Eid al-Adha est la fête du sacrifice, et pour les communautés musulmanes de Fairfield, Canterbury-Bankstown et Liverpool, célébrer sous le dur confinement a été incroyablement difficile et attristant.

Dans ma maison, les traditions de l’Aïd impliquent généralement de se réunir avec la famille et les amis pour une prière commune de l’Aïd après le lever du soleil dans un parc, suivie d’un petit-déjeuner en famille dans un restaurant local. L’Aïd al-Adha est généralement célébré sur trois jours, rempli de visites à la famille élargie et aux amis, dégustant des plats et des sucreries traditionnels et offrant des cadeaux aux enfants.

Cet Aïd a impliqué beaucoup de sacrifices personnels et m’a aidé à vraiment réfléchir sur le vrai sens de ces trois jours. Mardi, le premier jour de l’Aïd, j’ai ressenti la solitude d’une mère célibataire alors que ma fille passait la majeure partie de la journée avec sa famille paternelle. Cela m’a fait penser à tous les enfants qui n’ont pas le privilège de passer l’Aïd avec leurs deux parents, et à tous les parents célibataires qui doivent sacrifier leur temps avec leurs enfants.

Malgré le fait de ne pas avoir ma fille, et pour garder l’esprit de l’Aïd en lock-out, nous avons eu des visites virtuelles à la place, avec des appels téléphoniques FaceTime à la famille et aux amis. Ma mère a décoré la maison avec de belles lanternes et des guirlandes lumineuses. Nous avons partagé des souvenirs nostalgiques des Aïd précédents avec toute la famille et nous nous sommes liés à l’histoire du prophète Ibrahim et de son sacrifice.

Selon l’Islam, on a dit au prophète Ibrahim dans un rêve de sacrifier son fils Ismail. Le prophète Ibrahim aimait tendrement son fils, mais il était prêt à suivre le commandement de Dieu, alors il a emmené son fils au sommet d’une montagne appelée Arafa, et a parlé à son fils du rêve et de l’ordre d’Allah de le sacrifier. Ismail a soutenu son père et lui a demandé de lui attacher les bras et les jambes pour qu’il ne se débatte pas, et a dit à son père de se bander les yeux pour ne pas avoir à le regarder souffrir. Le prophète Ibrahim s’est bandé les yeux et a sacrifié son fils, mais quand il a enlevé le bandeau, il a trouvé le corps d’un bélier mort devant lui, et Ismail indemne debout à côté de lui. Sur la base de cette histoire, les musulmans du monde entier suivent ses traces pendant les jours du Hajj et sacrifient un animal à l’occasion de l’Aïd al-Adha.

L’histoire du Prophète Ibrahim est particulièrement poignante pour moi. Au moment où j’écris ceci le troisième jour de l’Aïd, je viens de laisser ma fille à l’hôpital avec son autre parent, sachant parfaitement qu’il pourrait y avoir une réalité où je ne la reverrai plus jamais. Ma fille est actuellement en rechute de son cancer infantile de stade 4 et tous les jeudis, elle subit un protocole de chimiothérapie agressif.

Il existe actuellement une règle monoparentale pour les patients hospitalisés et les rendez-vous à la clinique, et aucun frère ni famille n’est autorisé, en raison des restrictions de Covid. Cela peut être très isolant et décourageant pour les enfants malades et leurs familles. Personnellement, je ressens beaucoup d’anxiété lorsque je ne suis pas avec ma fille.

En même temps, je dois accepter cette vie de sacrifice constant, où chaque semaine, ma fille doit être retenue par ses bras et ses jambes, tandis que l’infirmière en oncologie la poignarde dans les côtes avec une aiguille pour accéder à son que les médicaments cytotoxiques peuvent être délivrés dans son corps. Je dois accepter que ces drogues pourraient soit lui donner la vie, soit la mettre fin à la vie.

L’histoire du Prophète Ibrahim m’aide à m’enraciner et à me donner la paix. Cela m’apprend à abandonner tout attachement et à aimer et faire confiance à Dieu avec la plus grande sincérité. Je me rappelle que ma fille m’a été confiée dans cette vie par Dieu, et qu’il est de mon devoir de l’aimer, de la protéger et de prendre soin d’elle du mieux que je peux.

Heba Shaheed est une défenseure de la santé et du bien-être des femmes, écrivaine et conférencière