Le ministre français de l’Intérieur a annoncé la répression de 76 mosquées que le gouvernement soupçonne de «séparatisme» et d’encouragement à l’extrémisme.

Gérald Darmanin a déclaré que les mosquées seraient inspectées et que tout lieu trouvé comme étant des «terrains fertiles du terrorisme» serait fermé.

Cette décision fait partie de la campagne en cours du gouvernement français pour lutter contre l'extrémisme islamiste après une série d'attaques terroristes – y compris la décapitation récente d'un enseignant et le meurtre de trois personnes dans une église de Nice – mais a conduit à des accusations selon lesquelles elle vise injustement le communauté musulmane plus large.

Le président, Emmanuel Macron, a vigoureusement démenti que la nouvelle législation visant à renforcer la laïcité qu'il avait esquissée début octobre visait les musulmans. Il a déclaré que la loi, en vertu de laquelle la France formerait des imams et imposerait une interdiction plus large de l'enseignement à domicile et des contrôles sur les associations religieuses, sportives et culturelles, visait à lutter contre le «séparatisme islamiste» radical.

Les opposants disent que le gouvernement se plie à l'extrême droite du pays et que la loi a suscité des manifestations de colère dans les pays musulmans et de la part de commentateurs britanniques et américains qui ont accusé les autorités françaises d'intolérance.

Mercredi, Darmanin, qui a soulevé des hackles en se demandant pourquoi les supermarchés avaient des allées séparées pour les aliments halal et casher, a déclaré que le coup sur les mosquées était «une action massive et sans précédent contre le séparatisme».

«Dans les prochains jours, ces lieux de culte soupçonnés de séparatisme seront inspectés. Ceux qui devraient être fermés le seront », a-t-il dit.

Selon un document du ministère de l'Intérieur divulgué au journal Le Figaro, les 76 mosquées ciblées en comptent 18 particulièrement préoccupantes, dont huit dans l'agglomération parisienne. Deux d'entre eux, en Seine-Saint-Denis banlieue, qui abrite un grand nombre de la communauté nord-africaine de la France, a déjà reçu l’ordre de fermer et un troisième a été signalé par la commission de sécurité du pays.

«Jusqu'à présent, l'État s'est concentré sur la radicalisation et le terrorisme. Maintenant, nous allons également attaquer les terreaux fertiles du terrorisme, où les gens créent un espace intellectuel et culturel pour la sécession et imposent leurs valeurs », a déclaré Darmanin au Figaro.

La France a la plus grande population musulmane d'Europe occidentale. Il est illégal en France d'établir des statistiques basées sur la race ou la religion, mais la communauté islamique est estimée à environ 6 millions de personnes.

Darmanin a officiellement annoncé la dissolution de l'organisation musulmane de haut niveau, le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), que le gouvernement accuse de répandre la propagande islamiste. Le CCIF a accusé le ministre d'avoir «cédé aux appels de l'extrême droite».

En octobre, après qu'un terroriste tchétchène aurait décapité l'instituteur Samuel Paty, qui avait montré des caricatures controversées du journal satirique Charlie Hebdo à une classe d'élèves, Darmanin a ordonné la fermeture d'une mosquée à Pantin, au nord-est de Paris, pendant six mois. , l'accusant de lancer une campagne contre l'enseignant.

À l'époque, William Bourdon, un avocat qui a déposé une contestation infructueuse de l'ordre de fermeture, a déclaré que la fermeture de la mosquée était «une très grave erreur» qui risquait de «marginaliser des milliers et des milliers de fidèles».