Catégories
Religions et savoir

Mille routes vers La Mecque: quatre histoires de femmes | Critique de livre

«Mille routes vers la Mecque: dix siècles de voyageurs écrivant sur le pèlerinage musulman» (recueilli et édité par Michael Wolfe) est un trésor: les chroniques de hujjaaj à travers le temps et la géographie, y compris – à mon intérêt particulier – les femmes musulmanes de des antécédents variés, à des périodes extrêmement différentes. J'ai immédiatement sauté à leurs histoires, impatient de découvrir ce que cela a dû être de faire le long voyage dans leurs propres époques. Quels faits historiques et réflexions spirituelles auraient-ils pu partager, considérés comme sans importance pour certains mais profondément significatifs pour d'autres?

Après tout, c’était plus qu’une simple écriture de voyage: il s’agissait du Hajj, le voyage d’une vie, le cinquième pilier de l’islam, la réponse du croyant à l’invitation d’Allah à sa maison. Dans l'état actuel des choses, nous avons de précieux petits détails sur la vie des femmes musulmanes – dans leurs propres mots ou autrement – d'un passé lointain; c’est un truisme douloureux que l’histoire ait rarement considéré les histoires de femmes valant la peine de savoir si elles n’étaient pas complètement et totalement exceptionnelles (ou peut-être complètement et totalement scandaleuses). Exemple: dans ce livre, répertoriant près de deux douzaines de voyageurs et leurs contes, seuls quatre d'entre eux étaient des femmes…. Et trois d'entre elles étaient des femmes blanches, occidentales, qui avaient plus qu'un petit privilège. Même ainsi – comment était-ce donc pour ces femmes du passé, qui avaient entrepris les plus grands voyages de la vie de tout musulman?

Aidez-nous à terminer 2020 avec 1000 supporters!

Alhamdulillah, nous sommes à 900 supporters. Aidez-nous à atteindre 1000 supporters avant la fin de 2020. Tout ce qu'il faut, c'est un petit cadeau d'un lecteur comme vous pour nous permettre de continuer, pour seulement 2 $ / mois.

Le Prophète (SAW) nous a enseigné que les meilleures actions sont celles qui sont faites de manière cohérente, même si elles sont petites.
Cliquez ici pour soutenir MuslimMatters avec un don mensuel de 2 $ par mois. Réglez-le et collectez les bénédictions d'Allah (swt) pour le khayr que vous soutenez sans y penser.

Nawab Sikandar, le Begum de Bhopal, était un dirigeant reconnu en Inde (bien que, malheureusement, d'un penchant pro-britannique). En 1863, elle quitta l'Inde pour La Mecque avec une suite de plusieurs centaines de personnes, dont sa mère et son oncle. Elle arriva à Djeddah en janvier 1864, chargée de richesses, dont elle fut rapidement soulagée sous forme d'impôts officiels du pacha ottoman et du charif de Makkah, et officieusement par des bandits bédouins.

Le récit de son voyage par Begum est – pour le lecteur moderne – presque amusant. Son indignation face à la bureaucratie est suivie de multiples plaintes envoyées aux capitaines de port, aux consuls britanniques et à d'autres. Hélas, la situation du Begum ne s’est pas beaucoup améliorée. Au lieu de cela, son invitation à dîner au domicile du Sharif se présente sous la forme d'une violente agression de son escorte alors qu'elle traversait La Mecque et d'être menacée de se faire tirer une balle dans la tête de son escorte si elle refusait cette invitation. Sournoisement, elle commente qu'au moment où elle est arrivée chez lui et a été amenée à la nourriture, «la rosée était tombée sur la nourriture, la rendant aussi proche que agréable, de sorte que rien n'avait de saveur.

Entre sa mère enlevée temporairement par des voleurs le long des routes, essaimée par les mendiants qui avaient découvert sa richesse, et divers autres inconvénients, la Begum de Bhopal montre à quel point elle pensait peu à La Mecque et à ses habitants. «Presque tous les mauvais personnages qui ont été chassés de l'Inde pourraient bien se trouver à La Mecque», écrit-elle. Elle poursuit, étonnée et horrifiée, à une découverte particulière: «Les femmes contractent souvent jusqu'à dix mariages, et celles qui n'ont été mariées que deux fois sont peu nombreuses. Si une femme voit son mari vieillir, ou si elle admire quelqu'un d'autre, elle se rend au Sharif, et après avoir réglé l'affaire avec lui, elle met son mari à l'écart et en prend un autre, peut-être jeune, bon -spectant et riche. De cette façon, un mariage dure rarement plus d’un an ou deux… »

Malgré – ou peut-être à cause de! – son mécontentement, les descriptions de ses expériences par Begum sont détaillées et descriptives, évoquant des images des vues et des odeurs de Makkah (et des scélérats!). Ce qui ressortait, cependant, était une scène particulièrement unique: une description de la visite de la maison du Sharif de Makkah, de sa rencontre avec sa mère et ses quatre épouses. (Le Begum note qu'il avait sept femmes, dont quatre étaient présentes, mais je soupçonne que les trois autres étaient des concubines plutôt que des épouses légales.)

Sikandar Begum décrit les beaux vêtements des femmes présentes, les subtilités sociétales qui ont eu lieu et l'observation plutôt exaspérante que «seules les épouses qui ont mis au monde des enfants au Sharif sont autorisées à s'asseoir en sa présence, tandis que celles qui n'ont la famille est obligée de se tenir les mains jointes.

S'il n'y avait pas eu le fait que la Begum était une femme qui avait accès aux espaces des femmes – dans ce cas, les espaces privés des femmes de la classe supérieure – ces détails n'auraient probablement jamais été notés dans la rédaction de l'histoire traditionnelle. Les espaces des femmes musulmanes ont toujours été des sphères privées, les détails et les détails de leur vie quotidienne cachés par la jalousie gardée de leurs hommes, et souvent considérés comme non pertinents au départ.

Pourtant, la réalité de l'existence féminine, et ses différences dramatiques, même pour entreprendre et accomplir les mêmes tâches sacrées du Hajj, devient encore plus claire dans les écrits de Winifred Stegar d'Australie. Winifred avait accepté l'islam et épousé un homme musulman desi en Chine, s'installant avec lui en Australie. En 1926, elle et sa famille s'embarquèrent d'Australie en Inde et de là en Terre sacrée.

Les souvenirs de Winifred de son voyage ardu au Hajj sont bien loin de la litanie de plaintes de Nawab Sikandar. Bien qu’elle ait voyagé dans beaucoup moins de luxe et avec beaucoup plus de difficultés, la sincérité, la force d’esprit et la bonne humeur de Winifred brillent à travers ses souvenirs écrits. Elle décrit des moments d'une beauté inattendue, comme un ancien train à Lucknow dédié au hujjaaj, orné de couronnes de jasmin et de roses de haut en bas; elle parle avec tendresse de son gentil et digne beau-frère, qui prend en charge deux jeunes filles abandonnées trouvées à bord du navire rouillé et réaménagé qu'elles prenaient toutes à travers la mer Rouge.

L’une des scènes les plus dramatiques des chroniques de Winifred décrit l’examen médical que tous les pèlerins en herbe ont dû subir avant de monter à bord de leur bateau. Les hommes ont été emmenés dans un endroit ombragé et ont reçu de l'eau fraîche à boire en attendant leurs examens. Pendant ce temps, les quatre cents femmes ont été emmenées dans des ruines en ruines sans ombre et sans boissons. «Je ne pouvais m'empêcher de me demander ce que notre sexe avait fait pour que nous ne puissions pas profiter du confort d'un abri et de l'eau fraîche comme les hommes», écrit Winifred, et moi, près de cent ans plus tard, je me demande la même chose. Comment se fait-il qu'il ait toujours été considéré comme courant et incontesté pour les femmes de supporter des conditions que nos frères n'ont pas à tolérer, dans le même temps et dans la même situation?

L'examen médical se transforme en une bagarre féroce entre Winifred et une femme médecin eurasienne (non musulmane) abusive; Winifred sort victorieux, le médecin est arrêté et les hujjaaj traversent la mer Rouge. Les histoires de Winifred laissent une profonde appréciation à la fois pour le confort moderne et pour sa propre détermination à poursuivre le voyage béni.

Peu de temps après Winifred Stegar est venue la légendaire Lady Evelyn Cobbold d'Angleterre, qui a fait le voyage à La Mecque à l'âge de 66 ans.Ses récits sont fascinants, d'un royaume fraîchement créé d'Arabie saoudite, encore mystérieux et magique et non souillé par les sales politique du pétrole.

Les journaux de Lady Evelyn sont peut-être les plus détaillés des quatre histoires de femmes. En tant que femme européenne avec des liens importants, son expérience était sans aucun doute unique; être occidental et Les musulmans (et les personnes âgées) lui ont donné accès à la fois aux espaces réservés aux femmes et aux espaces exclusivement masculins interdits à toutes les autres femmes, musulmanes et non musulmanes. Heureusement, ses enregistrements sont méticuleux et elle présente au lecteur une perspective de l'Arabie saoudite qui est rarement, voire jamais, partagée avec le public occidental.

Lady Evelyn nous donne une description luxuriante de la beauté naturelle de l'océan et des déserts du royaume; elle se souvient de nager à la mer la nuit, de pique-niquer sous la pleine lune et de conduire à travers les collines de sable jusqu'à la ville sacrée et cachée de La Mecque. Elle parle avec admiration de l’instauration par Ibn Sa’ud de la sûreté et de la sécurité dans le pays, mettant fin au règne de terreur des bandits bédouins; elle mentionne des maisons construites pour soigner d'anciens esclaves et d'autres femmes pauvres. Comme pour la Begum de Bhopal, Lady Evelyn prend le temps de raconter en détail un portrait personnel et intime de ses visites avec des femmes locales. Ses descriptions de leur habillage sont fascinantes, car la plupart des lecteurs associent probablement l'habillage des femmes saoudiennes uniquement à l'abayaat noir et aux niqaabs; au lieu de cela, on nous donne un aperçu des espaces intérieurs de ces femmes. Elle fait l'éloge de la compagnie des femmes de la région avec qui elle passe du temps, et ses magnifiques descriptions évoquent un sentiment d'émerveillement et de nostalgie ou ces mondes cachés de femmes, si perdus dans l'histoire.

Enfin, nous avons l’histoire de Saida Miller Khalifa, une autre femme musulmane britannique qui a entrepris le formidable voyage au Hajj en 1970. Par rapport à l’époque vintage des femmes précédentes, l’expérience de Saida était bien plus moderne, prenant un vol d’Egypte vers l’Arabie. Même ainsi, il est certainement différent des histoires du Hajj d'aujourd'hui, avec le sentiment que la sienne était une époque où il y avait encore de nombreux vestiges d'un âge plus ancien.

Les propres expériences de Saida avec le hareem sont radicalement différents de ceux du Begum ou de Lady Evelyn; en tant que roturière plutôt que personne de statut, sa vision du monde des femmes est beaucoup moins luxueuse, mais non moins riche en nature. Elle parle de la maison dans laquelle elle et son mari ont loué un espace, bondée de nombreux autres hujjaaj; ses anecdotes sur sa formidable hôtesse, surnommée affectueusement «le tyran turc», et sur les autres femmes résidant avec elles sont à la fois amusantes et touchantes.

La description que Saida fait de Jumu’ah au Haram de La Mecque, en tant que femme, est fascinante à noter, tout comme le reste de ses expériences du Hajj. Magnifiquement, elle termine son récit par les mots suivants: «Pour moi, le Hajj signifiait un voyage de découverte se terminant par l'ouverture d'une porte vers une expérience spirituelle beaucoup plus profonde…»

Les récits de ces quatre femmes, éparpillés dans le temps, pour se lancer dans le même voyage, dans le même but, ont profondément résonné en moi. Les réalités féminines sont totalement différentes des réalités masculines, même lors de l'exécution d'un rituel universel tel que le Hajj; les récits écrits de ces femmes ont souligné ce fait de multiples manières. À travers leurs yeux, nous apercevons les sphères privées des femmes musulmanes, dont il existe de précieux petits documents pour commencer. En voyageant avec eux à travers leurs paroles, nous trouvons le genre de détails qu'aucun homme ne pourrait partager.

C’est un rappel pour nous de l’importance et de la nécessité que les perspectives des femmes soient valorisées en toutes choses, afin que nous puissions tous acquérir une compréhension plus profonde et plus large d’un sujet donné. Lorsque les voix des femmes sont étouffées, nous souffrons tous de la perte de sagesse, d’expérience et de perspicacité. Quand musulman les voix des femmes sont étouffées, nous perdons encore plus: nous perdons l’occasion d’acquérir des connaissances religieuses et une compréhension spirituelle.

Je suis profondément reconnaissant que les écrits de ces femmes aient été préservés et publiés, alors que trop de paroles de femmes ont été cachées et ont disparu dans le sable du temps.

Au-delà des quatre histoires de femmes décrites ici, le livre contient des récits d'autres voyageurs historiques, allant des voyageurs médiévaux classiques tels que Ibn Jubayr et Ibn Battuta, aux Européens et autres du début des années 1500-1900, et du début du siècle. à l'époque moderne, y compris Malcolm X. Néanmoins, l'aspect le plus important de ce livre est qu'il est l'un des rares endroits où les expériences des femmes musulmanes ont reçu la même raison et la même importance que celles des hommes musulmans.

«Mille routes vers la Mecque: dix siècles de voyageurs écrivant sur le pèlerinage musulman» est un objet précieux à avoir dans sa collection, en tant que musulman, bibliophile, passionné d'histoire, ou ces trois choses combinées.