Un groupe de familles musulmanes dépose une plainte auprès du Comité des droits de l'homme des Nations Unies (CDH) au sujet de la politique sri-lankaise d'incinération forcée de toutes les personnes confirmées ou soupçonnées d'être mortes avec Covid, affirmant qu'elle viole leurs droits religieux et provoque une «misère indicibles» .

L'affaire demandant une réparation provisoire est portée au nom des familles par le Conseil musulman de Grande-Bretagne et avec le soutien du cabinet d'avocats britannique Bindmans. Il est allégué que le gouvernement sri-lankais applique des centaines d'incinérations malgré des experts médicaux internationaux et sri-lankais affirmant qu'il n'y a aucune preuve que Covid-19 est transmissible à partir de cadavres.

Le groupe de huit plaignants reconnaît et accepte dans leur affirmation que pour lutter contre la pandémie, «des décisions difficiles doivent être prises qui portent atteinte aux droits fondamentaux». Mais ils disent que le gouvernement rend obligatoire la crémation sans tenir compte des souhaits des familles ou de leurs croyances religieuses.

Les rapporteurs spéciaux de l'ONU ont écrit deux fois au gouvernement sri-lankais – en avril de l'année dernière et en janvier de cette année – pour l'exhorter à respecter les souhaits de ceux qui cherchent à être enterrés et à reconnaître que le mépris des sentiments des musulmans peut les conduire à ne pas présenter de corps pour incinération.

Il est allégué que pas moins de 200 musulmans ont été incinérés au Sri Lanka. En janvier, un comité d'experts sri-lankais a accepté en janvier que l'enterrement était autorisé, mais le gouvernement n'a pris aucune mesure.

Les requérants, tous liés à des personnes incinérées, affirment que les procédures se sont déroulées sans leur consentement ni leur approbation.

Dans leur requête conjointe demandant une réparation provisoire du HRC basé à Genève, les familles affirment: «Toutes les crémations ont eu lieu de manière forcée et arbitrairement accélérée, privant les membres de la famille de toute possibilité de respecter leurs croyances religieuses et culturelles. Cela n'a fait qu'exacerber le terrible chagrin subi par chaque membre de la famille et sa communauté.

«La pratique de l'inhumation, ainsi que les rituels et pratiques religieux associés, sont des principes centraux de la foi islamique, une religion qui est pratiquée par une minorité persécutée au Sri Lanka.»

L'allégation souligne que le 1er janvier 2021, l'Association médicale du Sri Lanka (SLMA) a publié une déclaration confirmant que les morts de Covid-19 pouvaient être enterrés car «il est peu probable que le virus reste infectieux dans un cadavre», et ajoutant qu'il y avait aucune preuve scientifique que l'enterrement pose un risque pour la santé publique.

Les militants des droits de l’homme affirment que la politique du gouvernement à majorité bouddhiste cinghalaise fait partie d’une attaque continue contre la communauté musulmane du Sri Lanka, qui représente 9% de la population. Le président, Gotabaya Rajapaksa, a été élu l'année dernière sur une vague de sentiments bouddhistes anti-musulmans et extrémistes, à la suite des attentats-suicides de Pâques commis par des militants islamistes dans des églises et des hôtels de luxe en avril dernier, qui ont fait 267 morts.

Une affaire de discrimination a été déposée auprès de la Cour suprême du Sri Lanka, mais la demande initiale a été rejetée. L'affaire pourrait être à nouveau entendue en mars.

En tant que signataire du pacte international relatif aux droits civils et politiques, le Sri Lanka devrait au moins en théorie suivre les décisions du CDH.