La justice a déclaré lundi que deux personnes reconnues coupables d’avoir profané le Coran et insulté le prophète Mahomet avaient été exécutées.

Comme le rapporte le site Mizan Online du pouvoir judiciaire, Sadrollah Fazeli Zarei et Youssef Mehrdad ont été pendus dans la matinée pour avoir « insulté le prophète Mahomet et brûlé le Coran ».

Mizan a déclaré qu’un accusé avait reconnu les insultes commises sur son compte de réseau social en mars 2021.

Des groupes de défense des droits en dehors de l’Iran accusent fréquemment ces aveux d’être «forcés», arguant qu’ils ont souvent été obtenus par la contrainte.

Selon des organisations de défense des droits comme Amnesty International, l’Iran exécute chaque année plus de personnes que tout autre pays en dehors de la Chine.

Selon deux groupes de défense des droits, 75 % de personnes de plus ont été pendues dans le pays en 2022 que l’année précédente.