Votre article (« Vraiment alarmant » : les filles repoussent le sport au Royaume-Uni en raison de leurs exigences vestimentaires, 7 avril) m’a certainement touché, comme il le ferait pour de nombreuses autres femmes qui observent le hijab et qui souhaitent s’habiller modestement.

J’aime beaucoup le sport. Quand j’étais petite, je participais à de nombreux clubs sportifs et regardais les tournois sportifs avec beaucoup d’enthousiasme. Cependant, en vieillissant, j’ai découvert que la question des exigences vestimentaires m’empêchait de pouvoir profiter librement de ce que j’aimais. Je choisis de m’habiller modestement. Je choisis d’être à l’aise dans ma propre identité. Je choisis de porter un peu plus de vêtements que la sportive moyenne. Cela signifie-t-il que je devrais être limité ? Que je devrais être forcé de me désintéresser de quelque chose que j’ai aimé en grandissant ?

Non seulement ces mesures privent les femmes d’opportunités, mais elles nuisent également à la santé mentale et physique des filles. La recherche de Tess Howard mentionnée dans votre article montre qu’à l’âge de 14 ans, seulement 10 % des filles respectent les normes d’activité physique.

Les exigences vestimentaires inutiles sont une cause importante de la faible participation des femmes aux sports et doivent être examinées. L’industrie du sport doit le reconnaître. Nous méritons d’avoir nos choix. Nous méritons d’être à l’aise et confiants dans notre pudeur et dans le sport.
Barira Tahir
Farnham, Surrey

Vous avez une opinion sur tout ce que vous avez lu dans le Guardian aujourd’hui ? S’il te plaît e-mail nous votre lettre et elle sera considérée pour publication dans notre des lettres section.