Une déclaration présentée au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies (UNCHR) a été signée par Israël hier. Cette déclaration exhorte la Chine à autoriser les observateurs indépendants à accéder à la région occidentale du Xinjiang, où près d’un million de Ouïghours et d’autres minorités ont été illégalement détenus dans des camps, selon des experts de l’ONU.

Walla News a rapporté que cette décision, qui a été prise par Israël, intervient après que l’administration du président américain Joe Biden ait fait pression.

De nombreux pays qui ont soutenu la déclaration commune, il y a l’Australie, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, le Japon, l’Italie, l’Espagne et les États-Unis, ont cité des rapports de torture, de stérilisation forcée, de violence sexuelle et sexiste, de mauvais traitements et d’enfants séparés de leurs parents.

Pékin s’est vu démentir les accusations d’abus contre les Ouïghours, ils ont déclaré que les camps sont des centres de formation professionnelle pour lutter contre l’extrémisme religieux.

La déclaration commune a expliqué que les rapports crédibles montrent qu’environ un million de personnes ont été illégalement détenues au Xinjiang et que même les Ouïghours et d’autres membres des minorités ont été la cible d’une surveillance disproportionnée généralisée ainsi que de restrictions aux libertés fondamentales et à la culture ouïghoure.

Il a également ajouté qu’ils avaient déjà exhorté la Chine à autoriser immédiatement un accès illimité au Xinjiang pour les observateurs indépendants, y compris le haut-commissaire.

Selon le rapport Walla, après un long débat avec le ministre des Affaires étrangères sur les répercussions possibles de cette décision, le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a finalement décidé d’approuver une demande du département d’État américain de soutenir la mesure.

Bien qu’Israël considère la Chine comme l’un de ses partenaires commerciaux les plus importants, il n’a pas fourni d’explication publique pour soutenir l’appel du HCR. Peut-être parce qu’ils veulent garder un profil bas et éviter d’offenser Pékin.

La Chine a pratiqué des tortures massives et systématiques contre les musulmans vivant au Xinjiang depuis 2017.

Au cours de la dernière décennie, les pays occidentaux sont indignés par la prétendue érosion des religions, des droits culturels et humains par la Chine contre plus d’un million de musulmans ouïghours du Xinjiang. De nombreux pays occidentaux incitent à des sanctions contre les autorités et les entreprises chinoises.

ARTICLES SIMILAIRES