Les célébrations britanniques de l’Aïd al-Fitr ont été étouffées pour la deuxième année consécutive au milieu du défi de tenir la fête religieuse avec les restrictions de Covid en place.

Le festival marque la fin du Ramadan et commence généralement par des personnes qui fréquentent la mosquée pour les prières du matin, suivies par la famille et les amis se réunissant pour un repas de fête.

Cependant, les familles et les mosquées ont dû s’adapter à nouveau cette année. Le Conseil musulman de Grande-Bretagne (MCB) a exhorté les fidèles «à prendre le plus grand soin lorsqu’ils protègent nos proches et respectent les directives de santé publique».

Les mosquées ont cherché à adapter leurs services pour s’assurer que les prières de l’Aïd sont sans danger pour Covid, limitant les grands rassemblements à l’intérieur.

Imran Ahmed, président de la mosquée Neeli, à Rochdale, a déclaré: «L’Aïd consiste à rendre visite à des amis et à la famille et à partager l’amour, à embrasser les gens, à se serrer la main et à s’étreindre, toutes choses que nous n’avons pas pu faire cette année.

«Nous sommes la seule mosquée de Rochdale à avoir eu quatre services ce matin, mais nous avons quand même dû renvoyer 50 ou 60 personnes parce que la distance sociale signifiait que nous n’avions pas assez d’espace. Normalement, nous pouvons accueillir plus de 750 personnes, mais aujourd’hui, nous n’en étions plus qu’à 300. »

En plus d’organiser des services plus petits, la mosquée Neeli a réduit la durée de ses prières du matin pour minimiser le temps que les fidèles passent à l’intérieur.

Plus de 300 personnes se sont réunies au château de Cardiff pour célébrer l’Aïd dans le premier des neuf événements pilotes pour tester les rassemblements de foule au Pays de Galles, le plus grand événement en plein air du pays depuis mars 2020. L’événement a été organisé par le Conseil musulman du Pays de Galles, Conseil de Cardiff et le gouvernement gallois. Le mois prochain, des événements musicaux, sportifs et culturels suivront au Pays de Galles.

Abdul-Azim Ahmed, secrétaire général du Conseil musulman du Pays de Galles, était au château avec son fils de deux ans, Jalal, et a été impressionné par le fait que les contrôles à la porte avaient été minutieux. «Les musulmans gallois ont eu deux ramadans sous clé. Cela a été une période incroyablement difficile au cours de laquelle nos prières et notre dévotion habituelles ont dû être modifiées pour nous assurer que nous nous protégeons mutuellement. Cet événement marque une lumière au bout du tunnel, et l’occasion de faire à nouveau les choses ensemble et en commun. Nous sommes très heureux de faire partie de l’événement pilote. »

La mosquée Green Lane, à Birmingham, organise généralement l’Aïd dans le parc, un événement auquel participent environ 60 000 personnes, l’un des plus grands événements musulmans d’Europe. Cette année, ils ont organisé six rassemblements de l’Aïd socialement éloignés dans la mosquée, qui est l’un des plus importants du Royaume-Uni, avec chacun environ 750 personnes.

«Tout était rigoureusement géré et les gens se présentaient avec leur masque facial, suivant toutes les précautions», a déclaré Kamran Hussain, directeur général de la mosquée. «Les gens ont apporté leurs propres tapis de prière et nous nous sommes assurés qu’il y avait beaucoup de ventilation. Pour nous assurer que nous contrôlions les numéros, nous avons effectivement lancé une application d’inscription, puis les gens devaient montrer leurs billets à l’entrée. « 

À Walsall, Mohammed Arif, président par intérim de l’Union des organisations musulmanes, a déclaré que les gens étaient soulagés de pouvoir prier à l’intérieur des mosquées cette année, bien que les célébrations aient été plus silencieuses que d’habitude en raison des attaques à la roquette et aux frappes aériennes entre Gaza et Israël.

«Pour les musulmans, la prière est une chose collective, et en particulier lorsque nous prions ensemble dans la mosquée, nous nous tenons côte à côte. Avoir cette distance de deux mètres, cela semble étrange, cela semble étrange. Nous attendons donc avec impatience le jour où nous serons réellement côte à côte avec la personne suivante », a-t-il déclaré.

Le secrétaire général du MCB, Zara Mohammed, a déclaré: «Les musulmans britanniques ont fait preuve d’une grande détermination et patience tout au long de cette pandémie, en particulier pendant le Ramadan ces deux dernières années, car nous nous sommes adaptés à des moyens innovants d’observer les plus grandes occasions de notre calendrier islamique.

«De nombreux musulmans britanniques auront également reçu leur première ou deuxième dose de vaccin pendant le Ramadan. Alors que nous célébrons une #SafeEid, qu’elle soit vaccinée ou non, il est important que nous continuions à prendre le plus grand soin lorsque nous protégeons nos proches et observons les conseils de santé publique, tout en regardant vers l’avenir avec espoir, détermination et foi.