Des affrontements ont éclaté pour une deuxième nuit entre les Palestiniens et la police israélienne à l’extérieur de la vieille ville de Jérusalem alors que des dizaines de milliers de fidèles musulmans priaient dans la mosquée voisine al-Aqsa.

Au moins 80 personnes ont été blessées, dont une âgée d’un an, et 14 ont été transportées à l’hôpital, a indiqué le Croissant-Rouge palestinien. La police israélienne a déclaré qu’au moins un officier avait été blessé.

Les autorités islamiques ont estimé que 90 000 personnes s’étaient rassemblées pour des prières nocturnes à la mosquée al-Aqsa, le troisième site le plus sacré de l’Islam.

La nouvelle violence est survenue un jour après que plus de 200 personnes ont été blessées dans les combats autour de la mosquée, ce qui a suscité des appels internationaux à la fin du conflit.

Les tensions à Jérusalem ont récemment explosé, les Palestiniens se plaignant de restrictions oppressives pendant le mois sacré musulman du Ramadan. Une décision de justice israélienne à venir sur la question de savoir si les autorités peuvent expulser des dizaines de Palestiniens – et donner leurs maisons à des colons juifs – a encore aggravé la situation.

La police a défendu leurs actions après avoir dispersé la manifestation dans le quartier de Sheikh Jarrah, où des manifestants avaient jeté des pierres sur les forces de sécurité. Auparavant, la police avait bloqué des bus remplis de pèlerins se rendant à Jérusalem pour le culte.

Des médecins palestiniens ont déclaré que 80 Palestiniens avaient été blessés samedi soir, principalement par des balles en caoutchouc, des grenades assourdissantes ou des coups, dont une femme au visage ensanglanté.

Le chef de la police, Koby Shabtai, a déclaré qu’il avait déployé davantage de policiers à Jérusalem à la suite des affrontements de vendredi soir, qui ont fait 18 blessés. Après des semaines de violence nocturne, Israéliens et Palestiniens se préparaient à de nouveaux conflits dans les jours à venir.

«Le droit de manifester sera respecté mais les troubles publics seront accueillis avec force et tolérance zéro. J’appelle tout le monde à agir de manière responsable et avec retenue », a déclaré Shabtai.

Des Palestiniens viennent en aide à un homme blessé lors d'affrontements avec les forces de sécurité israéliennes à l'extérieur de la porte de Damas dans la vieille ville de Jérusalem.
Des Palestiniens viennent en aide à un homme blessé lors d’affrontements avec les forces de sécurité israéliennes à l’extérieur de la porte de Damas dans la vieille ville de Jérusalem. Photographie: Emmanuel Dunand / AFP / Getty Images

À la frontière avec Gaza, les soldats ont tiré des gaz lacrymogènes sur les manifestants palestiniens, alors que les responsables ont déclaré que trois ballons incendiaires avaient été lancés en Israël, provoquant des incendies mais aucun blessé.

Vendredi, la police anti-émeute a pris d’assaut l’enceinte de la mosquée al-Aqsa après avoir déclaré que des Palestiniens avaient lancé des pierres et des feux d’artifice sur des policiers. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a défendu les actions de la police.

«Israël agit de manière responsable pour garantir le respect de la loi et de l’ordre à Jérusalem tout en permettant la liberté de culte», a-t-il déclaré lors d’une réunion de responsables de la sécurité.

La violence a été la pire depuis des années à al-Aqsa, le troisième site le plus sacré de l’Islam après La Mecque et Médine. Jérusalem a longtemps été le centre de la crise israélo-palestinienne, avec ses lieux saints vénérés par les juifs et les musulmans.

Le mur occidental de la vieille ville fait partie du site le plus sacré du judaïsme – le mont du Temple. Il fait également partie du al-Haram al-Sharif, ou du Noble Sanctuaire, avec le Dôme du Rocher et la mosquée al-Aqsa au-dessus.

Les Palestiniens ont organisé des manifestations nocturnes à Sheikh Jarrah contre une tentative des colons israéliens de s’emparer des maisons arabes. Samedi, les manifestants ont scandé, agité des drapeaux palestiniens et lancé des pierres avant que la police n’intervienne.

Des dizaines de manifestants arabes israéliens se sont également rassemblés à travers Israël en solidarité avec les habitants de Sheikh Jarrah, brandissant des pancartes indiquant «l’occupation est du terrorisme».

Un journaliste de la télévision publique israélienne a tweeté des images d’un chauffeur juif dont la voiture a été attaquée avec des pierres et des vitres brisées à l’entrée de Sheikh Jarrah samedi.

Le mouvement islamiste Hamas, qui dirige Gaza, a exhorté les Palestiniens à rester à al-Aqsa jusqu’à la fin du ramadan, avertissant que «la résistance est prête à défendre al-Aqsa à tout prix».

Des manifestants palestiniens lancent des pierres sur les forces de sécurité israéliennes au milieu d'affrontements dans la vieille ville de Jérusalem dans la nuit de Laylat al-Qadr.
Des manifestants palestiniens lancent des pierres sur les forces de sécurité israéliennes au milieu d’affrontements dans la vieille ville de Jérusalem. Photographie: Emmanuel Dunand / AFP / Getty Images

Le Quatuor d’envoyés de l’Union européenne, de la Russie, des États-Unis et des Nations Unies a exprimé sa «profonde préoccupation» face à la violence. «Nous appelons les autorités israéliennes à faire preuve de retenue», ont-ils écrit.

Les États-Unis – un allié israélien dont le ton s’est durci sous le président Joe Biden – se sont déclarés «extrêmement préoccupés» et ont exhorté les deux parties à «éviter les mesures qui exacerbent les tensions ou nous éloignent de la paix».

«Cela comprend les expulsions à Jérusalem-Est, les activités de colonisation, les démolitions de maisons et les actes de terrorisme», a déclaré le département d’État.

L’Union européenne a appelé les autorités «à agir de toute urgence pour désamorcer les tensions actuelles», affirmant que «la violence et l’incitation sont inacceptables et les auteurs de toutes parts doivent être tenus pour responsables».

Le président palestinien Mahmoud Abbas a déclaré qu’il tenait le gouvernement israélien responsable des troubles et a exprimé «son plein soutien à nos héros d’al-Aqsa».

Yair Lapid, un politicien israélien qui tente de former un gouvernement de coalition pour remplacer Netanyahu, a soutenu la police. «L’Etat d’Israël ne laissera pas la violence se déchaîner et ne permettra certainement pas aux groupes terroristes de la menacer», a-t-il tweeté.

Les affrontements d’al-Aqsa ont suscité de vives reproches dans le monde arabe et musulman.

Le président turc, Recep Tayyip Erdoğan, a dénoncé Israël comme un «État terroriste cruel» dans un discours prononcé samedi à Ankara, appelant les Nations Unies à intervenir pour «arrêter la persécution».

La Jordanie a condamné «l’attaque barbare» d’Israël et l’Égypte, la Turquie, la Tunisie, le Pakistan et le Qatar figuraient parmi les pays musulmans qui ont critiqué les forces israéliennes pour la confrontation.

Israël a également attiré les critiques de Bahreïn et des Émirats arabes unis, deux pays qui ont signé des accords de normalisation avec l’État juif l’année dernière.

L’Iran a appelé l’ONU à condamner les actions de la police israélienne, qualifiant les actions de la police d’Isreali de «crime de guerre».

La Cour suprême d’Israël doit tenir une nouvelle audience dans l’affaire Sheikh Jarrah lundi, lorsque les Israéliens célèbrent la Journée de Jérusalem pour célébrer la «libération» de la ville.