«Je ne peux plus faire ça», m'a dit la femme. «Tout cela prier et jeûner et rester à l’écart du sexe, en espérant que je me marierai un jour. À quoi ça sert? J'ai trente ans et je ne sais même pas ce que ça fait d'être touché. Et maintenant, tout ce que je veux, c'est qu'un homme me touche. Et si je ne me marie jamais? elle a dit.

«Toutes ces choses que nous apprenons sur la patience et l’obéissance à Allah pour avoir une bonne vie ne sont pas vraies», a-t-elle déclaré. «Je n’en ai rien vécu. Mais vous savez qui l'a fait? Tous mes amis qui ont enfreint toutes les règles. Pendant que je priais, ils faisaient la fête. Pendant que je jeûnais, ils se régalaient. Pendant que je baissais le regard et que j'étais une «bonne musulmane», ils dormaient dehors », dit-elle, la frustration évidente dans son ton.

«Mais maintenant, ce sont eux qui ont des maris et des enfants, de grandes maisons et beaucoup d’argent», se plaint-elle. «Pendant ce temps, je suis seul, fauché et sans perspective de mariage en vue. Je ne vois donc plus l’utilité de suivre les règles. Tout ce que cela m’a apporté, c’est la misère et la solitude. »

Aidez-nous à terminer 2020 avec 1000 supporters!

Alhamdulillah, nous sommes à 900 supporters. Aidez-nous à atteindre 1000 supporters avant la fin de 2020. Tout ce qu'il faut, c'est un petit cadeau d'un lecteur comme vous pour nous permettre de continuer, pour seulement 2 $ / mois.

Le Prophète (SAW) nous a enseigné que les meilleures actions sont celles qui sont faites de manière cohérente, même si elles sont petites.
Cliquez ici pour soutenir MuslimMatters avec un don mensuel de 2 $ par mois. Réglez-le et collectez les bénédictions d'Allah (swt) pour le khayr que vous soutenez sans y penser.

Cela m'a brisé le cœur en écoutant la douleur émotionnelle de ma sœur musulmane. J'aurais aimé pouvoir enlever la douleur. J'aurais aimé pouvoir lui dire qu'elle aurait tout ce dont elle rêvait un jour. Mais je ne pouvais pas.

Alors je lui ai juste dit la vérité, la vérité qu'elle aurait dû apprendre dans ses premières leçons sur l'islam. «Mais nous n’obéissons pas à Allah pour que nous puissions avoir une bonne vie dans ce monde», ai-je dit. «Nous lui obéissons afin de pouvoir mener une bonne vie dans l'au-delà.»

"Mais ne puis-je pas avoir une bonne vie dans les deux mondes?" elle a demandé, exaspérée.

«Oui, ai-je dit. "Mais c'est Allah qui définit à quoi cela ressemble pour nous."

Mettre les choses en perspective

Je me souviens avoir lu une citation de Yasmin Mogahed qui a vraiment résonné en moi: «Le secret du bonheur est de ne pas le rendre dépendant de ce qui peut être enlevé.»

Mais malheureusement, une grande partie de ce que nous apprenons sur nos vies dans ce monde, même de la part de nombreux enseignants spirituels et imams, est que nous obtiendrons le bonheur du monde et le succès matérialiste si nous sommes de «bons musulmans». Ou que si nous avons juste assez de foi, tous nos rêves les plus fous se réaliseront. J’ai même entendu des conseils de collègues entrepreneurs musulmans qui assimilaient notre niveau de revenu à l’état spirituel de notre âme.

«Si vous pensez bien à Allah, Il vous accordera tout ce que vous voulez dans ce monde», disent-ils. «Vous devez simplement lui faire confiance.» Bien que je crois certainement à la fois au pouvoir et à la nécessité de penser bien à Allah et au besoin de notre cœur de lui faire confiance, je me sens très mal à l’aise lorsque ces outils de nourriture spirituelle et de purification de l’âme sont enseignés dans le but de promettre des résultats mondains très spécifiques.

Ce n’est pas que je pense que nous ne devrions pas nous efforcer de réussir dans le monde. Plutôt l'inverse. En fait, je crois personnellement que nous devons faire un bien meilleur travail pour garantir l’indépendance économique en tant que musulmans, ne serait-ce que pour une autre raison que nous ne devrions pas compter autant sur ceux qui ne font pas partie de notre foi pour soutenir nos familles et nos communautés.

Une fois lors d'un discours d'ouverture que j'ai prononcé sur l'augmentation de notre richesse dans ce monde, j'ai partagé ce conseil: N'utilisez pas votre croyance en l'au-delà comme excuse pour vous contenter de l'échec et de l'impuissance dans ce monde.

Quand le prophète subḥānahu wa ta'āla (glorifié et exalté soit-Il) et les Compagnons vivaient simplement, c’était parce qu’ils étaient généreux de leur richesse et de leur succès dans le monde, non parce qu’ils n’en avaient pas. Et ce n’était certainement pas parce qu’ils évitaient de travailler pour la richesse et le succès dans ce monde.

J'ai ensuite partagé ça ayah du Coran, qui a été traduit pour signifier:

«Mais cherchez, avec cette (richesse) qu'Allah vous a accordée, la maison de l'au-delà, et n'oublie pas votre part de jouissance légale dans ce monde. Et fais le bien comme Allah t'a été bon, et ne cherche pas le mal dans le pays. En vérité, Allah n'aime pas ceux qui font du mal » (Al-Qasas, 28:77).

Ainsi, il nous appartient, en tant que croyants, de nous efforcer au mieux de notre niveau pour le meilleur dans ce monde et le meilleur dans l'au-delà, tout en recherchant de ce monde matérialiste ce qui est béni et halal pour nous.

Cependant, alors que nous nous efforçons de réussir dans le monde, nous devons aborder ce noble objectif avec un état d'esprit différent de celui que nous faisons pour le succès spirituel ultime dans l'au-delà. Si nous ne le faisons pas, notre vie spirituelle en souffrira énormément et nous serons continuellement confus lorsque les choses ne se dérouleront pas comme prévu.

Pourquoi nous sommes si confus

Voici un rappel que je me suis écrit dans mon journal personnel, dans l’espoir de protéger mon cœur des troubles inutiles qui l’arriveraient si je ne gardais pas ce monde dans une perspective appropriée:

Vous savez pourquoi nous sommes si confus? Parce que nous pensons au succès dans ce monde comment nous devrions penser au succès dans l'au-delà. Allah nous promet des récompenses très spécifiques dans l'au-delà en raison de notre travail d'âme, et nous nous promettons des récompenses très spécifiques dans ce monde en raison de notre Dunya travailler.

Les conseillers en relations partagent des conseils qui promettent des mariages durables et aimants – ou qui garantissent connaissance quand quelqu'un est fait pour vous. Les gourous des affaires partagent des conseils qui promettent d'avoir une richesse abondante et une entreprise prospère – et qui promettent des moyens d'être sans dette et soulagés à jamais de la lutte financière. Même certains enseignants spirituels vont jusqu'à vous dire que tout ce bonheur et ce succès du monde vous sont promis si vous êtes un «bon musulman».

Et pour prouver qu'ils ont raison, ils indiqueront le «succès» perçu dans leur propre vie ou dans celle de quelqu'un d'autre – s'attribuant ainsi le mérite de l'œuvre de Dieu en disant que ces bénédictions sont dues à leurs propres efforts.

Mais la vie de ce monde ne fonctionne pas comme ça.

Vous ne pouvez pas offrir votre qadar (Décret de Dieu) à quelqu'un d'autre, peu importe à quel point vous êtes convaincu qu'ils doivent suivre vos traces pour avoir du succès, de la richesse ou un mariage durable. Le résultat ne vient pas de vous, donc quelqu'un qui suit vos conseils ne lui accordera pas votre chemin de vie.

Oui, nous pouvons bénéficier des voyages, des expériences et des conseils de chacun, mais nous ne pouvons pas reproduire les résultats positifs d’autres personnes. Et nous ne devrions même pas le vouloir. Parce que nous n'avons aucune idée des épreuves qui attendent nos âmes et nos familles si nous goûtons au résultat de la définition du «succès» de quelqu'un d'autre.

Il n'y a que deux choses que chaque âme est promise dans ce monde: les épreuves terrestres et la mort inévitable. Donc, si vous voulez des conseils «infaillibles» qui promettent le succès, alors regardez aux conseils divins sur la façon de supporter patiemment les épreuves du monde et comment apprécier avec gratitude les bénédictions du monde.

Et à travers ça, bi’idhnillaah, vous apprendrez comment atteindre le seul succès qui compte vraiment à la fin: rencontrer votre Rabb dans un état de soumission et de foi sincères, puis constater qu'Il est satisfait de vous.

-de Qu'est-ce que vous attendiez? Soyons honnêtes par Umm Zakiyyah

ADHÉRER MAINTENANT

Obtenez le livre et les vidéos: LIRE ET REGARDER MAINTENANT