La Bible et le Coran sur Abraham et ses fils

La Bible et le Coran sur Abraham et ses fils

Pendant des siècles, la sagesse reçue qui nous est parvenue à travers les livres existants de l'Ancien Testament est que Dieu a promis qu'Abraham (que la paix soit sur lui) serait le père d'une grande nation et que cette nation serait engendrée par son fils, Isaac ( que la paix soit sur lui).

Son « autre fils », Ismaël (que la paix soit sur lui), est rejeté comme étant sans importance.

Ou est-il sans importance ?

En fait, ce n’est pas tout à fait ce que nous dit la Bible.

Abraham (que la paix soit sur lui) a eu deux fils : Ismaël et Isaac, également connu sous le nom d'Israël. Il y a, sans aucun doute, dans la version existante de la Bible, un parti pris non dissimulé en faveur de la branche israélite de la famille et il y a des tentatives évidentes de brouiller les cartes et de rabaisser la branche ismaélite.

Cela est incontestablement dû au fait que ceux qui ont écrit les versions de l’Ancien Testament que nous avons aujourd’hui étaient des Israélites. N'est-il pas vrai que l'histoire est souvent écrite par les vainqueurs ?

Tout au long de l'histoire, alors que les Israélites devenaient de plus en plus suprêmes dans le pays, ils ont essayé de qualifier leurs cousins ​​ismaélites de barbares et d'étrangers à la promesse de Dieu. Dans l'histoire du prophète Joseph (que la paix soit sur lui), Joseph est emmené par « une bande errante d’Ismaélites ».

Cependant, les faits montrent clairement que la promesse de Dieu était de les deux fils et à les deux branches de la famille d'Abraham.

Abraham (que la paix soit sur lui), qui était un vieil homme et dont la femme Sarah était stérile et trop vieille pour avoir des enfants, reçoit une promesse, avant même qu'un enfant ne lui naisse. (Genèse 12 : 2-3)

N’oubliez pas que cette promesse a été faite avant même la naissance des enfants.

Au fil du temps, on nous raconte que Sarah a donné à Abraham une servante pour être sa femme, dans l'espoir qu'elle donnerait un enfant à Abraham. (Genèse 16:3)

La seconde épouse d'Abraham, Agar, lui donna un fils, son premier-né, qui s'appelait Ismaël (que la paix soit sur lui), ce qui signifie « Dieu entend ». Dieu avait entendu la demande d'Abraham pour un fils, et pendant quatorze ans, Ismaël fut le seul enfant d'Abraham. Après la naissance d'Ismaël et avant la naissance de son frère Isaac, Dieu a répété sa promesse de bénir les familles de la terre à travers les descendants d'Abraham. (Genèse 17:4)

À la fin des temps, Sarah (sa première femme) enfanta à Abraham un autre enfant, son deuxième fils, qui fut nommé Isaac. (Genèse 21:5)

La promesse de Dieu à Abraham réalisée grâce à les deux Ses fils

Il est tout à fait possible, et cela est facilement accepté par de nombreux érudits bibliques, que les auteurs du livre de la Genèse aient inséré des déclarations en faveur de leur propre clan. C'est vrai qu'on lit « Mais j'établirai mon alliance avec Isaac. » (Genèse 17 : 2) et « Car en Isaac sera appelée ta postérité. » (Genèse 21:12). Mais il existe suffisamment d'autres preuves pour montrer que la promesse est faite à les deux fils.

En effet, pourquoi n’y aurait-il qu’un seul enfant comme héritier de la promesse divine ? Pourquoi cela ne pourrait-il pas être les deux des fils ? Nous pourrions également nous demander quel genre de justice divine punit un enfant innocent ? Dieu dit à Agar :

« L'ange de l'Éternel lui dit aussi : « Je multiplierai tellement ta descendance qu'on ne pourra pas la dénombrer à cause de sa multitude. » (Genèse 16:10)

Il est clair dans le récit biblique que par jalousie pour Agar et son fils, et afin de protéger les droits de son propre fils, Sarah a demandé à Abraham de chasser Agar et Ismaël (Genèse 21 : 10).

Il existe des différences entre ce que disent le Coran et la Bible à propos de l’émigration d’Ismaël et de sa mère vers le désert. La Bible dit qu’ils ont été forcés de le faire à cause de la jalousie. Dans la Bible, Agar et Ismaël sont rejetés à Beer Sheva. Le Coran dit qu'ils ont déménagé à La Mecque afin d'accomplir la Volonté Divine.

En parlant de cela, Abraham (que la paix soit sur lui) dit :

Notre Seigneur! J'ai fait habiter certains de mes descendants dans une vallée sans culture près de ta maison sacrée ; afin, ô Seigneur, qu'ils établissent la prière : remplis donc le cœur de certains d'entre les hommes d'amour envers eux, nourris-les et nourris-les de fruits : afin qu'ils rendent grâce. (Coran 14:37)

Les musulmans croient que c'est bien sûr à cet endroit précis que la Kaaba sacrée, la première maison sur terre construite pour adorer Allah, a été redécouverte et reconstruite par Abraham et Ismaël (que la paix soit sur eux). même endroit où des millions de musulmans se rendent chaque année pour accomplir le Hajj.

Cet épisode révèle réellement Abraham, sa femme et son fils comme des personnes à la foi profonde. Agar accepte qu'Allah ait demandé à Abraham de l'amener à cet endroit avec son bébé. Plus tard, le jeune Ismaël est prêt à accepter son propre sacrifice de la part de son père dans le cadre de la Volonté de Dieu.

Et c'est dans ce lieu aride, avec rien d'autre que du sable dans toutes les directions, qu'Abraham (que la paix soit sur lui) répond à l'appel d'Allah d'appeler toute l'humanité à faire le pèlerinage :

Et proclame le pèlerinage parmi les hommes : ils viendront à toi à pied et (à cheval) sur tout chameau, s'appuyant (à cause des voyages) sur des routes de montagne profondes et lointaines. (Coran 22:27)

Le récit biblique raconte qu’Abraham a rejeté sa femme et son fils aîné à cause de la jalousie de sa première femme. Dans le Coran, l'épisode montre Abraham, Agar et Ismaël participant ensemble à une action de foi profonde et de confiance en Dieu.

Il existe d'autres divergences. Dans la tradition musulmane, Ismaël (que la paix soit sur lui) était un bébé lorsqu'Abraham se rendit avec sa famille à La Mecque.

Dans la Bible, Agar aurait porté le bébé sur son dos et l'aurait jeté sous un buisson alors qu'elle courait chercher de l'eau pour son enfant assoiffé. La Bible dit également qu'Ismaël avait quatorze ans à l'époque, ce qui n'a aucun sens : une femme ne porterait pas un enfant de quatorze ans sur son dos ni ne le cacherait sous un buisson.

Dans tout cela, la Bible est un peu confuse. Dans la Genèse, il est dit :

« Mais Dieu dit à Abraham : « Ne sois pas mécontent à cause du garçon et de ta servante ; Tout ce que Sara vous dira, faites ce qu'elle vous dira, car c'est par Isaac que votre descendance sera nommée. » (Genèse 21:12)

Mais dans le verset suivant, il est également dit :

«Et je ferai aussi du fils de la servante une nation, car il est ta postérité.» (Genèse 21:13)

Finalement, quelques versets plus tard, la promesse est une fois de plus confirmée à Ismaël (qui encore une fois ne peut pas être un garçon de quatorze ans) :

« Lève-toi, soulève l’enfant et tiens-le fermement avec ta main ; car je ferai de lui une grande nation ». (Genèse 21:18)

Le fait est que, selon le plan de Dieu, les deux fils doivent être bénis et que de chacun naîtra « une grande nation ».

Ainsi, dans sa vieillesse, la promesse de Dieu à Abraham avait été doublement accomplie. Par l'intermédiaire du deuxième fils d'Abraham, Isaac, sont venus les prophètes israélites, notamment Jacob, Joseph, Moïse, David, Salomon et Jésus (que la paix soit sur eux tous). Cet accomplissement de la promesse de Dieu à travers la branche israélite est clairement indiqué dans la Bible.

Bien qu'elle soit à peine mentionnée, parce qu'elle ne correspondait pas à la vision israélite de sa propre histoire et de son destin, la promesse de Dieu est aussi accompli à travers la branche ismaélite.

Des descendants d'Ismaël est issu le dernier grand prophète du monothéisme, Mahomet (que la paix soit sur lui), dont les adeptes représentent aujourd'hui près d'un cinquième de la population mondiale et qui, chaque année, par millions, voyagent pour faire le pèlerinage à ce même lieu où Abraham (que la paix soit sur lui), Agar et Ismaël (que la paix soit sur lui) ont voyagé.

Bien que la branche israélite ait choisi à travers l'histoire d'ignorer les affirmations du fils aîné, Ismaël (que la paix soit sur lui), affirmant qu'il n'était pas légitime et qu'il n'avait donc aucun droit, il ressort clairement de la seule Bible qu'Agar était la fille d'Abraham. épouse. Rappelez-vous le verset :

« Ainsi, après qu'Abram eut habité dix ans dans le pays de Canaan, Saraï, la femme d'Abram, prit Agar, l'Égyptienne, sa servante, et la donna pour femme à Abram, son mari. » (Genèse 16:3)

Si elle n’était pas sa véritable épouse, quel genre d’épouse était-elle ? La Bible l'appelle sa femme. Cela fait d'Ismaël son fils, le fils d'Abraham et de sa femme.

En mettant de côté tout préjugé, cela montre qu'il existe un lien évident entre Abraham, Isaac, Ismaël, Moïse, Jésus et Muhammad (que la paix soit sur eux tous).

La prochaine fois, nous verrons comment Abraham (que la paix soit sur lui) et son fils Ismaël (que la paix soit sur lui) ont été appelés à reconstruire la Kaaba, aujourd'hui visitée par des millions de personnes.