La réticence d’un chauffeur de bus longue distance à s’arrêter pour qu’un passager puisse prier en Turquie a contribué à déclencher un nouveau débat sur la laïcité dans ce pays à prédominance musulmane.

Suite au refus du chauffeur ce week-end, le passager s’est plaint sur Twitter, suscitant une réponse controversée de la part de l’agence de voyages.

« Aucun des droits définis par [Turkey’s] La constitution peut être utilisée pour violer la conception démocratique et laïque » de la république, a déclaré le cabinet Öz Erciş dans un communiqué devenu viral.

La polémique est le dernier exemple du débat de longue date dans un pays à majorité musulmane mais de tradition laïque, malgré l’érosion de ce principe sous son président, Recep Tayyip Erdoğan.

Le bus effectuait l’un des plus longs trajets à travers la Turquie, reliant la région de Van près de la frontière iranienne à l’est à Izmir sur la côte égéenne à l’ouest, a déclaré mardi l’avocat de l’agence de voyage. Le trajet dure plus de 24 heures.

« L’entreprise se retrouve au centre d’une polémique sur la laïcité. Nous sommes désignés comme une cible. Mais nous respectons toutes les croyances », a déclaré l’avocat du cabinet, Tuncay Keserci.

« Il n’est pas possible… d’ignorer les droits des autres passagers qui ne prient pas et qui veulent arriver à destination à temps, pour qu’un passager prie », ajoute le communiqué de la firme.

La réponse a suscité à la fois des éloges et des critiques, les partisans félicitant Öz Erciş pour son «courage» dans la défense de la laïcité, tandis que les détracteurs ont déclaré qu’ils ne voyageraient plus avec l’entreprise.

La foi islamique prévoit que les voyageurs peuvent adapter les heures et la durée des prières lors de leurs déplacements.

« Nous sommes victimes d’une campagne de lynchage, comme si nous empêchions les gens de prier », a déclaré Keserci, ajoutant que le passager en question a pu prier plus tard lorsque le bus s’est arrêté sur une aire de repos.

Keserci a déclaré que la laïcité « ne signifie pas que nous ne sommes pas religieux. La laïcité protège également les musulmans.