MUne grande partie du travail d’Anchana Heemmina consiste à écouter des histoires de douleur incommensurable, faisant partie de sa campagne pour arrêter le cycle de violence qui hante depuis longtemps les provinces troublées du sud de la Thaïlande.

Son travail en faveur des droits humains et pour empêcher la torture par les autorités de l’État a mis la vie d’Heemmina en danger.

Tout a commencé lorsque son beau-frère a été arrêté en 2008, accusé d’avoir tué les forces de sécurité de l’État dans le sud du pays, où une insurrection cherche depuis des décennies à obtenir l’indépendance ou une plus grande autonomie pour la minorité musulmane malaise de la région. Il a été emprisonné pendant deux ans avant d’être acquitté de toutes les charges en 2010. L’épreuve a secoué la famille de Heemmina. Mais cela a aussi suscité quelque chose en elle : le désir d’aider les familles qui ont vécu une épreuve similaire.

Les journées d’Heemmina commencent souvent par un appel téléphonique ou un SMS l’informant de quelqu’un qui allègue des abus en détention d’État. Munie de son carnet et de son téléphone, elle se rendra chez eux pour enregistrer leur témoignage.

Anchana Heemina et son assistante sont assises sur des nattes dans une pièce simple pour interviewer un homme au sujet de son ami, qui a été tué par l'armée thaïlandaise.
Anchana Heemina et son assistante interviewent un homme au sujet de son ami, qui a été tué lors d’un échange de tirs avec l’armée thaïlandaise. L’amie était une insurgée présumée et elle essaie de découvrir ce qui s’est passé avant l’incident mortel. Photographie : Luke Duggleby/Redux

« Ils utilisent de nombreuses méthodes de torture : coups, décharges électriques, privation de sommeil ; ils se couvrent la tête avec des sacs en plastique », a déclaré Heemmina à propos des allégations selon lesquelles les forces de sécurité thaïlandaises abuseraient des combattants présumés. « Ils utilisent également l’isolement et les intimident de bien d’autres manières. »

Grâce à Duay Jai, l’organisation de défense des droits fondée par Heemmina en 2011, elle a documenté près de 150 cas de torture dans le « grand sud » de la Thaïlande.

« Ils ont des problèmes de santé mentale et physiques », dit-elle à propos des prisonniers lorsqu’ils sont libérés. « Parce qu’elles ont été isolées de la communauté pendant si longtemps, lorsqu’elles reviennent, elles ont souvent des problèmes de violence domestique dans leur famille », dit-elle. « Ce n’est pas bon pour le processus de paix. Parce que beaucoup d’hommes deviennent très en colère et veulent ensuite se venger. Parfois, ils veulent utiliser la violence.

Heemmina dit que l’utilisation de la torture par l’armée est un symptôme du conflit interne de longue date en Thaïlande.

Des dizaines d'hommes torse nu, les mains liées derrière eux, sont allongés face contre terre entourés de policiers et de soldats thaïlandais
Des manifestants arrêtés par les forces de sécurité thaïlandaises gisent sur le sol devant le poste de police de Tak Bai, près de la frontière Malaisie-Thaïlande en 2004. Photographie : AFP/Getty

Plus de 7 000 personnes ont été tuées et plus de 13 000 blessées depuis la reprise du conflit en 2004, lorsque la police thaïlandaise a admis en octobre qu’au moins 78 manifestants musulmans s’étaient étouffés dans des camions de l’armée lors d’une tragédie qui a galvanisé l’insurrection et reste un symbole de l’État. impunité. Bien que la violence diminue, les bombardements, les fusillades et les assassinats ciblés se produisent toujours. Le Barisan Revolusi Nasional (BRN), principal mouvement séparatiste, utilise toujours des tactiques de guérilla contre les forces de sécurité thaïlandaises.

On estime que les musulmans malais représentent moins de 5% de la Thaïlande en grande partie bouddhiste, mais ils représentent environ les trois quarts de la population dans les quatre provinces du sud bordant la Malaisie et près de 90% dans la province de Pattani. Le conflit a créé des tensions entre les communautés bouddhistes et musulmanes. Des groupes d’insurgés ont ciblé les bouddhistes thaïlandais, y compris les enseignants et les fonctionnaires qui, selon eux, sont identifiés à l’État. Des groupes de défense des droits tels que Heemmina affirment que les forces de sécurité ont également recours à des assassinats ciblés dans le cadre d’opérations anti-insurrectionnelles.

Mais découvrir des allégations de torture sanctionnées par l’État a ses dangers.

Le Groupe de travail des Nations Unies sur les disparitions forcées ou involontaires rapporte qu’il y a eu au moins 86 cas de disparition forcée dans le pays depuis 1980. La plupart de ceux qui ont disparu travaillaient sur les droits environnementaux et fonciers.

Protection International (PI), une organisation qui soutient les écologistes et les défenseurs des droits humains, a découvert que depuis 2003, au moins 62 défenseurs des droits communautaires et avocats ont été tués en Thaïlande à cause de leur travail. Les chiffres de PI n’incluent pas les disparitions de dissidents politiques, une tendance à la hausse depuis 2019.

En 2016, le Commandement des opérations de sécurité intérieure de la Thaïlande, une unité militaire controversée axée sur la sécurité nationale, a accusé Heemmina et deux autres défenseurs des droits humains – Pornpen Khongkachonkiet, directrice de la Cross Cultural Foundation et son collègue, Somchai Homlaor – de diffamation. Les militants pensent que l’affaire était une réponse directe à leur travail concernant la torture d’État.

Heemmina dit que les charges retenues contre elle étaient fausses. « C’était mal d’utiliser des accusations de diffamation simplement parce que j’ai parlé de la situation de notre peuple dans notre pays. Je comprends qu’ils veuillent protéger le pays, mais ils pensent que la sécurité est plus importante que les habitants des zones rurales.

Anchana Heemmina et une autre femme travaillent sur un reportage dans un bureau
Anchana Heemmina et l’un de ses collaborateurs travaillent sur un reportage dans le bureau de Duay Jai dans la ville de Pattani. Photographie : Luke Duggleby/Redux

Les autorités ont abandonné toutes les charges en mars 2017.

Puis, en 2019, alors qu’Heemmina travaillait sur son ordinateur, elle a remarqué un compte sur Facebook avec sa photo jointe et un titre abusif. Au cours des jours suivants, d’autres messages diffamatoires ont émergé. Il est devenu clair qu’il s’agissait d’une campagne coordonnée d’abus.

Après des semaines à pousser Facebook et Twitter, les plateformes de médias sociaux ont supprimé les comptes en mars 2020. Le responsable de la politique de cybersécurité de Facebook a déclaré à Reuters que les comptes étaient liés à l’armée thaïlandaise. D’éminents députés du parti d’opposition Future Forward ont également publié des documents qui prouvaient apparemment que la campagne était dirigée par l’État.

« J’avais peur que les commentaires deviennent si mauvais qu’ils encouragent les gens à me tuer », dit Heemmina.

Heemmina dit que la situation s’est améliorée ces derniers mois. Les cas de torture dans le sud sont à leur plus bas niveau depuis des années, et le gouvernement thaïlandais semble prendre des mesures pour lutter contre les abus.

Deux femmes en foulard marchent le long d'un chemin dans une jungle
Anchana Heemmina et son assistante quittent la maison d’un homme interrogé à propos d’un homme tué lors d’une rencontre avec l’armée thaïlandaise à la fin de l’année dernière. Photographie : Luke Duggleby/Redux

Mais après avoir combattu des années d’attaques de diffamation, Heemmina exige maintenant des comptes pour la désinformation propagée contre elle.

« Il y a eu tellement d’impunité », dit-elle. « Nous ne pouvons pas ralentir, car si nous le faisons et que nous arrêtons de surveiller ces cas, cela pourrait recommencer.

« Après que les gens aient commencé à mourir en détention, les chefs militaires ont commencé à s’inquiéter. Il a fait savoir aux gens du monde entier que la torture se produisait [in Thailand]. Et je pense que ce fut le tournant.

L’année dernière, elle a déposé une plainte auprès du gouvernement, réclamant des excuses publiques et des dommages-intérêts substantiels. Que Heemmina obtienne justice ou non, elle continuera à documenter les abus. Il en faudra plus pour l’empêcher d’offrir de l’espoir aux victimes d’un des conflits oubliés du monde.

« Je le fais parce que j’ai aussi reçu beaucoup d’aide. Je veux redonner – pour soutenir d’autres qui ont fait face à la même douleur. »