Dans l’épisode d’aujourd’hui de la série de réflexions du Ramadan d’IOK, je discuterai du verset numéro 23 de la sourate Jāthiyah (45).

C’est un verset qu’Allah nous rappelle des conséquences de suivre nos désirs, non seulement des conséquences qu’une personne peut subir pour l’éternité dans l’au-delà, mais les conséquences qu’ils commenceront à ressentir de ce monde qui auront des implications pour leur au-delà .

Continuez à soutenir MuslimMatters pour l’amour d’Allah

Alhamdulillah, nous sommes à plus de 850 supporters. Aidez-nous à atteindre 900 supporters ce mois-ci. Tout ce qu’il faut, c’est un petit cadeau d’un lecteur comme vous pour nous permettre de continuer, pour seulement 2 $ / mois.

Le Prophète (SAW) nous a enseigné que les meilleures actions sont celles qui sont faites de manière cohérente, même si elles sont petites.
Cliquez ici pour soutenir MuslimMatters avec un don mensuel de 2 $ par mois. Réglez-le et recueillez les bénédictions d’Allah (swt) pour le khayr que vous soutenez sans y penser.

Allah dit : « As-tu vu [O Prophet], ceux qui ont pris leurs propres désirs pour dieu. Et ainsi, Allah les laissa s’égarer, sciemment, scellant leur ouïe et leur cœur et plaçant un voile sur leur vue. Qui peut alors les guider après Allah, ne serez-vous pas tous attentifs ?

Le prophète [SAW], et par extension à nous, on nous dit de regarder la personne qui prend ses désirs pour seigneur. Qu’est-ce que cela signifie? Cela signifie qu’une personne écoute et agit sur tout ce qu’elle veut faire. Seul Allah est digne d’une obéissance absolue. Même nos parents, qu’on nous dit de toujours traiter avec la plus grande gentillesse et le plus grand respect, ne peuvent être obéis si leurs directives sont en contradiction avec la volonté d’Allah. En ce qui concerne nos propres désirs, à cause d’influences extérieures ou d’une tendance particulière avec laquelle Allah nous a créés, nous pouvons nous sentir enclins à faire certaines choses. Une personne peut se sentir dépendante de certaines choses, peut s’habituer à faire certaines choses. Et une personne qui écoute constamment ses propres désirs, dont le seul objectif dans la vie est de faire tout ce qu’elle veut pour se faire plaisir, Allah nous dit ce qui arrive à ces individus. Lorsqu’il s’agit d’adorer des idoles, ce ne sont pas seulement des pierres et des statues qu’une personne peut adorer, mais elles peuvent aussi adorer leur ego, leurs connaissances, leur richesse et leur pouvoir. Tout cela est une manifestation d’une personne suivant ses propres désirs par opposition à suivre Allah.

Allah dit que si une personne persiste continuellement à le faire, alors Il la laisse s’égarer en toute connaissance de cause. Allah sait qu’ils s’éloignent de Lui. Mais Allah nous montre le bon chemin et ensuite il nous donne la capacité de faire les bons choix ou les mauvais choix. Si une personne fait constamment de mauvais choix, Allah la laisse partir. Et ce n’est pas la conséquence la plus dévastatrice.

L’effet le plus dévastateur de l’écoute et de l’accomplissement constants de nos désirs est qu’Allah place un sceau sur leurs oreilles et leurs cœurs, ce qui signifie que lorsqu’une personne entend, voit, est conseillée et rappelée de faire la bonne chose, elle ne reconnaîtra pas comme la bonne chose. Ils ne lui accorderont pas l’importance et la valeur qui lui sont dues parce qu’Allah a scellé leurs cœurs et leurs oreilles. Quand on leur dit de se tourner vers Allah, quand on leur dit de s’abstenir de ce péché, quand on leur dit de ne pas faire de leurs désirs leur seule raison d’être, ils ignoreront tout cela. Allah scelle leurs cœurs et ils ne peuvent plus reconnaître ce qui est bien de ce qui est mal. Notre Fiṭra, qu’Allah a créé en nous, nous dit quand nous faisons quelque chose de mal, et il s’apaise progressivement jusqu’au silence. Lorsque nous commençons à commettre un acte de péché, nous sommes très conscients de nous-mêmes, conscients de nous-mêmes. Nous savons que nous faisons quelque chose de mal, et cela pourrait être suivi d’énormes quantités de honte et de culpabilité. Mais lentement, à mesure qu’une personne commet continuellement ce péché, à mesure qu’elle s’y habitue, à mesure que cela devient une routine, à mesure que cela devient une habitude qui se transforme en dépendance, cette « voix de la conscience » n’est plus là. Il a été réduit au silence. Et nous espérons que ce n’est pas le sceau dont Allah parle dans ce verset.

Allah place une couverture, un voile métaphorique, sur leurs yeux. Ils ne voient plus ce qu’ils font. Ils ne voient plus les conséquences de ce qu’ils font. Ils ne peuvent plus voir la bonne action et la reconnaître comme étant une bonne action. Et c’est une conséquence de faire des désirs la seule raison de son existence, la partie centrale de son identité. Nous voyons beaucoup de gens aujourd’hui dans le monde qui se définissent par leurs désirs, que ces désirs soient socialement conçus, influencés, fassent partie de leurs sentiments naturels qu’Allah leur a donnés – de toute façon, quand une personne a envie de commettre un acte de péché, nous ne devons pas céder à ce besoin. Nous ne nous identifions pas à nos désirs. C’est absurde.

Allah a créé chacun d’entre nous en tant qu’êtres humains dans un but supérieur et plus grand. Allah nous a créés pour que nous puissions l’adorer de notre propre volonté. Allah a les anges pour l’adorer parfaitement, mais Allah nous a également créés et nous a donné le choix de lui obéir sciemment, volontairement. Pour une personne, ignorer toute la raison de son existence et vivre simplement de manière à pouvoir réaliser ses désirs, se laisser définir par ses désirs, permettre à toute son identité de tourner autour de ses désirs, c’est simplement s’éloigner du chemin d’Allah.

Il n’y a aucun moyen qu’une personne soit autorisée à comprendre ce qui est bien et ce qui est mal si Allah scelle son cœur, ses oreilles et ses yeux, et c’est ce qu’Allah indique à la fin du verset. Et c’est une phrase très effrayante. « Qui peut guider une personne après Allah ? Si Allah a scellé votre cœur, vos oreilles et vos yeux, parce que vous avez fait de vos désirs votre dieu, parce que vous avez donné la priorité à vos désirs par rapport à la volonté d’Allah, et qu’Il vous a laissé errer sciemment, qui peut vous guider après cela ? Personne. C’est une question rhétorique. Allah est le seul qui peut guider, et si la source de guidance nous permet de nous égarer à cause de notre propre insolence, de notre persistance dans le péché et de notre entêtement, alors nous sommes seuls à en subir les conséquences.

Que nous adorions Allah ou non n’affecte en rien Allah. Allah n’a pas besoin de notre adoration. Allah n’a pas besoin de ce que nous faisons ou de ce que nous pouvons offrir. Ce que nous pouvons offrir n’est rien. En fin de compte, nous ne profitons qu’à nous-mêmes. Nos bonnes actions nous affectent de manière positive. Nos mauvaises actions nous affectent de manière négative. En fin de compte, nous sommes ceux à qui Allah a donné la capacité de comprendre ce qui est bien et ce qui est mal à travers le Coran. Si le Coran n’est pas utilisé comme source d’orientation, s’il n’est pas utilisé comme norme pour faire la différence entre ce qui est bien et ce qui est mal, alors tout ce que nous pensons être bien et mal peut ne pas être conforme à la volonté. d’Allah parce que nous n’utilisons pas la norme qu’Il a établie pour nous. « Ne serez-vous donc pas attentif? »

Qu’Allah nous guide et nous protège, qu’Il nous donne des connaissances qui nous profitent, qu’Il nous donne à tous la capacité de nous repentir constamment et de nous tourner vers Lui, qu’Il nous donne la capacité de contrôler nos désirs et de les réaliser d’une manière jugée permise , qu’il nous donne à tous la fermeté, le courage et la capacité de lâcher prise sur ce qui est considéré comme un péché, Ameen.

La série de réflexions du Ramadan de ce soir sur le prophète [SAW] être consolé qu’il allait finalement rentrer chez lui à La Mecque vous a été présenté par la faculté du séminaire IOK. Retrouvez les vidéos précédentes ou regardez les prochaines vidéos sur la page IOK Ramadan Reflections Series.