Introduction

Bonjour chers frères et sœurs ! Écrire après un long moment, mais avec un sujet très attendu – Statut de la femme dans les religions du monde.

Nous savons que la phobie de l’islam a fait du fait que l’islam opprime les femmes. J’ai dissipé beaucoup de soi-disant confusion sur l’Islam. Aujourd’hui, nous allons voir comment les autres religions se comportent envers les femmes par rapport à l’Islam.

Commençons d’abord par le christianisme et le judaïsme, voulez-vous ?

Les femmes dans le christianisme et le judaïsme : (Hijab dans le christianisme et le judaïsme ICI)

1. Qu’une femme apprenne tranquillement en toute soumission. Je ne permets pas à une femme d’enseigner ou d’exercer son autorité sur un homme ; elle doit plutôt rester silencieuse. Car Adam a été formé d’abord, Eve ensuite ; et Adam n’a pas été trompé, mais la femme a été trompée et est devenue un transgresseur. Pourtant, elle sera sauvée en procréant – si elles continuent dans la foi, l’amour et la sainteté, avec maîtrise de soi. (Timothée :2 :11-15)

2. Les femmes doivent se taire dans les églises. Car il ne leur est pas permis de parler, mais ils doivent être soumis, comme le dit aussi la Loi. S’il y a quelque chose qu’elles désirent apprendre, qu’elles le demandent à leur mari à la maison. Car il est honteux pour une femme de parler à l’église. (Corinthiens :14 :34-35)

3. À la femme, il a dit : « Je multiplierai sûrement votre peine de procréer ; dans la douleur, tu enfanteras des enfants. Votre désir sera contraire à votre mari, mais il dominera sur vous. (Genèse :3 :16)

4.Car en Jésus-Christ, vous êtes tous fils de Dieu, par la foi. Car tous ceux d’entre vous qui ont été baptisés en Christ ont revêtu Christ. Il n’y a ni juif ni grec, il n’y a ni esclave ni libre, il n’y a ni homme ni femme, car vous êtes tous un en Jésus-Christ. Et si vous êtes à Christ, alors vous êtes la postérité d’Abraham, héritiers selon la promesse. (Galates :3 :26-29)

Fille hijabi

Les femmes dans l’hindouisme :

1. Les hommes doivent rendre leurs femmes dépendantes jour et nuit, et garder sous leur contrôle ceux qui sont attachés aux objets sensoriels. Son père la garde dans son enfance, son mari la garde dans sa jeunesse et ses fils la gardent dans la vieillesse. Une femme n’est pas digne de l’indépendance. (Manusmriti 9.2-3)
2. Elles (les femmes) font apparaître un mensonge comme une vérité, et la vérité apparaît comme un mensonge. (Le Mahabharata Anusasana Parva, Section XXXIX)
3. S’adressant à Shakuntala, Dushmanta a déclaré :
« Les femmes disent généralement des mensonges » (Le Mahabharata Adi Parva, Section LXXIV)
4. Yudhishthira (s’adressant à Bhishma) a dit :
Les femmes, en particulier, ont dit les Rishis, ont un comportement faux. Les femmes, en particulier, ont été déclarées fausses dans les ordonnances. Dans les Vedas mêmes, on peut lire que les femmes sont fausses. (Le Mahabharata Anusasana Parva, Section XIX)
5. Une demoiselle, dont les règles commencent à apparaître (pendant qu’elle vit) chez son père, avant qu’elle ne soit fiancée à un homme, doit être considérée comme une femme dégradée : en lui prenant (sans le consentement de ses parents) un homme ne commet aucun mal. (Vishnusmriti 24.41)
6. Même s’il est dépourvu de vertu, ou cherchant le plaisir (ailleurs), ou dépourvu de bonnes qualités, un mari doit être constamment adoré comme un dieu par une épouse fidèle. Manusmrite 5.154
7. Les femmes sont impuissantes, n’ont pas d’héritage et parlent plus humblement que même un mauvais homme. Krishna Yajur Veda Taittiriya Samhita 6.5.8.2
8. Lakshmana (s’adressant à Sita) a dit :
C’est dans la nature des femmes du monde entier d’être vicieuses, inconstantes et à la langue acérée et de semer les graines de la dissension. Valmiki Ramayana Aranya Kanda, 45,29

9. Une femme qui n’a pas été chaste devrait adorer Siva sous son aspect calme, Siva qui est le Kama. Ensuite, elle devrait invoquer un brahmane et se donner à lui, en pensant, et ‘c’est Kama qui est venu pour le plaisir sexuel.’ Et tout ce que souhaite le brahmane, la femme sensuelle doit le faire. Pendant treize mois, elle devrait honorer de cette manière tout brahmane qui vient à la maison pour des plaisirs sexuels, et il n’y a aucune immoralité à cela pour les nobles dames ou les prostituées. Matsya Purana 70.40-60 (cf. Mahabharata III, 2.23)

1. Dans Le bouddhisme primitif, les Sigalovada Sutta du Digha Nikaya dans le Canon pali décrit le respect que l’on est censé accorder à son conjoint. Cependant, puisque l’idéal du bouddhisme primitif est renonciation, on peut le voir à partir d’exemples tels que l’histoire du moine Nanda et sa femme Janapada Kalyāni qui luttent pour le bonheur de Nirvana est valorisé au-dessus de l’amour romantique et du mariage. Bien qu’il l’ait épousée ce jour-là, encouragé par son cousin Bouddha Gautama, Nanda a quitté sa femme pour devenir bhikkhu dans le bouddhisme Sangha. Dans des histoires comme celle-ci du Canon Pali, l’amour romantique est généralement perçu comme faisant partie de l’attachement à samsara, le cycle sans fin de Renaissance. Susan Murcott a souligné que les attitudes des premiers bouddhistes à l’égard de l’amour romantique et du mariage reflètent généralement le brahmanique idéaux de l’Inde à l’époque… y compris la récente montée de l’idéal de renoncement et le déclin associé du statut de l’amour romantique et du mariage.
2. Dans Vajrayana Dans le bouddhisme, une relation sexuelle avec un conjoint est vue d’une manière technique comme étant une pratique spirituelle dans tantra anuttarayoga destiné à permettre aux praticiens d’atteindre des réalisations et d’atteindre éclaircissement. L’union des époux tantriques est représentée dans le yab-miam iconographie de divinités de méditation.
3.
Dans le Mallikā Sutta du Canon pali, le roi Pasenadi exprime sa déception lorsque la reine Mallikā donne naissance à une fille au lieu d’un fils. Dans la traduction du Sutta par Bhikkhu Sujato, le Bouddha répond à cette disposition en déclarant :
« Eh bien, certaines femmes sont meilleures que les hommes,
chef du peuple.
Sage et vertueux,
une épouse dévouée qui honore sa belle-mère.
Et quand elle a un fils,
il devient un héros, ô seigneur du pays.
Le fils d’une si bénie dame
peut même régner sur le royaume. »
4.
Dans le Somā Sutta, la nonne Somā est adressée par le dieu maléfique Māra :
« Cet état est très difficile;
c’est aux sages d’atteindre.
Ce n’est pas possible pour une femme,
avec sa sagesse à deux doigts. »
Somā répond à cette raillerie en vers :
« Quelle différence la féminité fait-elle
quand l’esprit est serein,
et la connaissance est présente
comme vous discernez correctement le Dhamma.
Sûrement quelqu’un qui pourrait penser :
« Je suis une femme », ou « Je suis un homme »,
ou « je suis » n’importe quoi,
est digne d’être adressé par Māra. »
A cette réponse, Māra disparaît.
Femme en prière

Les femmes dans l’Islam : (Le Jihad dans l’Islam ICI)

  1. « Et parmi les signes de Dieu est celui-ci : Il a créé pour vous des compagnons parmi vous (mâles […] pour les femmes et vice versa) afin que vous puissiez trouver en elles la tranquillité et la paix. Et il a mis de l’amour et de la gentillesse parmi vous. Voilà certainement des signes pour ceux qui réfléchissent. (Coran, 30 : 21)
  2. « Elles (vos femmes) sont votre vêtement et tu es un vêtement pour eux.  » (Coran, 2 : 187)
3. « Et car les femmes ont des droits sur les hommes semblables à ceux des hommes sur les femmes. (Coran, 2 : 228)
  1. « Dites au hommes croyants qu’ils devraient baisser leur regard et garde leur pudeur: cela fera pour eux une plus grande pureté : et Allah est bien au courant de tout ce qu’ils font. Et dire au femmes croyantes qu’ils devraient baisser leur regard et garde leur pudeur; qu’ils ne devraient pas afficher leur beauté et leurs ornements sauf ce qui (ordinairement) en apparaît; qu’ils tirent leurs voiles sur leurs seins. (Coran, 24 : 30-1)
  2. «Quand l’un d’eux obtient un petite fille, son visage s’assombrit d’un chagrin accablant. Honteux, il se cache du peuple, à cause des mauvaises nouvelles qui lui sont données. Il réfléchit même : doit-il garder le bébé à contrecœur, ou l’enterrer dans la poussière. Misérable en effet est leur jugement.  » (Coran, 16 : 58-59)
  3. « Leur Seigneur leur répondit : « Je ne manque jamais de récompenser aucun ouvrier parmi vous pour tout travail que vous faites, soyez-vous un homme ou une femme – vous êtes égaux les uns aux autres.  » (Coran, 3:195)
  4. « Les croyants, les hommes et les femmes sont des aides, des partisans, des amis et des protecteurs les uns des autres, ils enjoint tout ce qui est bien, et interdisent tout ce qui est mal, ils offrent leurs prières parfaitement, et donnent la Zakat (la charité obligatoire) et obéissent à Allah et à Son Messager. Allah leur accordera Miséricorde. Certes, Allah est Tout-Puissant, Tout-Sage. » (Coran, 9 :71)
  5. « Le croyant le plus complet dans la foi est le meilleur en morale, et le meilleur d’entre vous est le meilleur pour leurs femmes.  » (Tirmidhi)
  6. « O Messager d’Allah ! Qui mérite le plus mon bon traitement ? » Il a dit, « Ta mère, puis ta mère, puis ta mère, puis votre père, puis votre plus proche, puis votre plus proche. (Rapporté par Abu Hurairah – Bukhari et Muslim)
  7. « Je suis allé voir l’apôtre d’Allah (PSL) et lui ai demandé : Que dites-vous (commandement) à propos de nos femmes ? Il a répondu: Donnez-leur de la nourriture ce que tu as pour toi, et les habiller par lequel tu t’habilles, et ne les bat pas, et ne les insulte pas.  » (Rapporté par Mu’awiyah al-Qushayri – Abu Dawud)
  8. « En vérité, les femmes sont les moitiés jumelles des hommes. » (Abou Dawud, Tirmidhi)



Une longue représentation sur les quatre-cinq grandes religions du monde. Le jugement vous appartient, bien que pour n’importe quel homme général, les citations de l’hindouisme sembleront les plus violentes, je suppose. Mais nous devrions garder cette chose à l’esprit ; L’Islam est venu comme un témoignage des religions précédentes. Toutes ces choses mauvaises et violentes dans les religions sont dues à la corruption de la société dominée par les hommes. Mais, avec un esprit ouvert, il suffit de regarder les 11 versets et les hadiths sur les femmes. Ne sont-ils pas les plus beaux ?

Pourquoi toutes ces différences de religions ? Ne pouvons-nous pas nous demander ? Quelle est la raison principale ? Est-ce que Dieu a voulu cela ? Jamais! Il ne veut que votre soumission, votre obéissance. Mais c’est nous, les humains qui avons fait les religions, toutes les religions passées sauf l’Islam (il deviendrait aussi tel, la seule raison est que comme c’est la dernière et ultime religion, le Créateur a dit qu’Il la préservera Lui-même) déformée et corrompu. Les prêtres dans le christianisme, les rabbins dans le judaïsme, dans l’hindouisme se sont tous autonomisés, y compris certains de nos érudits en islam. Le bouddhisme se distingue par sa position, mais nous devons garder à l’esprit qu’il ne vient pas de Dieu. Alors, vous voulez trouver Dieu, vous venez à l’Islam, et constatez que c’est Allah qui est le seul digne d’être adoré.

Qu’Allah nous donne Hedayah (Guidage) à la Vérité !