Voir le Index des histoires pour les autres histoires de Wael Abdelgawad.

Voici le chapitre 6 d'une nouvelle à plusieurs chapitres. Chapitres: Chapitre 1 | Chapitre 2 | Chapitre 3 | Chapitre 4 | Chapitre 5 | Chapitre 6 | Chapitre 7 | Chapitre 8 | Chapitre 9

«Tu vas me voler encore? La prochaine fois que je te tire pour de vrai! – Ivana

Pourrais-tu être aimé

Soutenez MuslimMatters pour seulement 2 $ par mois

MuslimMatters est un service gratuit à la communauté depuis 2007. Tout ce qu'il faut, c'est un petit cadeau d'un lecteur comme vous pour nous permettre de continuer, pour seulement 2 $ / mois.

Le Prophète (SAW) nous a enseigné que les meilleures actions sont celles qui sont faites de manière cohérente, même si elles sont petites.
Cliquez ici pour soutenir MuslimMatters avec un don mensuel de 2 $ par mois. Réglez-le et collectez les bénédictions d'Allah (swt) pour le khayr que vous soutenez sans y penser.

Pourrais-tu être aiméUne fois sa famille installée chez lui, Omar s'est douché et s'est changé, a prié 'Asr, puis s'est dirigé vers l'aéroport. Il avait à peine conduit un bloc lorsque son téléphone a commencé à jouer à Bob Marley Pourrais-tu être aimé, qui était ce qu'il avait attribué à Fuad comme sonnerie, parce que Fuad devrait être aimé, mais ne l'était pas.

Omar s'est demandé s'il fallait répondre. Parfois, Fuad voulait juste rattraper son retard. Mais le plus souvent, il appelait quand il était perplexe, dans un funk, ou tout simplement désespéré par les singeries d’Ivana. Ce qui faisait partie de la vocation des amis, mais Omar n’avait pas le temps pour le moment. Hani et sa mystérieuse épouse arriveraient dans une heure.

Il répondit quand même et sut instantanément que c'était une mauvaise. Fuad criait, non pas sur lui mais sur quelqu'un d'autre, dans un espagnol passable mais fortement accentué: «Cálmate mi amor! S'il vous plaît!"

Il y eut en arrière-plan le bruit de quelque chose qui était brisé ou brisé.

«Fuad? Dit Omar.

Maintenant Fuad avait l'air en colère. «Était-ce mon prix de l'Association latino-américaine des épileptologues? Il vaut mieux ne pas avoir été, toi loup-garou cubain!

Ivana a crié quelque chose qu'Omar ne pouvait pas comprendre. Ensuite un autre FRACASSER.

En arrière-plan, un gémissement monta en hauteur jusqu'à devenir un gémissement. Por Dios, que se passait-il là-bas?

La voix de Fuad devint suppliante. "Je m'excuse bébé, tu n'es pas un loup-garou, tu es une mangue des Caraïbes succulente, une sapote mamey juteuse -"

«Fuad!» Dit Omar, plus fort. Et encore une fois le fort gémissement.

Ivana hurle. FRACASSER.

"Non, mi amor, je sais que ce sont des fruits ronds, je ne dis pas que vous êtes gros, je voulais dire une douce banane cubaine-"

«FUAD!» Hurla Omar.

Fuad l'a finalement entendu. «Oh, Omar. Frère as-salamu alaykum. Comment se déroule votre journée? Tout va bien, j'ai confiance?

Omar secoua la tête. «Est-elle encore ivre?

«Non, elle a arrêté de boire.

"Oui en effet."

"C'est vrai! Mais elle imagine que je regardais une femme au centre commercial avec un intérêt dégoûtant, mais je vous assure, Omar, je- »

«J'ai la photo.» En approchant de la rampe d'accès au Corredor Sur, Omar passa une main dans ses cheveux. «De quoi as-tu besoin de moi?»

«Eh bien, je suis enfermé dans la salle de bain. Ivana a un couteau. C'est simplement un couteau de cuisine, donc je ne peux pas parler de son degré de netteté- "

«Tu veux que j'appelle la police?»

«Je ne peux pas,» dit Fuad d'un ton réprobateur, «appeler la police sur ma propre femme. Pouvez-vous s'il vous plaît venir la calmer? Et la désarmer? Le code de la porte est – "

«L'avez-vous changé depuis la dernière fois?» Cria Omar. Il n’a pas eu le temps pour ça.

"Eh, non."

«Alors je le sais. Es-tu en sécurité?"

«Comme je l'ai dit, je suis enfermé dans la salle de bain, donc oui, mais…» Il fut noyé par un autre gémissement.

«Qu'est-ce que c'est que ce bruit?»

«Oh, c’est le Taj Mahal. Il est coincé dans la salle de bain avec moi. "

Taj Mahaj était leur chat. La pauvre créature doit être terrifiée. «J'y serai bientôt. Et essayez de l'appeler canne à sucre. Joli et maigre. " Il a raccroché. Secouant la tête de dégoût, il baissa la pédale et se dirigea vers Costa del Este. Fuad et Ivana étaient mariés depuis près de cinq ans maintenant, mais c'était toujours la même chose. Fuad dépensant de l’argent qu’il n’avait pas, Ivana n’a jamais été satisfaite, les deux combattant comme des jaguars et des aigles. Un millier de fois, Omar avait été sur le point de dire à Fuad de divorcer de l'ivrogne fou et d'en finir. Mais l'Islam a enseigné que c'était mal de s'interposer entre un mari et une femme. Les mots n'avaient donc jamais échappé à sa langue, pas même une seule fois.

Après tout, ce n’était pas comme si quiconque était battu ou commettait l’adultère. Il y avait des choses, de l’avis d’Omar, qui étaient des facteurs décisifs. Des choses qui devraient légitimement mettre fin à un mariage. Mais des disputes constantes, une cupidité excessive… enfin, qui devait-il dire? Si Fuad l'aimait et pouvait supporter ça, c'était à lui de décider.

Le drame était certainement un casse-tête.

Jetez-la du balcon

Fuad vivait dans un appartement de luxe au trente-cinquième étage d'un gratte-ciel en bord de mer appelé Torre del Cielo. Il gagnait beaucoup d'argent dans sa pratique, mais il rencontrait quand même Omar quelques fois par an, lui demandant d'emprunter de l'argent pour payer ses cartes de crédit.

Torre del Cielo était à deux sorties au sud sur le Corredor Sur – sur le chemin de l'aéroport, heureusement. Mais que ferait Omar une fois arrivé? Il n'aimait pas l'idée de s'attaquer à un fou armé d'un couteau, même si elle était l'ancienne Miss Cuba. Il avait étudié la défense au couteau en karaté, mais ne l'avait jamais tenté en réalité. Et Sensei Alan avait toujours dit: «La première vérité de la défense au couteau est que vous allez être coupé.» Être frappé par une reine de beauté serait tout aussi douloureux que d'être frappé par un samouraï japonais. L'appartement chic de Fuad n'aurait pas l'air bien avec le sang d'Omar éclaboussé partout.

Desserts françaisAlors qu'il s'apprêtait à sauter sur le Corredor, il repéra une nouvelle boulangerie française qui avait ouvert dans un petit centre commercial. Maison San Francisco. Il avait emmené sa famille là-bas une fois, mais n’avait pas répété l’expérience car si la nourriture était délicieuse, les prix étaient exorbitants. Cela lui a cependant donné une idée. Ivana aimait tout ce qui est européen et cher.

Il fit une embardée sur deux voies de circulation, provoquant une cacophonie de klaxons retentissants, et entra chaudement en hurlant pour s'arrêter dans le petit parking. À l'intérieur de la Maison San Francisco, il a commandé une boîte remplie d'une demi-douzaine de délicieuses friandises: éclaire au chocolat, gâteau d'opéra, tarte framboise, tarte au citron et plus encore. Grimaçant alors qu'il payait la note, il se précipita vers la voiture et la mit à feu sur le Corredor.

Il jeta un œil à l’horloge numérique de la voiture: Hani et sa mystérieuse épouse arriveraient dans une heure. Hani ne semblait pas être du genre à accepter gentiment si Omar arrivait en retard. Il le prendrait probablement comme une insulte personnelle.

"Pourrais-tu être aimé?" a chanté la voix de Bob Marley depuis son téléphone. «Ne les laisse pas te changer, oh! Ou même vous réorganiser! Oh non!"

«Je suis en route, Fuad.» Dit Omar sans préambule.

"Oh. Eh… tu dois me promettre que tu ne blesseras pas Ivana. Éloignez-lui simplement le couteau.

«Non, Fuad,» dit sèchement Omar. "Je vais la jeter du balcon."

«S'il vous plaît, soyez sérieux, frère. Elle m'est si précieuse. Je ne pourrais pas le supporter si… "

"Elle ira bien si elle touche l'eau dans une position simplifiée." Bien que ce ne soit pas vrai, bien sûr. Les eaux côtières ici étaient peu profondes. Elle briserait tous les os de son corps.

«Omar!

«As-salamu alaykum, je dois y aller.» Il a mis fin à l'appel.

Allah en est un

Dix minutes plus tard, Omar entra dans le parking de la Torre del Cielo. Deux jeunes femmes portant des sacs à provisions avec des étiquettes de créateurs se dirigeaient vers le bâtiment. L'un était un Afro-Latina à la peau sombre portant des lunettes de soleil en miroir, l'autre une blonde courte. Omar marchait derrière eux. Le portier torse nu, ressemblant à une colombe lissante dans un uniforme à double boutonnage blanc ivoire, ouvrit la porte et les salua tous avec un joyeux «Buenas tardes».

L'Afro-Latina fit un signe de tête au portier, mais la blonde se renfrogna comme pour dire: «Comment osez-vous me parler?» Arrogance rabiblanco typique de la classe supérieure panaméenne. Sur une impulsion, Omar a ouvert la boîte de la boulangerie et a donné au portier une tarte aux fraises. Quel était un de moins? Cinq était aussi bon que six. L'homme sourit d'une oreille à l'autre. Avec un tel enthousiasme qu'on aurait pensé qu'il venait de gagner un voyage à Paris, a-t-il déclaré: «Gracias señor Bayano».

Omar partageait l'ascenseur avec les deux jeunes femmes. Ils ont appuyé sur le bouton pendant 30 et Omar a atteint 35.

«Bonjour,» dit Omar, simplement poli.

La blonde l'ignora, sortit un tube de rouge à lèvres de son sac et commença à l'appliquer tout en regardant dans le miroir sur le mur de l'ascenseur. Reconnaissant le rouge à lèvres, Omar sourit. Il a été fabriqué par Puro Panameño, mais faisait partie de la ligne de luxe de la société, commercialisée sous le nom de Printemps Paris, pour tous ces riches latino-américains qui pensaient qu'un produit fabriqué au Panama était en dessous d'eux. Cette nuance particulière a été faite avec un colorant de muntingia calabura, une baie d'Amérique latine qui était étrangement connue localement sous le nom de cerise chinoise. Ce petit bâton coûtait 139 $, Omar le savait. La blonde pouvait l'ignorer autant qu'elle aimait, mais son argent était toujours dans la poche de sa mère.

Pensant peut-être qu'il lui souriait, l'Afro-Latina a enlevé ses lunettes de soleil, a lancé un sourire à Omar en retour et a dit: «Salut, je suis Maria.»

Omar a donné son nom.

Maria fit un signe de tête à la boulangerie. «Des bonbons pour votre chérie?»

«Un pot-de-vin pour un psychopathe cubain brandissant un couteau.

«Ça a l'air excitant.»

La blonde a dit: «Pourquoi parles-tu à ce crétin? Il pourrait être un tueur en série.

Purement par impulsion, ne voulant que jouer un peu avec la blonde, Omar a dit: "Allah est Un."

La blonde émit un grognement dégoûté. "Tu vois ce que je veux dire? Une noix."

"Qu'est-ce que ça veut dire?" Maria voulait savoir.

Omar n’avait pas vraiment voulu lancer une session de da’wah. Conscient que l'ascenseur était presque arrivé à 30, il a gardé bref: «Cela signifie que Dieu est un Dieu unique. Pas de fils, pas de saints, pas de partenaires. Nous lui devons tout: gratitude, amour, adoration. Et nous sommes tous absolument égaux dans sa domination.

L'ascenseur arriva au 30ème étage et les portes s'ouvrirent. La blonde sortit, mais Maria garda les portes ouvertes d'une main. Son visage portait une étrange expression d'intrigue et d'émerveillement, comme si elle venait de voir une bête mythique caracoler. «Je veux en savoir plus», dit-elle.

"Avez-vous un téléphone?"

Maria a sorti son téléphone portable et Omar lui a donné le numéro du centre communautaire musulman. «Appelez ce numéro après 18 heures. Demandez Fatima.

Alors que l'ascenseur montait tranquillement à 35, Omar se trouva ému par le regard émerveillé qu'il avait vu sur le visage de Maria. Tout cela à cause de quelques phrases qu'il a prononcées. Il savait que lui-même tenait souvent l'islam pour acquis. Cela avait toujours fait partie de sa vie. Mais Maria avait agi comme s'il venait d'ouvrir une porte et lui avait montré un aperçu du paradis. Alors que la blonde, d'un autre côté, n'avait absolument pas été intéressée. SubhanAllah, le cœur humain était une chose étonnante. Cela vous a fait vous demander combien d'autres personnes étaient là-bas, cherchant un peu de vérité, affamées d'un rayon de lumière pour leur montrer le chemin.

Une scène de chaos

Omar se tenait devant la porte d'entrée. C'était calme à l'intérieur. Il était venu ici dans une humeur frustrée, presque en colère, prêt à faire la loi avec la folle Cubaine, voire à la combattre au sol si nécessaire. Mais après son expérience avec la jeune femme dans l'ascenseur, il se sentit soudain humble. Il raisonnerait Ivana. Malgré tous ses défauts, elle était une femme intelligente. Elle avait toujours utilisé son intelligence pour manipuler les autres, du moins le semblait-il à Omar. Mais peut-être qu'elle répondrait à la gentillesse.

La porte de Fuad possédait un clavier alphanumérique au lieu d’une serrure traditionnelle. Le code, Omar le savait, était REINA, qui signifie reine – le surnom de Fuad pour Ivana. Cela s'est traduit par 73462. Omar l'a saisi.

La porte s'ouvrit sur une scène de chaos. Un canapé et une chaise avaient été entaillés et du rembourrage était éparpillé sur le sol. La chaise en ruine était la préférée de Fuad, nota Omar. Il adorait s'asseoir dans ce fauteuil inclinable en cuir marron tout en regardant des matchs de cricket.

Certaines récompenses de Fuad avaient effectivement été détruites. Des éclats de verre et de porcelaine jonchaient le sol. Les rideaux avaient été baissés et la tringle à rideau avait été cassée en deux, allongée sur le sol marbré devant l'immense fenêtre coulissante qui donnait sur un balcon et donnait sur le Pacifique. Une étagère de rangement intégrée du sol au plafond contenait normalement une variété d'articles, y compris des livres (tous de Fuad), des statues de saints catholiques (en dépit des protestations de Fuad) et de nombreuses photos encadrées d'Ivana, dont beaucoup de sa Victoire du concours Miss Cuba. Omar a remarqué que les livres de Fuad avaient été abattus et jetés dans la pièce, et certains avaient même leurs pages arrachées, tandis que les affaires d'Ivana étaient intactes.

Un minibar qui se tenait contre un mur, en face du mur avec les étagères intégrées, était nu. Omar se demanda ce qui était arrivé à toutes les bouteilles de vin et de rhum qui s'y trouvaient normalement. Il avait dit à Fuad à plusieurs reprises qu'il ne devrait pas permettre ce poison dans sa maison, mais Fuad s'était plaint de ne pas pouvoir tenir tête à Ivana.

En parlant du diable, Ivana était assise dans une ancienne chaise française sculptée dans l'acajou et recouverte de daim blanc. C'était sa chaise préférée et elle n'était bien sûr pas endommagée. Elle n'avait pas entendu Omar entrer. Elle s'assit de profil par rapport à lui, face à l'immense fenêtre coulissante. Une élégante robe verte sans manches brillait contre sa peau brun foncé et descendait jusqu'à ses chevilles. Un bras était drapé sur le dossier de la chaise. De son autre main, elle tapota doucement ses dents avec quelque chose qu'Omar ne pouvait pas tout à fait voir – un stylo doré? Ses cheveux noirs épais étaient échevelés et elle paraissait rouge. Un grand couteau à découper était posé sur la table d'appoint française à côté d'elle.

Portant la boîte de desserts, Omar la salua avec «Acere, qué bolá»! Peut-être que la phrase cubaine – qui signifie, bonjour mon pote, que se passe-t-il – ferait-elle sourire et aiderait à la calmer.

Pistolet plaqué orLes yeux écarquillés, Ivana se retourna sur la chaise et tendit le bras, tenant l'objet qu'elle tapait sur ses dents. La lumière du soleil de midi passant à travers la baie vitrée a attrapé l'objet, scintillant sur ses lignes métalliques lisses, et Omar a vu qu'il ne s'agissait pas d'un stylo, mais d'une petite arme de poing plaquée or avec une poignée incrustée de perles. Il aurait pu admirer sa beauté, s'il ne l'avait pointé directement vers lui.

Son karaté s'est entraîné et il a esquivé vers la droite. Il n'y a même pas pensé. «Sortir de la piste», on l'appelait en karaté, et Omar l'avait percé un million de fois en réponse à des coups de poing, des coups de pied et des attaques au couteau simulées.

Cela lui a peut-être sauvé la vie.

La fille à la gomme Goldie

"FISSURE!"

Omar n'avait jamais entendu un coup de feu de près. Seuls les rapports lointains dans son quartier la nuit, à l'époque où il était jeune et ils vivaient à Panama Viejo. Dans les films, les coups de feu ressemblaient au rugissement des canons ou au claquement du tonnerre. Mais ce pistolet émettait un son très aigu et plat, comme le craquement d'un fouet. Une douleur chaude marqua son épaule gauche de feu. Il grogna de surprise, laissa tomber la boîte de bonbons et se baissa derrière le canapé déchiqueté.

«Ivana! cria-t-il, et sa voix lui parut étrange dans le silence étouffé qui suivit le tir. "Êtes-vous fou? C’est moi, Omar! »

Il a entendu un cliquetis – l'arme est tombée? – comme Ivana a crié, «Ay Dios! Pourquoi vous faufilez-vous dans notre maison comme un cambrioleur? Elle avait ce ton de voix rauque et grondant que presque tous les Cubains avaient – Omar ne savait jamais pourquoi – mais il était teinté de panique pour le moment.

De l'intérieur de la salle de bain, Fuad a crié: «Que se passe-t-il? Quel était ce son?

Il risqua de jeter un coup d'œil par-dessus le canapé vidé et vit Ivana debout, l'air en colère et effrayée. L'arme reposait sur la table à côté d'elle. Prenant la boîte de bonbons et pensant à quel point c'était idiot de le faire, il se leva. Son épaule brûlait encore, et maintenant quelque chose lui chatouillait la peau, comme un insecte coulant le long de son bras. Il regarda et vit un filet de sang couler dans sa main et s'égoutter sur le sol.

«Tu m'as tiré dessus», dit-il à Ivana, mi-accusateur, mi-étourdi.

Les mains d'Ivana ont atteint sa bouche et ses yeux sont devenus aussi larges que le port de La Havane. Elle se précipita vers la porte de la salle de bain, la frappa. «Mi amor, sortez! Omar a été blessé.

La porte de la salle de bain s'ouvrit instantanément et Fuad se précipita, juste après Ivana, et le Taj Mahal passa sur ses talons, passant dans un flou argenté et disparaissant dans une chambre.

"Ne laissez pas le chat sortir!" Ivana a pleuré – absurde, pensa Omar, puisque la porte d'entrée était fermée.

La bouche de Fuad s’ouvrit en voyant l’état de l’appartement, puis il vit Omar et lui dit: «Oh mon Dieu.» Courant vers lui, Fuad étudia l'épaule d'Omar. En cet instant, tout son comportement a changé. Alors que Fuad dans sa vie personnelle semblait souvent irrésolu, malheureux et frustré, à ce moment-là, il se transforma sous les yeux d'Omar. Il se tenait droit, et son regard prit une forte concentration. Il pressa fermement une main sur la blessure d'Omar, et d'une voix dominante, dit: «Reina! Va chercher mon sac médical dans le placard du hall. Immédiatement!"

Ivana a couru et est revenue avec un grand sac en cuir marron avec une poignée et un fermoir en laiton.

«Je t'ai apporté des bonbons français,» dit bêtement Omar, tenant toujours la boîte, qui était maintenant maculée de sang.

"C’est bien," dit Ivana d’un point de vue factuel, avant de prendre la boîte.

«Ouvre mon sac et enlève les ciseaux», dit Fuad. Sous sa direction, Ivana a commencé à couper la chemise d’Omar de son corps.

«Super», se plaignit Omar. «Cette chemise était un cadeau d'anniversaire de ma mère. Et je suis censé être à l’aéroport dans une demi-heure. Quel est le problème avec vous, Ivana? Pourquoi tu m'as tiré dessus? Es-tu ivre?"

"Non," dit Ivan sur la défensive. «J'ai arrêté de boire. Voir?" Elle fit un signe de la main au minibar vide, prenant presque l'œil d'Omar avec les ciseaux. «Parce que je veux être une bonne épouse pour mon bel amour Fufu.»

«Fufu?» Omar essaya de rire, mais ses dents claquaient trop. Pourquoi ses dents claquaient-elles? Il a dit: «Pourquoi avez-vous un pistolet en or? Vous pensez que vous êtes une sorte de méchant de Bo-Bond? La guh-girl avec la gomme goldie? Attendez, qu'avait-il dit? Cela ne sonnait pas bien.

«Arrêtez de parler», dit Fuad. «Vous êtes sous le choc. Ivana, enroulez la couverture d'urgence autour de lui, mais laissez cette épaule nue.

Alors qu'Ivana enroulait une sorte de couverture argentée de l'ère spatiale sur la tête et l'épaule d'Omar, Fuad a activé un petit enregistreur vocal numérique, l'a posé sur la table et a traité la blessure d'Omar rapidement et efficacement, racontant tout le temps.

«La plaie est un sillon elliptique peu profond sur le deltoïde externe gauche, d'environ quatre centimètres de long et de moins d'un centimètre de profondeur au centre. Le coin proximal de la plaie présente une marge d'abrasion en croissant. Les bords de la plaie ont de petites lacérations diagonales rayonnant loin du point de contact initial.

À Omar, il a dit: «Ce n'est qu'un pâturage, frère. Pas profond. Vous n’avez même pas besoin d’hospitalisation. Je peux le traiter immédiatement si vous n’avez pas d’objection. J'appliquerai de la lidocaïne pour l'engourdir, puis je la suturerai. "

Omar hocha la tête. Il se sentait plus chaud et avait cessé de frissonner. L'épaule ferait mal mais pas de manière intolérable. Il savait pourquoi Fuad ne voulait pas l'emmener à l'hôpital. Les médecins rapportaient l'incident à la police et Ivana aurait des ennuis. Les armes à feu personnelles étaient illégales au Panama. Pourquoi la folle avait-elle même une arme? Mais il faisait confiance à Fuad. Si le frère disait qu'il pouvait le traiter efficacement ici, Omar le croyait.

Horloge murale antiqueAlors que Fuad nettoyait puis soignait sa blessure avec l’aide d’Ivana, les yeux d’Omar se posèrent sur l’horloge antique accrochée au mur du fond. Il était blanc, avec des chiffres romains et un motif floral sur le visage, avec des roses marquant douze et six. Il vit avec effroi qu'il était 2 h 20. Il devait être à l'aéroport dans quinze minutes! Avec le tempérament et l’attitude suspecte de Hani, que penserait l’homme si Omar était en retard ou ne se présentait pas du tout? Il prendrait cela comme un camouflet délibéré.

Fuad a bandé la plaie, puis a préparé une seringue, en tapotant dessus. «Vous donner un antibiotique à large spectre. Je transmettrai une ordonnance à Farmacia Arrocha, vous pouvez la récupérer à tout moment. »

Omar détourna les yeux tandis que la grosse aiguille glissait dans sa chair. Il en avait assez de choses qui lui transperçaient le corps pendant une journée.

Dès que Fuad eut fini, Omar se leva. Une vague de vertiges frappa, mais passa rapidement. "Je dois y aller. Je dois être à l'aéroport.

"Pas si vite!" Fuad agrippa le bon bras d’Omar pour le stabiliser. «Vous n'êtes pas en état de conduire. Et j'ai besoin de mettre votre bras dans une écharpe, de le stabiliser pour ne pas déchirer les sutures. J'en ai un ici quelque part.

«Je dois aller chercher quelqu'un. Comme maintenant. Ce n’est pas ouvert au débat. »

Fuad soupira. "Très bien. Ivana vous emmènera. Ivana commença à protester, mais Fuad la fit taire avec un regard inhabituel et un mouvement de hachage. «Pas un mot, Ivana. Nous parlerons de tout cela plus tard. Emmenez Omar là où il doit aller.

Il se tourna vers Omar et, d'un ton doux et hésitant, dit: «Je suis désolé, frère. Tout cela est de ma faute. Je lui ai acheté l'arme, car il y avait une invasion de domicile dans le bâtiment, et elle avait peur de rester seule à la maison quand je travaille tard. Elle était censée le garder dans la maison en toute sécurité. S'il vous plaît, pardonnez-moi."

Omar a agité cela avec son bon bras. "Comme vous l'avez dit, nous pouvons parler plus tard."

La route!

Dix minutes plus tard, vêtu d’une des chemises habillées chères de Fuad, et le bras gauche serré dans une écharpe d’épaule, Omar s’est assis sur le siège passager de la Renault Laguna rouge cerise d’Ivana alors qu’ils accéléraient le Corredor Sur. Ivana aurait pu exiger une Mercedes ou une Porsche et Fuad l'aurait achetée pour elle, mais elle préférait la Renault parce qu'elle était française. Telle était la définition d'Ivana de la haute culture. Si c'était français, elle le voulait.

La voiture était confortable, avec une conduite douce et douce. Omar avait entendu dire que Renaults avait fonctionné comme un rêve pendant les trois ou quatre premières années, puis avait commencé à s'effondrer de manière majeure. Nul doute que Fuad en achèterait un nouveau à Ivana quand cela arriverait.

Ivana conduisait dangereusement comme elle le faisait toujours, contournant des voitures plus lentes, mais pour une fois Omar ne se plaignit pas. Il allait certainement être en retard pour récupérer Hani et se sentait anxieux. Et le battement régulier dans son épaule n'aidait pas.

Il savait qu'il devrait laisser Ivana se concentrer sur la route, mais il ne pouvait pas s'en empêcher. «Si tu ne bois plus», demanda-t-il, «alors pourquoi m'as-tu tiré dessus?»

«Je suis désolé, d'accord? C'était un accident. Vous m'avez surpris et l'arme a explosé. C'est votre faute de vous faufiler comme un cambrioleur. " Elle a agité une main manucurée dédaigneusement. «D'ailleurs, tu as entendu ce que mon bel amour a dit. Ce n’est qu’une égratignure. Ne faites pas grand-chose. »

«Que faisiez-vous même avec une arme à feu? Et tu as fait un énorme gâchis dans l'appartement, Ivana. Ce n’est pas une façon pour les gens normaux d’agir! »

Omar a tout de suite su qu'il avait commis une erreur. Fury a tordu le visage du Cubain. Elle se tourna vers lui, se piquant du doigt. «Vous devriez savoir, monsieur‘pas de mas«Omar.»

Omar fronça les sourcils. «Que voulez-vous dire, pas de mas?»

«Je sais ce que vous lui dites. No mas Ivana, laissez-la, divorcez-la, renvoyez-la. Vous avez de la chance que je ne vous ai pas tué exprès!

La circulation avait ralenti et ils étaient sur le point de s'écraser dans la voiture devant eux. "La route!" Pleura Omar. "La route!"

Avec seulement un coup d'œil sur la circulation, Ivana a fait un écart autour des voitures lentes, sur l'épaule étroite – soulevant la poussière et le gravier, accélérant la largeur d'une main du mur de béton sur le côté du Corredor – puis, après avoir passé un long ligne de voitures, réduit le trafic alors qu'il roulait à nouveau rapidement.

«J'allais me suicider!» elle a crié. Elle frappa une main contre sa poitrine ample une, deux, trois fois. «Juste dans mon cœur. Il ne peut pas divorcer de moi! Je ne retournerai pas à Cuba! Je jure que je finirai moi-même en premier. Elle regarda Omar et son ton devint soudainement doux et suppliant. «Vous pensez que je l'utilise. Mais je jure que je l'aime. Il est le monde pour moi.

Elle a commencé à pleurer, et c'était pire que tout parce que si Omar ne croyait pas qu'elle se serait suicidée, il ne l'avait jamais vue pleurer, ne l'avait jamais vue vulnérable. Des larmes coulaient sur ses joues, striant son mascara. «Je ne pouvais pas le supporter, Omar. S'il vous plait, ne le faites pas me quitter. " Elle posa sa tête sur le volant et se mit à sangloter bruyamment, sans même regarder la route. Non seulement elle n'a pas réduit la vitesse, mais la voiture a en fait accéléré, tout comme la circulation a commencé à ralentir pour l'un des péages périodiques qui parsèment le Corredor.

«Arrêtez la voiture», cria Omar en posant sa seule bonne main sur le tableau de bord et en poussant le sol avec ses pieds. «Ivana! ARRÊTEZ!"

Ivana leva les yeux et claqua son pied sur le frein. Les pneus ont grincé, l'arrière a fait une queue de poisson violemment, et Omar a donné un cri muet alors qu'ils se dirigeaient vers l'arrière d'un gros gréement à 18 roues arrêté. Avec un énorme frisson, la voiture s’arrêta à un souffle du garde-boue du camion, le moteur calant et mourant.

«Alhamdu-» commença à dire Omar.

«BAM!» Quelque chose s'est écrasé dans leur arrière, les entraînant à son tour à l'arrière de la semi-remorque. La tête d’Omar sursauta et heurta l’appuie-tête, puis fit un bond en avant. Il se retourna et regarda. Un vieux Datsun de la couleur d'un citron vert desséché, bosselé et coupe-froid, les avait percutés par derrière.

"Oh non," gémit Omar, serrant un poing et le pressant contre son front. Il n’arriverait plus jamais à l’aéroport. "Non non Non."

Négociation

Lui et Ivana sont sortis de la voiture et ont effectué l'examen obligatoire des dommages. L'avant de la Renault était gravement bosselé et un phare a été brisé, mais les dommages étaient cosmétiques. La structure générale était intacte. À l'arrière, l'aile arrière était inclinée, basculant d'un côté, mais c'était tout. Quant aux autres véhicules, le camion à l'avant était totalement intact, pas même une égratignure, et le petit batteur derrière avait simplement une petite bosse dans son garde-boue.

Presque aussitôt, les deux autres conducteurs sont sortis de leurs véhicules et criaient à Ivana et Omar.

«Regardez ce que vous avez fait à ma voiture!» Ivana leur a crié dessus en retour. "C'est une Renault, pas un morceau de ferraille comme le vôtre."

Le conducteur de la grosse plate-forme, un petit homme portant une casquette de baseball avec BOYD SHIPPING imprimé dessus, a agité ses bras de façon superficielle, passant par les mouvements pour l'apparence, semblait-il à Omar. Comme si se mettre en colère et faire une scène était une exigence sociale dans ces situations.

Le chauffeur de Datsun, une femme trapue aux cheveux gris dans un tailleur-pantalon bon marché – l'uniforme traditionnel de la classe ouvrière panaméenne – semblait vraiment bouleversé, bien qu'Omar ne pouvait pas imaginer pourquoi. Le Datsun ressemblait déjà à un ananas.

Ivana, qui n'était pas en reste, lança des insultes si grossières qu'elles auraient pu cailler du lait.

Bracelets en or"Je n'ai pas le temps pour ça," marmonna Omar. Passant entre les trois, il a crié: «La ferme! Ecoutez." Il pointa du doigt Ivana. «Le mari de cette femme est avocat. C’est un requin. Peu importe qui est en faute, il vous poursuivra tous les deux – »Ici, il a pointé du doigt le petit chauffeur de camion, puis la femme qui a reculé -« et prenez tout ce que vous possédez. Ou… »Omar sourit et adoucit son ton -« pour éviter les retards, nous pourrions vous donner quelque chose à chacun, et tous être en route.

Les deux pilotes hochèrent vigoureusement la tête, aimant cette idée.

Omar montra les poignets d'Ivana, sur lesquels elle portait – comme d'habitude – une impressionnante collection de bracelets en or. «C'est de l'or 22 carats. Vous recevez chacun un bracelet. C'est beaucoup d'argent."

"Es-tu fou?" Cria Ivana. «Ce n’était pas ma faute. Si vous pensez pendant une seconde que je donne quelque chose à ces larcins, sales, de classe inférieure… »

Omar se tourna vers elle et pressa son nez presque contre le sien, chuchotant violemment. «C'était de ta faute, imbécile! Maintenant, fais ce qu'on vous dit, ou wallah – »il posa un doigt sur ses lèvres, puis le lança en l'air -« Je vais porter plainte contre vous pour m'avoir tiré dessus. Vous serez expulsé. »

Murmurant des jurons de colère, Ivana enleva deux bracelets et en tendit un à chaque conducteur. Ils sont partis avec le sourire. La femme aux cheveux gris en particulier avait l'air presque étourdie de joie.

De retour dans la voiture, Omar a dit: "Tirez sur l'épaule pendant une minute."

"Pourquoi? Tu vas me voler encore? La prochaine fois que je te tire pour de vrai!

"Tu fait tire-moi pour de vrai. S'il vous plaît, arrêtez-vous. J'ai quelque chose à te dire."

Continuant à maudire, Ivana s'arrêta. «Je ne suis pas un imbécile», dit-elle en regardant Omar.

Omar prit une inspiration, laissa échapper. "Je sais. Pardon. Mais tu fais parfois des sottises. Il leva la main, la faisant taire. "En tous cas. Je jure par Allah, je n'ai jamais dit à Fuad de vous quitter. Pas même une suggestion. Je l'ai pensé, bien sûr, mais je n'ai jamais dit un mot. De toute façon, Fuad ne le ferait jamais. Il t'aime follement. Il avait coupé sa propre main en premier. Alors calmez-vous, s'il vous plaît. Et au fait, je suis content que vous ayez arrêté de boire, c'est une étape merveilleuse. "

La tête penchée sur le côté, Ivana l'étudia. «Vous avez juré par Allah. Je sais que les musulmans ne font pas cela à la légère, donc je crois que vous ne lui avez jamais dit de me quitter. Mais je sais qu'il a l'intention de le faire! Sa lèvre inférieure tremblait et ses yeux se remplissaient de larmes. «Je l'ai vu chercher des avocats sur l'ordinateur. Il l'a fermé quand je suis entré dans la pièce, mais je l'ai vu.

«Ohhhh.» Omar secoua la tête. «Il recherchait des avocats pour faute professionnelle. Il m'en a parlé la semaine dernière. Un patient le poursuit pour un million de dollars. D'après ce que je comprends, le costume n'a aucun mérite, mais Fuad ne voulait pas que vous vous inquiétiez. C’est pourquoi il ne vous l’a pas dit. Croyez-moi, il ne vous divorcera jamais.

Ivana a couvert son visage entre ses mains et s'est mise à pleurer bruyamment. Ne sachant que faire, Omar lui tapota l'épaule. Sa peau – car elle portait toujours la robe verte sans manches – était chaude, et il lui retira la main comme s'il avait été brûlé. Ouvrant la boîte à gants, il trouva un petit paquet de mouchoirs en papier et en tendit quelques-uns à Ivana. "Ça va," dit-il faiblement. "Tout va bien."

Ivana a épongé son visage avec les mouchoirs en papier et ses pleurs ont ralenti. «Alhamdu-» bégaya-t-elle, le souffle court, «Alhamdulillah.

Omar haussa les sourcils. Depuis quand Ivana a-t-elle utilisé des phrases islamiques? «Que diriez-vous de me laisser conduire le reste du trajet?» Suggéra Omar. «J'ai encore un bon bras. Et je dois vraiment, vraiment me rendre à l'aéroport dès que possible.

"Non, je vais bien." Ivana lui fit un sourire trouble. Autre première: un sourire de la princesse cubaine. «Nous pouvons y aller maintenant.»

«Plus de dramatiques?»

Elle lui lança un regard. "Ne poussez pas votre chance." Elle a mis la voiture en marche et, retentissant du klaxon dans un long et insistant ordre, se fraya un chemin dans la file d'attente pour le péage.

Suivant: Le jour des chiens, Chapitre 11: Réunion

Les commentaires des lecteurs et les critiques constructives sont importants pour moi, alors veuillez commenter!

Voir le Index des histoires pour les autres histoires de Wael Abdelgawad sur ce site.

Avatar

Les romans de Wael Abdelgawad – y compris Pieces of a Dream, The Repeaters et Zaid Karim Private Investigator – sont disponibles en ebook et sous forme imprimée sur son page de l'auteur sur Amazon.com.