CLe traitement réservé par hina aux Ouïghours dans le Xinjiang – y compris les détentions extrajudiciaires massives, les séparations familiales et le travail forcé – est désormais bien documenté, malgré le secret qui l’entoure. Pourtant, lorsque Michelle Bachelet s’est rendue dans la région au début de cette année, la responsable des droits de l’homme de l’ONU, généralement franche, a adopté une partie de la formulation du problème par le parti communiste chinois. Alors qu’un rapport tant attendu sur la région restait inédit sur son bureau, les groupes de défense des droits de l’homme craignaient qu’il ne soit édulcoré ou entièrement supprimé.

Mais mercredi soir, des mois après son achèvement et quelques minutes seulement avant de quitter ses fonctions, elle a finalement publié le document. À la lecture de ses 46 pages, il n’est pas surprenant que Pékin ait cherché à bloquer sa publication. Il stipule clairement que les « violations graves des droits de l’homme » contre les Ouïghours peuvent constituer des crimes contre l’humanité. La Chine s’est lancée dans ce qu’elle décrit comme une répression contre l’extrémisme et le contre-terrorisme après des attaques meurtrières à l’intérieur et à l’extérieur du Xinjiang. Mais comme le rapport l’indique clairement, la conception officielle du terrorisme et de l’extrémisme est si vague qu’un éventail extraordinairement large d’activités normales a été ciblé, avec un effet dévastateur.

La «résistance à la propagande gouvernementale» et la fermeture de restaurants pendant le Ramadan ont été répertoriées comme des signes d’extrémisme. Des détenus auraient été envoyés dans des « centres d’enseignement professionnel » – le terme utilisé par Pékin pour désigner les camps de détention, lorsqu’il les a finalement reconnus – pour avoir parlé à des parents à l’étranger ou pour avoir trop d’enfants ; certains se sont fait dire qu’il fallait remplir un quota. D’anciens détenus décrivent des tortures endurées, notamment des coups avec des matraques électriques, des stérilisations forcées et des violences sexuelles. Le rapport qualifie ces récits de crédibles.

Rien de tout cela est nouveau. Une masse de preuves a émergé d’anciens détenus et de leurs familles, ainsi que d’universitaires et de militants passant au peigne fin des documents officiels chinois, des photos satellites et d’autres données. Mais sa publication par l’ONU, et notamment par Mme Bachelet, dont la visite avait été décrit comme une « justification » par un diplomate chinois, lui confère un statut que Pékin ne peut ignorer. (Au lieu de cela, la Chine a publié son propre rapport, accusant les «forces anti-chinoises» d’un document qui «diffuse et calomnie sans raison» le pays et s’immisce dans ses affaires intérieures.)

Les entreprises et les pays ne peuvent plus prétendre, comme ils l’ont fait, que ce qui se passe dans la région n’est pas clair, ou que l’action peut être laissée à l’ONU. La Chine a déclaré que les centres avaient fermé ; alors qu’au moins certains l’ont fait, de nombreux détenus semblent avoir été transférés pour travailler dans des usines ou emprisonnés pour les motifs les plus fragiles. Une surveillance intensive contrôle les Ouïghours en dehors de la garde à vue. Les familles restent séparées. Les pays – y compris les nombreux pays à majorité musulmane qui sont restés silencieux – devraient considérer ce rapport comme une incitation à l’action et une opportunité de faire pression sur la Chine pour ces terribles abus. Il doit maintenant être déposé au Conseil des droits de l’homme, où les États membres devraient faire pression pour une enquête. Le conseil note également les récits crédibles d' »intimidations, menaces et représailles » – y compris la perspective d’un retour forcé – pour les Ouïghours faisant campagne depuis l’étranger, sans lesquels de nombreux abus n’auraient pas été révélés. Ils doivent bénéficier de la protection que d’autres pays ne peuvent pas offrir aux Ouïghours en Chine.