Une autre vague d’attaques antimusulmanes a de nouveau frappé l’Inde, commise par des extrémistes hindous en attaquant et en détruisant 800 maisons et deux mosquées dans l’Assam, notamment en éliminant le leader musulman indien Ali Ittehadul Assaduddin Owaisi à New Delhi.

La résidence d’un membre du Parlement indien (MP), Assaduddin Owaisi, à New Delhi a été vandalisée mardi soir par un groupe d’hommes hindous Sena. Mercredi, les auteurs rapportés sur Indian Express ont brisé des portes et des fenêtres, endommagé la plaque signalétique, jeté une hache sur la maison et qualifié le parlementaire de djihadiste.

Owaisi accuse la radicalisation hindoue Sena du Bharatiya Janata Party (BJP) d’en être responsable.

Selon le commissaire adjoint de la police de New Delhi (DCP) Deepak Yadav, cinq personnes ont été arrêtées sur les lieux du crime. Tous sont originaires du nord-est de la ville de Mandoli.

Le chef du Parti communiste indo-marxiste (CPI-M), Sitaram Yechury, a exprimé son inquiétude face à cet incident dans un tweet et a déclaré que cela devait cesser.

Le rapport de l’Indiana Express a déclaré qu’au moins 800 familles musulmanes du district de Darrang dans l’Assam ont été expulsées en raison des efforts du gouvernement de l’État pour lutter contre « l’empiétement illégal ».

Après que le gouvernement Hindutva dirigé par le BJP ait détruit leurs maisons, ces familles déplacées, composées principalement de personnes âgées, de femmes et d’enfants, évacuent maintenant en installant des tentes sur les rives du Brahmapoutre.

Deux mosquées ont également été martyrisées dans cet incident inhumain.

Des violences ont également éclaté dans la ville de Mewat, dans l’État de l’Haryana, où un jeune musulman a été frappé avec une barre de fer après avoir refusé de crier le slogan « Jai Shri Ram ». Il a ensuite été accusé d’avoir menti alors qu’il tentait de signaler l’incident au poste de police. Le jeune homme a également été contraint de déposer une déclaration selon laquelle il subissait d’immenses pressions pour déposer ce que la police a appelé un « faux rapport ».

Des extrémistes hindous de droite forcent une femme à battre son mari avec des sandales à Meerut.

De même, à Meerut, un religieux musulman Mulana Kallem Siddiqui a été arrêté pour avoir utilisé une fusée de conversion. Siddiqui a été transféré au quartier général de la Force antiterroriste (ATS) après l’arrestation.

ARTICLES SIMILAIRES