anial Shah s’est tourné vers Sabeen Mahmud, qui a fondé PeaceNiche, qui promeut la liberté d’expression à travers la culture, pour l’aider avec sa première exposition de photos lorsque toutes les autres organisations ont refusé de montrer son travail. Les photographies de Shah couvrent des questions politiques et culturelles, telles que les élections locales et les droits des femmes. Certains ont refusé de travailler avec lui pour des raisons politiques, tandis que d’autres n’ont pas répondu du tout.

Après une rencontre à l’espace communautaire de Mahmud, T2F, à Karachi, la plus grande ville du Pakistan, elle a accepté d’accueillir son exposition. Mais Mahmud, un militant des droits humains de 40 ans qui a supervisé un programme d’art progressiste à T2F, n’a pas pu voir la première exposition de Shah. Elle a été assassinée quelques mois après leur rencontre.

« S’il n’y avait pas eu T2F, je n’aurais pas eu l’assurance de pouvoir être photographe et enseigner la photographie », a déclaré Shah. « L’événement m’a fait découvrir des photographes, des artistes et des fans. L’espace était pour tout le monde. J’y ai également dirigé mon premier atelier.

Fresque murale de Sabeen Mahmud devant T2F.  L'ourdou lit : 'Vous êtes mon héros.'
Une fresque de Sabeen Mahmud devant T2F. L’ourdou lit : ‘Vous êtes mon héros.’ Photographie : Shah Meer

Le lieu communautaire pionnier, à l’origine connu sous le nom de The Second Floor, d’après son emplacement dans un immeuble de bureaux, a été fondé en 2007 par Mahmud. Mais maintenant, le conseil d’administration de T2F a décidé de le fermer, dans une décision qui a été qualifiée de « plus qu’une tragédie ».

Mahmud a écrit dans la revue Innovations au moment de son ouverture : « Je me suis demandé si je pouvais créer un minuscule avant-poste hippie postmoderne, un refuge sûr pour les artistes, les musiciens, les écrivains, les poètes, les activistes et les penseurs, essentiellement tous ceux qui voulaient échapper à l’implacable tyrannie de la ville pendant un petit moment.

Il n’y a presque rien de tel à Karachi. C’est plus qu’un café coloré et une librairie, dont les murs sont souvent tapissés de peintures ou de photographies. Souvent remplie d’artistes, d’activistes et d’écrivains, elle est devenue un refuge pour les libres penseurs, tout comme Mahmud l’espérait, et a survécu après son assassinat.

Shakil Jafri, directeur de T2F, a déclaré : « En raison de la pandémie, T2F n’a pas pu générer de revenus pour couvrir ses dépenses, nous avons donc décidé de suspendre ses services. Le conseil d’administration décidera de l’avenir de T2F dans quelques mois.

Marvi Mazhar, qui a dirigé T2F après le meurtre de Mahmud, a déclaré au Guardian : « Suspendre les services de T2F est plus qu’une tragédie. Notre société est déjà endommagée et remplie d’extrémisme et d’intolérance. En ces temps difficiles, nous avons plus qu’avant besoin de tels espaces et alternatives. »

Dans la soirée du 24 avril 2015, après avoir animé une conférence sur le Baloutchistan, la province troublée du sud-ouest du Pakistan, Mahmud rentrait chez elle lorsqu’elle a été abattue par deux hommes. Sa mère, qu’elle s’apprêtait à reconduire chez elle, a également été abattue mais a survécu. Les amis de Mahmud ont déclaré au Guardian qu’elle avait reçu des menaces de mort pour avoir organisé des pourparlers sur diverses questions, dont la dernière, qui sont censurées ailleurs au Pakistan. Deux hommes, Saad Aziz et Aliur Rehman, ont été reconnus coupables de son meurtre et condamnés à mort. Les autorités ont lié les hommes au terrorisme islamiste, bien que de nombreux amis de Mahmud pensent que « l’État profond » militaire du pays est responsable.

Mir Mohammad Ali Talpur, militant et écrivain invité en tant qu’orateur invité pour l’événement du Baloutchistan, a déclaré : « Quelles que soient les raisons des fermetures, sans des espaces comme T2F, les sans voix, les non-écoutés et les marginalisés seront plus pauvres et privés d’un espace pour enregistrer leurs malheurs et leur dissidence.

Les restrictions croissantes à la liberté d’expression, les attaques croissantes contre les journalistes et la fermeture des espaces publics et communautaires ont donné naissance au terme «régime hybride» au Pakistan, pour capturer le recul démocratique qui se produit dans le pays.

En 2019, une exposition à la Biennale de Karachi de l’artiste pakistanaise Adeela Suleman, intitulée The Killing Fields of Karachi, qui traitait des morts extrajudiciaires de 444 personnes aux mains de la police, a été perquisitionnée par les autorités et forcée de fermer.

Jibran Nasir, également un ami de Mahmud, a critiqué les agences de sécurité pour avoir fermé l’exposition et a déclaré : « Nous voyons la censure et la restriction de la liberté d’expression partout au Pakistan. Je ne sais pas si ce régime est pire que celui de l’ancien dictateur Zia, qui a amené l’islamisation et l’extrémisme dans le pays. Mais je sais que le régime actuel fait de son mieux pour fermer même les espaces en ligne après avoir mis fin à la plupart des espaces publics et communautaires. »

Sheema Kermani, qui travaille dans les arts du spectacle et est la fondatrice de Tehrik-e-Niswan – ou mouvement des femmes – a déclaré qu’il y avait peu d’espaces communautaires pour les artistes et que ces dernières années, le déclin du nombre de lieux s’était accéléré. Kermani a déclaré: « Pour le moment, je vois rarement de l’espace. »

Les sandales de Sabeen Mahmud gisent sur le sol de la voiture après qu'elle a été abattue.
Les sandales de Sabeen Mahmud gisent sur le sol de la voiture après qu’elle a été abattue. Photographie : Shakil Adil/AP

La PIA Arts Academy a été créée en 1966 par Pakistan International Airlines et est devenue plus tard le National Performing Arts Group. Elle a déclaré: «Ce bel espace a été fermé récemment. Nous perdons tout notre espace.

Alors que les espaces publics au Pakistan sont proches des artistes et des militants, à leur place se développe une culture de censure et d’accusations de blasphème.

Le cinéma pakistanais Zindagi Tamasha, ou Circus of Life, a été pressenti pour une nomination aux Oscars, mais la plupart des Pakistanais ne peuvent pas le voir. Il a été accusé d’avoir un contenu blasphématoire, mais le film a été autorisé par le comité de censure et par un groupe de sénateurs. Cependant, il n’a pas été projeté après que Tehreek-e-Labbaik Pakistan (TLP), un parti politique extrémiste, a organisé des manifestations contre le film et que le réalisateur, Sarmad Khoosat, a été harcelé par des menaces de mort.

En mars, l’écrivain sindhi Amar Jaleel a été accusé de blasphème et harcelé sur les réseaux sociaux avec des menaces de violence pour un festival littéraire de lecture d’une nouvelle sur le sort des dissidents politiques.

Le Premier ministre, Imran Khan, a été critiqué pour avoir défendu les lois pakistanaises sur le blasphème pour gagner le soutien de la droite religieuse avant son élection en 2018, des militants et des écrivains affirmant que Khan faisait du Pakistan un endroit plus conservateur et intolérant et restreignait la liberté d’expression. et les médias.

L’auteur Fatima Bhutto, de la dynastie politique des Bhutto, a déclaré : « Ce qui est triste, c’est qu’il s’agit d’un moment où le pays devrait soutenir sa jeunesse, encourager et condescendre les arts et utiliser le soft power pour présenter un nouveau visage du Pakistan. au monde. C’est une erreur de calcul désastreuse de la part du gouvernement d’Imran Khan de lutter contre les arts.