Le cheikh koweïtien qui m’a raconté une histoire

Le cheikh koweïtien qui m’a raconté une histoire

Si vous rencontriez Shaykh Fayiz, vous seriez fasciné par sa gentillesse et ses connaissances – et pourriez même oublier qu’il a passé 14 ans à Guantanamo. Dans cet épisode, Moazzam Begg partage une leçon sincère sur la véritable signification de l’adoration qu’il a apprise de Shaykh Fayiz. Une histoire appropriée et inspirante pour le mois béni de Dhul Hijjah.

[As part of the MuslimMatters x CAGE Dhul Hijjah Activism Drive: Close Guantanamo, we bring you a series, Guantanamo Memories, of stories from behind bars]

Photo Facebook de couverture

Continuez à soutenir MuslimMatters pour l’amour d’Allah

Alhamdulillah, nous sommes à plus de 850 supporters. Aidez-nous à atteindre 900 supporters ce mois-ci. Tout ce qu’il faut, c’est un petit cadeau d’un lecteur comme vous pour nous permettre de continuer, pour seulement 2 $ / mois.

Le Prophète (SAW) nous a enseigné que les meilleures actions sont celles qui sont faites de manière cohérente, même si elles sont petites.
Cliquez ici pour soutenir MuslimMatters avec un don mensuel de 2 $ par mois. Réglez-le et recueillez les bénédictions d’Allah (swt) pour le khayr que vous soutenez sans y penser.

Nous avons eu le privilège d’entendre Fayiz al-Kandari s’adresser aux partisans de CAGE réunis lors de notre iftar annuel.

Fayiz est d’origine koweïtienne et a passé 14 Ramadans à Guantanamo.

À Guantanamo, il était connu sous le nom de « Shaykh Fayiz » en raison de sa poursuite passionnée de la connaissance islamique et de sa belle façon de prêcher.

Si vous deviez le rencontrer pour la première fois, vous n’auriez jamais pensé qu’il avait été libéré de l’une des pires prisons du monde à peine un an et demi auparavant. Sa chaleur, son esprit positif et sa manière douce de parler de l’islam sont non seulement inchangés, ils semblent avoir augmenté au cours de ces 14 années d’épreuves.

Je n’oublierai jamais les paroles qu’il m’a dites lorsque je l’ai brièvement rencontré à la prison de Kandahar – où nous avions été brutalisés par l’armée américaine.

الفرج قريب; La délivrance est proche.

Il avait raison. Ma délivrance n’a pris que trois ans mais il a dû attendre quatorze ans.

Au cours de notre iftar, il a partagé une histoire personnelle d’un incident qui s’est produit à Guantanamo pendant le Ramadan.

Mais cette histoire n’était pas seulement pour passer le temps, c’était pour nous faire réfléchir à quelque chose de plus profond. C’est quelque chose que les Arabes savants font souvent pour transmettre une leçon d’une manière douce. Allah subḥānahu wa ta'āla (glorifié et exalté soit-Il) Lui-même, Celui qui ne peut être comparé à rien d’autre, le fait dans le Coran. Il nous raconte les plus belles histoires pour nous les apprendre.

Un garde a dit un jour à Fayiz : « Tu es très fort ». Fayiz a déclaré : « Non, nous sommes des humains. Nous sommes parfois fatigués. Nous nous sentons faibles parfois… Nous sommes des humains… Mais il y a quelque chose qui nous rend forts.

Le soldat l’a interrompu et a dit : « Je sais… c’est le Coran ».

Ce garde le savait parce qu’il avait été témoin de l’impact du Coran sur nous tous.

Un garde est venu à Fayiz et a demandé : « Comment supportez-vous le jeûne dans ces terribles circonstances ? Il a répondu : « Comment supportez-vous de ne pas jeûner dans ces terribles circonstances ? C’est la bonne question.

Fayiz a conclu : « J’ai appris à Guantanamo qu’adorer Allah subḥānahu wa ta'āla (glorifié et exalté soit-Il) n’est pas un fardeau pour nous. Au contraire! Cela nous soulage du stress de cette vie. « Nous tirons de la patience et de l’amour de l’adoration d’Allah subḥānahu wa ta'āla (glorifié et exalté soit-Il). « Cela nous aide à changer notre communauté pour le mieux et à ne pas être changé par notre communauté pour le pire. »

Les avocats militaires américains de Fayiz ont été convaincus de son innocence et se sont battus pour le faire libérer.

Dans la photo ci-dessus, je suis avec le lieutenant-commandant Bogucki et le colonel Barry Winguard discutant du cas de Fayiz al Kandari sur Absent Justice sur Islam Channel. J’ai fait campagne à leurs côtés pour que son cas ne soit pas oublié.

En 2016, il a été libéré et est rentré chez lui sans aucune charge contre lui. Il continue d’enseigner la sagesse aux gens à travers ses belles histoires.

N’oubliez pas de rejoindre MuslimMatters et CAGE ce mois-ci alors que nous travaillons à la fermeture de Guantanamo. Découvrez comment vous pouvez agir aujourd’hui.

Lire lire :

Dhul Hijjah Global Activism Drive : Fermer Guantanamo

Dhul Hijjah Global Activism Drive : Fermer Guantanamo

Les gardes devenus musulmans après Guantanamo

Les gardes devenus musulmans après Guantanamo