Un groupe de femmes musulmanes de Batley et Spen a écrit une lettre ouverte condamnant un comportement « honteux » qui a mis la communauté « sous les feux de la rampe pour toutes les mauvaises raisons ».

Les femmes, qui écrivent anonymement en citant des craintes pour la sécurité, disent qu’une « forte minorité » d’hommes musulmans a été « entendue sans cesse » pendant la campagne électorale partielle tendue, décrite comme « les mêmes visages qui ont tourmenté notre région en tant que « chefs de communauté » pour de nombreux années », mais ne les représentent pas.

La lettre, diffusée mardi soir parmi les groupes WhatsApp locaux, intervient deux jours avant le point culminant d’une campagne entachée d’incidents d’agression et de coups bas, que beaucoup décrivent comme exacerbant les divisions au sein de la communauté.

Les femmes disent avoir été moins bruyantes pendant la campagne, non pas par manque d’intérêt politique, mais parce qu’elles « ne ressentent pas le besoin de crier, d’être agressives ou de harceler les gens dans la rue ou en ligne ».

« Nous ne pouvons prétendre défendre la cause de la Palestine en ignorant la [Muslim practice] de paix et de tolérance », ajoute la lettre, critiquant ceux qui « rabaissent ou capitalisent sur cette question pour renforcer leur propre ego ».

La Palestine est devenue un point focal de la campagne, qui fait suite à une recrudescence de la violence dans la région. George Galloway, le militant pro-palestinien et ancien député travailliste qui se présente aux élections, s’est concentré sur la colère et la désillusion ressenties envers les travaillistes sur cette question.

La candidate travailliste, Kim Leadbeater, a été poursuivie et chahutée vendredi dernier par un militant anti-LGBT de Birmingham. Leadbeater, la sœur cadette de Jo Cox, l’ancien député du siège qui a été assassiné par un terroriste d’extrême droite en 2016, a déclaré que l’incident avait causé « une énorme détresse ».

Dimanche, un autre groupe de militants travaillistes a été physiquement agressé et incendié, un homme ayant reçu des coups de pied alors qu’il était au sol. Le domicile d’un généraliste à la retraite de 77 ans, qui a été agressé lors de l’incident, a ensuite été pris pour cible, une affiche de la campagne travailliste ayant été retirée et remplacée par une affiche soutenant Galloway. La police, de plus en plus régulière dans certaines régions, enquête sur les deux incidents. Un porte-parole de Galloway a nié toute implication.

Écrivant que « le misogynisme et la mentalité de foule n’ont leur place dans aucune communauté décente », la lettre fustige les personnes impliquées pour « un comportement bruyant, agressif et intimidant » qui, selon elle, sert à renforcer les stéréotypes selon lesquels les hommes musulmans sont oppressifs.

Il appelle également les groupes communautaires et les centres religieux à « intensifier », accusant les organisations locales de ne pas fournir de services aux couples musulmans recherchant des conseils matrimoniaux, aux femmes victimes de violence domestique ou aux toxicomanes. « La triste réalité est que notre propre communauté a échoué en permettant à un groupe d’hommes d’élite de dicter l’ordre du jour », écrivent-ils.

En référence aux 16 candidats sur le bulletin de vote, dont plusieurs issus de groupes d’extrême droite, la lettre indique que l’élection « ne concerne plus simplement les travaillistes/conservateurs/extrême droite ou Galloway. Cela a jeté un nuage sur toute notre communauté et le comportement des hommes musulmans. » Lorsque les élections seront terminées et que les candidats « retourneront dans leur ville natale », les coupes profondes dans la communauté persisteront et celui qui gagnera devra relever « un énorme défi pour rassembler tout le monde », écrivent-ils.

Une réponse, également diffusée sur WhatsApp, accuse les épistoliers de porter des accusations infondées et de misandrie – un préjugé contre les hommes. « Enfin tout est juste dans l’amour et la guerre et Liebour [sic] pendant des années vous ont trompé avec leur tromperie pendant des décennies. Ne laissez pas le parti travailliste vous tromper le 1er juillet », se termine-t-il.