Des affiches et des bannières ont été placées dans les temples et les magasins indiquant qu’il est interdit aux magasins musulmans d’installer des étals et des magasins lors des festivals de temples sur la côte du Karnataka.

Selon les résidents locaux, l’interdiction faite aux magasins musulmans de faire des affaires est le résultat de la pression exercée par des groupes d’extrême droite sur les comités du temple.

Des groupes de droite ont fait valoir que puisque les organisations musulmanes demandent des interdictions et ferment leurs entreprises après le verdict du hijab, les temples devraient également faire de même en ne permettant pas aux commerçants musulmans de faire des affaires lors de leurs foires annuelles.

Il est expressément interdit aux musulmans de participer à une vente aux enchères pour installer des stands lors de la foire annuelle qui doit se tenir au temple Mahalingeshwara à Puttar Taluk le 20 avril. L’annonce de la vente aux enchères indique explicitement que seuls les hindous sont autorisés à enchérir sur les stands.

Il est également interdit aux musulmans de vendre lors de la célébration annuelle du temple Bappanadu Shri Durgaparmeshwari dans le district de Dakshina Kannada. Dans des affiches qui circulent, il est écrit que les personnes qui ne respectent pas la loi du pays, tuent des vaches ne seront pas autorisées à faire des affaires. La déclaration a été clôturée par la phrase « Les hindous sont conscients ».

Le commissaire de police de la ville de Mangaluru, Shashi Kumar, a déclaré que le tahsildar local se rendra dans la région pour savoir qui a installé les flexibles. Il a ajouté que la police prendrait d’autres mesures si l’agence civile était prête à porter plainte.

L’ancien ministre en chef Siddaramaiah a regretté l’attitude des responsables du district qui n’ont pris aucune mesure pour donner suite à l’affaire car il semble qu’ils permettent indirectement que cela se produise.

Le Congrès MLA d’UT Khader à l’Assemblée du Karnataka a soulevé la question à l’Assemblée du Karnataka. Il a dit que les gens qui installaient les banderoles dans les lieux publics essayaient de troubler l’harmonie, des mesures strictes devraient être prises contre eux.

Le ministre de la Justice Madhuswamy a répondu en disant que le gouvernement n’encourageait pas un tel comportement. Il a dit que si la bannière est installée à l’extérieur du bâtiment, ils peuvent la rectifier. En revanche, si la bannière se trouve à l’intérieur du bâtiment du temple, son groupe n’est pas autorisé à la corriger.

Il a ajouté que depuis 2022, il existe une règle selon laquelle le gouvernement du Congrès interdit aux non-hindous d’avoir des contrats dans des institutions religieuses.

ARTICLES SIMILAIRES