Le gouvernement chinois commet des crimes contre l’humanité au Xinjiang, où il a intensifié son oppression des musulmans turcs à des niveaux sans précédent, a déclaré Human Rights Watch, alors que l’ONG appelait les gouvernements à prendre des mesures directes contre les fonctionnaires et les entreprises qui profitent du travail dans le pays. Région.

HRW a également recommandé que l’UE reporte la ratification de son récent accord commercial avec la Chine jusqu’à ce que les allégations de travail forcé fassent l’objet d’une enquête, que les victimes soient indemnisées et qu’il y ait eu «des progrès substantiels vers la responsabilisation des auteurs».

Dans un rapport produit avec la Clinique des droits de l’homme et de résolution des conflits de la Stanford Law School, HRW a appelé à des enquêtes et des réponses plus fortes de l’ONU, et aux pays alliés d’imposer des sanctions supplémentaires ainsi que des interdictions de visa et de voyage, et d’utiliser les lois nationales pour poursuivre les auteurs.

HRW a déclaré que l’oppression par le gouvernement des musulmans turcs, y compris des Ouïghours, n’était pas un phénomène nouveau mais avait atteint des niveaux sans précédent.

Pourquoi plus d'un million d'Ouïghours sont détenus dans des camps en Chine - Explication vidéo
Pourquoi plus d’un million d’Ouïghours sont détenus dans des camps en Chine – Explication vidéo

«Depuis l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping en 2013, le gouvernement chinois a poursuivi de manière agressive des politiques d’assimilation dans les régions des minorités ethniques, insistant de plus en plus sur la ‘sinisation’ de ces communautés, poussée par le nationalisme et, dans de nombreux cas, l’islamophobie à l’intérieur et à l’extérieur de la Chine», a-t-il déclaré. .

Définissant les crimes contre l’humanité comme «des infractions graves déterminées sciemment commises dans le cadre d’une attaque généralisée ou systématique contre toute population civile», le rapport a trouvé les preuves les plus solides concernant l’esclavage, l’emprisonnement ou toute autre privation grave de liberté, la torture, la persécution, et les disparitions forcées.

Le rapport indique que la mesure dans laquelle d’autres violations ont été perpétrées – y compris la violence sexuelle contre les femmes et les contrôles coercitifs de la fertilité – n’est pas claire, et la gravité des allégations de violence sexuelle justifie une enquête plus approfondie.

Le rapport de HRW s’appuie sur des recherches nouvelles et récentes documentant la promulgation de politiques gouvernementales au Xinjiang et des violations présumées des droits de l’homme, concluant que beaucoup étaient étayées par de vastes quantités de preuves documentaires.

Les autorités chinoises ont continué de refuser une procédure régulière et ont détenu arbitrairement environ 1 million de personnes dans des centaines d’établissements, les soumettant à un endoctrinement politique et culturel, à la torture et à d’autres mauvais traitements, indique le rapport. En dehors des centres de détention, Pékin applique «un système omniprésent de surveillance de masse, de contrôle des déplacements, d’arrestations arbitraires et de disparitions forcées, d’effacement culturel et religieux et de séparation des familles».

HRW a déclaré qu’il n’avait pas encore documenté l’existence de l ‘«intention génocidaire» nécessaire pour conclure à un génocide, comme l’avaient fait les parlements canadien, néerlandais et belge, le département d’État américain et les groupes juridiques. « Néanmoins, rien dans ce rapport n’empêche une telle conclusion. »

La Chine nie résolument toutes les accusations d’actes répréhensibles au Xinjiang et mène une campagne mondiale de plus en plus véhémente pour discréditer les accusateurs, nier les allégations et les conclusions, et promouvoir la région comme une «terre merveilleuse» où les communautés minoritaires sont protégées et célébrées. Il refuse aux journalistes et aux groupes de défense des droits humains le libre accès à la zone et rejette à plusieurs reprises les conclusions des enquêtes comme mensonges.

«Les autorités chinoises ont systématiquement persécuté les musulmans turcs – leur vie, leur religion, leur culture», a déclaré Sophie Richardson, la directrice de HRW Chine. «Pékin a déclaré qu’il dispensait une ‘formation professionnelle’ et une ‘déradicalisation’, mais cette rhétorique ne peut pas occulter une sombre réalité des crimes contre l’humanité.»

Les fidèles prient pendant le mois sacré musulman du Ramadan dans la mosquée Ak à Urumqi, dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang (nord-ouest de la Chine)
Les fidèles prient pendant le mois sacré musulman du Ramadan dans la mosquée Ak à Urumqi, dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang (nord-ouest de la Chine). Photographie: Xinhua / Rex / Shutterstock

HRW a noté les difficultés à enquêter sur les abus au Xinjiang et à garantir la justice. Pékin revendique fréquemment sa souveraineté pour rejeter les accusations portées contre lui, ou coordonne des lettres de soutien pour contrer les déclarations conjointes à l’ONU.

La Chine n’est pas non plus signataire de la Cour pénale internationale et la CPI n’a donc pas compétence pour enquêter et poursuivre les individus présumés avoir commis des crimes internationaux. La seule façon pour la CPI d’assumer sa compétence est si la question lui est renvoyée par le Conseil de sécurité de l’ONU, dont la Chine est un membre permanent avec droit de veto.

Pour faire face à l’aggravation de la situation, HRW a appelé à une plus grande coordination de la part des gouvernements mondiaux, qu’elle a qualifiée de «de plus en plus critique». Cela pourrait inclure des sanctions ciblées et autres contre des responsables gouvernementaux, des agences et des entreprises impliquées dans des violations des droits des personnes, et des déclarations conjointes du gouvernement. «Ces sanctions seront plus efficaces si elles sont appliquées collectivement», a-t-il déclaré.

Au niveau national, HRW a recommandé à chaque pays d’envisager d’engager des poursuites pénales en vertu des lois sur la compétence universelle qui permettent de poursuivre certains crimes commis ailleurs si la victime était l’un des leurs.

Les agences gouvernementales devraient également examiner tous les investissements dans le Xinjiang et imposer des sanctions commerciales, y compris le désinvestissement, dans les secteurs confrontés à «des allégations crédibles d’abus graves tels que le travail forcé», a-t-il déclaré, et aux entreprises technologiques contribuant aux opérations de surveillance de masse de la Chine. Toute entreprise opérant au Xinjiang devrait également être soumise à des «exigences juridiquement contraignantes en matière de diligence raisonnable en matière de droits de l’homme».

Aux pays de diasporas musulmanes turques, HRW a appelé à des garanties d’un processus équitable d’évaluation et de soutien en matière d’asile, à la facilitation des regroupements familiaux et à la fin du refoulement et des autres retours forcés de personnes vers la Chine.

«Compte tenu de la gravité des abus contre les musulmans turcs, il est urgent que les gouvernements concernés prennent des mesures fortes et coordonnées pour faire progresser la responsabilité», a déclaré HRW. Il a suggéré la création d’une commission d’enquête des Nations Unies, composée d’experts ayant pour mandat de déterminer les faits, d’identifier les auteurs et de faire des recommandations.