Les employeurs et les travailleurs doivent être conscients que les poignées de main, le contact visuel direct et la socialisation dans le pub peuvent être gênants pour les collègues musulmans, indique un rapport sur l’islamophobie produit par le Conseil musulman de Grande-Bretagne.

L’organisation, un groupe de coordination représentant plus de 500 organismes musulmans au Royaume-Uni, recommande que les lieux de travail souhaitant favoriser un environnement inclusif tiennent compte des différences culturelles.

Son rapport, Defining Islamophobia, publié mardi, suggère que les entreprises proposent une gamme d’activités sociales et de consolidation d’équipe afin que les employés musulmans puissent participer et que les chances de créer des relations entre des travailleurs d’horizons différents augmentent.

Les employeurs et le personnel doivent «être conscients des différences culturelles en matière de poignée de main et de contact visuel direct – le fait de placer une main sur le cœur (au lieu d’une poignée de main entre les sexes) pour saluer est pratiqué dans de nombreuses communautés musulmanes et considéré comme un acte hautement respectueux, tout comme les les hommes baissant le regard lorsqu’ils interagissent avec les femmes, autre marqueur du plus grand respect et moyen de conserver une humeur modeste ».

Le rapport exhorte les employeurs à réfléchir à la manière dont les codes vestimentaires et les uniformes peuvent intégrer le foulard, et à savoir si l’horaire flexible peut permettre aux travailleurs musulmans de participer aux prières du vendredi.

Il suggère aux entreprises de se demander si de la nourriture halal et des plats végétariens sont proposés dans les cantines, et comment répondre aux demandes de congé pour les fêtes de l’Aïd et les pèlerinages. De simples adaptations à la journée de travail, comme changer les heures de réunion ou travailler pendant les pauses, pourraient aider les travailleurs musulmans pendant le Ramadan, le mois sacré du jeûne.

Parmi les autres recommandations du rapport de 150 pages, il y a des cours spécifiques dans les écoles sur l’islamophobie et le recrutement d’enseignants issus de groupes minoritaires, y compris les musulmans. Citant un sondage de 2015 qui montre que 31% des jeunes sont dans une certaine mesure d’accord avec l’affirmation «les musulmans prennent le contrôle de l’Angleterre», il dit: «Le discours islamophobe est apparemment devenu normalisé dans le cœur et l’esprit des jeunes enfants scolarisés. « 

Les universités sont invitées à encourager les candidatures des musulmans et à favoriser une culture d’inclusion, par exemple en fournissant des salles de prière.

Les travailleurs musulmans devraient être encouragés à adhérer à des syndicats et à signaler les cas d’islamophobie.

Un porte-parole du Conseil musulman de Grande-Bretagne a déclaré: «Les recommandations de notre rapport devraient être utilisées comme principes directeurs par ceux qui veulent prendre des mesures pratiques et significatives pour lutter contre l’islamophobie et rendre la société confortable pour ceux de toutes confessions et d’aucune. Plutôt que des règles à suivre de manière dogmatique, nos suggestions encouragent une réflexion constructive sur la diversité des expériences musulmanes.

Le rapport approuve la définition de l’islamophobie élaborée par le groupe parlementaire multipartite sur les musulmans britanniques en 2018, affirmant qu’elle bénéficie d’un large soutien au sein des communautés musulmanes et qu’elle a été adoptée par la plupart des principaux partis politiques, à l’exception du parti conservateur.

Cette définition dit: «L’islamophobie est enracinée dans le racisme et est un type de racisme qui cible les expressions de l’islamisme ou la perception de l’islamisme».

Le rapport comprend une section sur ce qui ne constitue pas l’islamophobie, qui comprend la critique de l’islam à moins que le langage du racisme ou de l’islamophobie ne soit utilisé, critiquant des pratiques spécifiques telles que la tenue vestimentaire ou l’abattage religieux d’animaux et dénonçant la criminalité impliquant des musulmans sans attaquer tous les musulmans.

Les tensions entre le MCB et le gouvernement sont évidentes dans les conclusions du rapport qui disent: «Compte tenu de l’approche adoptée sur le racisme par le gouvernement actuel… il est peu probable que beaucoup de mesures soient prises pour lutter contre l’islamophobie… sans pression populaire.»

Le MCB a signalé le parti conservateur à la Commission pour l’égalité et les droits de l’homme en 2019, et un an plus tard, a soumis un nouveau dossier sur des cas d’islamophobie au sein du parti.