Catégories
Religions et savoir

Les rebelles visent à insérer un amendement sur le génocide dans le projet de loi sur le commerce entre le Royaume-Uni et la Chine | Ouïghours

Le gouvernement a du mal à contenir une éventuelle rébellion d'arrière-ban sur sa politique chinoise après le Forum conservateur musulman, l'Association internationale du barreau (IBA) et l'ancien envoyé du Premier ministre pour la liberté de croyance religieuse ont soutenu une initiative visant à donner aux tribunaux britanniques leur mot à dire déterminer si les pays commettent un génocide.

La mesure est due à la Chambre des communes mardi lorsque le projet de loi sur le commerce revient des Lords où un amendement génocide a été inséré. L'amendement a été conçu spécifiquement en relation avec les allégations selon lesquelles la Chine commettrait un génocide contre le peuple ouïghour dans la province du Xinjiang, une accusation que Pékin a maintes fois démentie.

Il est entendu que l'ancien ministre des Affaires étrangères Jeremy Hunt envisage de ne pas soutenir le gouvernement en s'abstenant ou en votant contre à moins que de nouvelles concessions n'émergent.

Rehman Chishti, l’ancien envoyé du Premier ministre pour la liberté de croyance religieuse, a également déclaré qu’il soutiendrait l’amendement sur le génocide qui a obtenu le soutien de tous les partis des Lords.

Un deuxième amendement adopté par les Lords donnerait au Parlement le droit de rejeter un projet de loi sur le libre-échange s'il enfreignait les droits de l'homme ou d'autres normes.

La principale controverse porte sur l'amendement au projet de loi sur le commerce adopté par les Lords, qui propose de donner aux hautes cours britanniques un rôle pour déterminer si un génocide est en cours. Un gouvernement serait alors tenu de se référer à la décision du tribunal pour conclure tout accord de libre-échange avec le pays accusé de génocide.

Le vote a lieu mardi et à l'heure actuelle, aucune des deux parties n'est convaincue du résultat. L'amendement bénéficie également du soutien influent du Conseil britannique des députés juifs.

Le ministère des Affaires étrangères a une foule d'objections pratiques, mais s'oppose actuellement à toute concession sur l'attribution d'un rôle aux tribunaux nationaux, affirmant que cela relève des tribunaux internationaux. Les ministres reconnaissent cependant que la pression monte en faveur d'une approche plus stricte de la Chine, et le Parlement cherche à avoir davantage son mot à dire sur les accords commerciaux.

Le ministre des Affaires étrangères, Dominic Raab, en rejetant le soi-disant amendement de génocide, affirme également que le gouvernement britannique ne conclurait jamais un accord commercial avec un pays bien avant que son comportement n'ait atteint le niveau flagrant de génocide. Il affirme également que la question est mieux tranchée par les tribunaux internationaux.

Le soutien de l'IBA à l'amendement est significatif car le Foreign Office a cité des écueils juridiques en donnant à la Haute Cour un rôle dans la détermination du génocide.

Dans une lettre adressée au ministre des Affaires étrangères, l'IBA écrit: «Il y a non exigence en vertu de la Convention sur le génocide de 1948, ou de tout principe du droit international, qui oblige un État à demander à un tribunal international, ou à un autre organe agissant sous les auspices des Nations Unies, que le génocide a été commis ou est en train d'être commis avant les obligations de cet État en vertu de la Convention sont engagés.

«Il y a une réelle préoccupation que cette position soit utilisée, ou puisse être utilisée, pour justifier l'inaction face à des preuves crédibles que le génocide est en cours.»

La lettre signée par Schona Jolly, la présidente de l'IBA, ajoute: «En attente d'une décision judiciaire par un tribunal ou un organe international que le génocide a été commis ou est en train d'être commis, lorsqu'il n'est pas évident qu'il existe une voie probable ou réaliste pour une détermination, porte atteinte à l’objet et au but de l’obligation de prévenir: assurer, dans la mesure du possible, que le génocide ne soit plus jamais commis. »

Les ministres ont précédemment déclaré que le Royaume-Uni n'avait pas l'intention de conclure un accord de libre-échange avec la Chine. Le pays est le quatrième partenaire commercial du Royaume-Uni, le sixième marché d'exportation et le troisième marché d'importation.