Musulmans, juifs et chrétiens doivent être unis pour le culte sous un même toit à Berlin dans un projet révolutionnaire appelé «House of One».

La pierre angulaire du temple multiconfessionnel a été posée jeudi dans la capitale allemande, les partisans disant qu’ils espéraient qu’il forgerait une plus grande compréhension entre les trois religions.

Une mosquée, une synagogue et une église seront réunies sur le site de la Leipziger Strasse, dans le quartier où Berlin a ses origines historiques, et sur les anciennes fondations d’une église du XIIIe siècle, la Petrikirche, gravement endommagée pendant le second monde. bombardements de guerre et abattus pendant le communisme.

En posant la pierre angulaire, Wolfgang Schäuble, le président du Bundestag et ancien ministre de l’Économie, l’a qualifié de «lieu de tolérance et d’ouverture», qui, selon lui, avait «l’aspiration théologique à s’ouvrir à d’autres perspectives spirituelles avec le même respect». Il a souligné l’importance du projet pour promouvoir le dialogue entre les religions et lutter contre le fanatisme et la violence.

Les chefs de file du projet, qui doit commencer sérieusement à l’automne et devrait durer quatre ans, sont l’imam Kadir Sanci, le rabbin Andreas Nachama et le père Gregor Hohberg, un prêtre protestant, qui ont tous commencé à discuter de leur rêve pour un joint. création il y a dix ans.

L’hebdomadaire Die Zeit a qualifié le temple de «projet de construction ecclésiastique le plus spectaculaire d’Allemagne». Nachama, qui travaillait auparavant comme aumônier pour les troupes américaines stationnées à Berlin, a déclaré au journal que le projet était le fruit d’années de dialogue entre les trois hommes.

«C’était la brillante idée du Père Gregor Hohberg de créer un espace spirituel à l’endroit où se trouvait la plus ancienne église de Berlin pendant 750 ans, qui réunit juifs, chrétiens et musulmans avec d’autres croyants et non-croyants. Elle doit devenir une maison de respect mutuel », a-t-il déclaré.

Sanci a déclaré aux médias allemands qu’il était heureux que les musulmans de la ville trouvent enfin un lieu de culte dans le centre-ville et non caché dans des endroits moins connus, comme le sont la majorité des 800 mosquées allemandes.

Le gouvernement a donné 20 millions d’euros pour le projet de 47 millions d’euros, tandis que 10 millions d’euros sont fournis par le gouvernement de l’État de Berlin. 9 millions d’euros sont des dons de particuliers et la somme restante devrait être collectée sous forme de dons au cours des quatre prochaines années.

Le bureau d’architecture berlinois Kuehn Malvezzi est à l’origine de la construction, qui mesurera 46 mètres de haut, rivalisant avec les gratte-ciel étincelants de la Leipziger Platz et de la Potsdamer Platz à proximité, dont beaucoup ont été érigés au cours des 30 dernières années depuis la chute du mur de Berlin. .

Joseph Schuster, président du Conseil central des juifs d’Allemagne, a déclaré qu’il se félicitait du fait que le projet encouragerait le dialogue interreligieux. «Ici, les religions peuvent parler entre elles plutôt qu’entre elles», a-t-il dit.

Heinrich Bedford-Strohm, président du Conseil de l’Église évangélique en Allemagne, a déclaré aux médias allemands que le bâtiment envoyait un signal important «à un moment où l’antisémitisme et l’islamophobie se multiplient», a-t-il déclaré.