetière Behisht-e-Zainab à Mari Abad, dans le quartier Hazara de la capitale baloutche, Quetta. Photographie: Mashal Baloch / The Guardian

La majorité des Hazara de Quetta sont originaires d’Afghanistan et d’Iran pour chercher du travail au Pakistan, et beaucoup se retrouvent dans les mines du Baloutchistan.

Pendant 15 ans, Chaman Ali, une autre des victimes de Mach, se rendait chaque hiver d’Afghanistan à Quetta pour travailler dans les mines de charbon.

«Je serais inquiet pour sa vie quand il était ici et quand il est allé en Afghanistan. Je penserais « et s’il entre entre les mains des talibans? » Je pensais qu’il était en sécurité ici, mais c’est là qu’il a été tué », dit sa sœur Zara.

Chaman Ali laisse dans le deuil sa femme et huit enfants, le plus jeune âgé de seulement trois mois. Aziz et Nasim, de la province afghane de Daykundi, sont venus avec Chaman Ali travailler pour la première fois dans les mines. Ils ont également été assassinés.

Abdul Rahim, de Daykundi en Afghanistan, tient une photo de son fils Nasim, âgé de 22 ans, une autre victime du massacre de Mach.
Abdul Rahim, de Daykundi en Afghanistan, tient une photo de son fils Nasim, âgé de 22 ans, une autre victime du massacre de Mach. Photographie: Mashal Baloch / The Guardian

Nasim, 22 ans, a commencé à travailler pour financer ses études et était arrivé au Pakistan juste une semaine avant d’être tué. «L’Afghanistan est dans une très mauvaise situation et nous pensons que quelque chose vaut mieux que rien, c’est pourquoi nous venons au Pakistan juste pour gagner notre vie», déclare Abdul Rahim, le père de Nasim. Avec d’autres membres de sa famille, il n’a pas pu se rendre aux funérailles de son fils depuis l’Afghanistan, lorsque les forces de sécurité ont fermé les routes hors des villages à travers la frontière poreuse du Pakistan.

Les victimes du massacre de Mach ont toutes finalement été enterrées dans une fosse commune à Hazara Town, à la périphérie de Quetta. La communauté Hazara manque d’espace pour enterrer ses morts. Le cimetière regorge de photographies d’hommes, de femmes et d’enfants chiites Hazara, dont beaucoup ont été assassinés.

Ayant des ancêtres mongols, de nombreux Hazara sont identifiables par leur apparence distinctive, et c’est le long de la route unique qui mène à Mari Abad et à Hazara Town que des milliers de personnes ont été attaquées par des groupes extrémistes.

«Notre génération a grandi dans une cage. Nous construisons des maisons sur la montagne et avons peur d’aller voir d’autres parties de Quetta », déclare Arif Hussain Nasry, 21 ans, fondateur de la campagne Future is Young. «Nous avons même peur de nous réunir avec Hazara d’autres nations et communautés. Nous devons vivre pour survivre dans ces deux ghettos.

Le cimetière Hazara à Quetta.  Les drapeaux représentent les tombes de tous ceux qui ont été tués dans la violence sectaire.
Le cimetière Hazara à Quetta. Les drapeaux représentent les tombes de tous ceux qui ont été tués dans la violence sectaire. Photographie: Mashal Baloch / The Guardian

Mais pour Naseem Javed, auteur et activiste politique, les attaques contre le Hazara ne sont pas seulement une question de sectarisme. «Je ne pense pas que Hazara soit ciblé uniquement à cause de sa foi», dit-il. « Ils sont également ciblés pour détourner l’attention du mouvement séparatiste baloutche. »

Le Baloutchistan, la province la plus pauvre du Pakistan et coincée entre l’Iran et l’Afghanistan, a un mouvement séparatiste qui est actif dans la province depuis 20 ans. «La région est également devenue une plaque tournante pour les mandataires internationaux, y compris les talibans», ajoute Javed.

Javed montre le pistolet qu’il garde près de lui dans sa boutique, où il vend des nattes de prière et des chapelets de prière. «Nous vivons dans l’ombre des armes et de la peur. Aucun de nous n’a une vie normale. Nous sommes massacrés. Si l’establishment sécuritaire n’a aucun rôle à jouer dans ce génocide, pourquoi n’ont-ils arrêté aucun agresseur? »

Pour de nombreux Hazara, la solution est simplement de partir. Amjad Ali *, 21 ans, a tenté à trois reprises de quitter le Baloutchistan pour une nouvelle vie en Europe. Il a d’abord été expulsé de Turquie et remis en Iran, d’où il a été renvoyé au Pakistan. La deuxième fois, il a été expulsé d’Iran.

Lors de sa troisième tentative pour rejoindre l’Europe, avec 25 autres chiites Hazara, Ali a été pris à quelques kilomètres de la frontière par Jaish ul-Adl, un autre groupe militant sunnite qui opère principalement dans le sud-est de l’Iran. Se faisant passer pour les forces de sécurité iraniennes, le groupe djihadiste a emmené Ali et d’autres dans un camp de montagne au Pakistan, près de la frontière iranienne.

Des bus pour emmener les pèlerins chiites dans les sanctuaires en Iran.  De nombreux Hazara tentent d'atteindre l'Europe pour échapper à leur persécution au Pakistan et en Afghanistan.
Des bus pour emmener les pèlerins chiites dans les sanctuaires en Iran. De nombreux Hazara tentent d’atteindre l’Europe pour échapper à leur persécution au Pakistan et en Afghanistan. Photographie: Mashal Baloch / The Guardian

«Ils étaient très bien mis à jour et informés. Dès que nous sommes arrivés à leur camp, ils ont tiré sur quatre Hazaras avec des kalachnikovs. Deux d’entre eux travaillaient dans l’armée pakistanaise. Deux, comme l’a affirmé Jaish ul-Adl, allaient faire partie de la brigade Zainebiyoun, une force militante soutenue par l’Iran. [fighting in Syria]», A déclaré Ali au Guardian.

Les autres ont été retenus et leurs familles ont envoyé des demandes aléatoires. Ali a passé 55 jours dans le camp avant que les membres de sa famille ne parviennent à collecter des milliers de dollars en rançon pour sa libération.

«Si j’ai maintenant la chance d’aller en Europe, j’essaierai à nouveau», dit Ali. «Il n’y a pas de vie pour Hazara Shia au Pakistan et en Afghanistan.»

* Le nom d’Amjad Ali a été changé pour protéger son identité.