Pendant des années, la radio communautaire musulmane a diffusé programmes religieux aux auditeurs de Sydney, apportant des nouvelles et des émissions de discussion quotidiennes en arabe ainsi que des annonces communautaires.

En tant que seule station communautaire musulmane sur la radio FM à Sydney, elle peut atteindre la plupart des 300 000 musulmans de la ville, évitant les problèmes de signal qui affligent la plupart des autres stations communautaires sur la transmission AM à faible puissance.

Mais dans les coulisses, il y a eu un différend de longue date sur qui devrait détenir la licence de diffusion FM de la station, fournie par l’Australian Communications Media Authority (Acma).

Le Conseil national australien des imams (ANIC) – le seul organisme islamique central qui représente les religieux et les imams musulmans basés en Australie – affirme que la radio communautaire musulmane ne représente pas la communauté islamique au sens large.

La radio communautaire musulmane est soutenue par des représentants du groupe religieux minoritaire al-Ahbash – un mouvement sunnite marginal connu pour sa critique fervente des groupes islamiques plus conservateurs tels que les salafistes.

Le conseil des imams est souvent l’organe qui diffuse les principales annonces communautaires, répond aux appels des médias ou fait des déclarations sur des questions politiques ou religieuses. Et la commune estime que sa centralité en fait un détenteur idéal de la licence, qu’elle a tenté sans succès de reprendre par le passé.

C’est un différend qui remonte à deux décennies, le conseil affirmant constamment que la radio communautaire musulmane ne pouvait pas représenter la communauté musulmane et son large spectre comme il le pense.

Le différend a déferlé sur un tribunal de Sydney la semaine dernière, lorsque le conseil des Imams a accusé Acma de faire preuve d’un manque de « franchise et de fiabilité » et d’avoir mal géré sa demande de licence radio.

Le conseil a déclaré que la licence avait été renouvelée sans tenir compte équitablement des candidats concurrents.

La radio communautaire musulmane a précédemment nié les affirmations du conseil des imams, affirmant que le soutien constant apporté par le chien de garde des communications était la preuve de la compétence de la station.

Dans des observations soumises à la cour fédérale, l’avocat du conseil des imams, Robert Angyal, a déclaré que l’organisme représentait un « spectre beaucoup plus large de la communauté musulmane » à Sydney et que la radio communautaire musulmane était « dominée par une secte très étroite et exclusive de l’islam ». .

«Le demandeur est le plus grand organisme musulman de pointe d’Australie et la seule organisation nationale d’imams australiens et d’érudits islamiques. Et il représente les intérêts plus larges de la communauté musulmane australienne, comme cela a été largement reconnu par les gouvernements des États et fédéral.

Angyal a déclaré qu’une licence, une fois accordée, pouvait potentiellement durer « pour toujours » et qu’Acma n’envisageait aucune alternative susceptible de « faire un meilleur travail » que le titulaire en place.

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi le conseil des imams ne pouvait pas simplement demander une licence distincte, Angyal a déclaré que cela n’avait aucun rapport avec l’affaire en cause.

« Et sans rapport avec la question de savoir si mon client a été lésé par cette décision de renouveler la licence. »

Matthew Lewis, l’avocat de la radio communautaire musulmane, a déclaré au tribunal que l’affaire du conseil des imams pouvait se résumer au fait « entièrement subjectif » qu’il se considère comme un concurrent et une partie lésée.

« La question pertinente est de savoir dans quelle mesure l’ANIC est lésée ? » dit Lewis.

« Il n’y a tout simplement aucune preuve solide indiquant précisément comment l’ANIC a été lésée. »

Lewis a soutenu qu’Acma était au courant des liens entre la station de radio et Al-Ahbash et que la décision de l’autorité de renouveler la licence était légale.

« Acma n’était pas convaincue qu’il y avait des preuves que la radio communautaire musulmane posait un risque significatif du type pertinent, tel qu’identifié. »

La juge Jayne Jagot a ajourné l’affaire mercredi après-midi et une décision est attendue dans les mois à venir.

Le conseil des imams et la radio communautaire musulmane ont refusé de commenter l’affaire lorsqu’ils ont été contactés par Guardian Australia.