Certains considèrent la République d’Irlande comme le pays le plus anti-israélien d’Europe, selon la personne à qui vous demandez. J’aime considérer l’Irlande comme le seul allié de l’État de Palestine ; pas seulement en Europe, mais probablement dans le monde entier. L’Irlande a récemment piqué ma curiosité avec sa position et ses commentaires concernant le conflit russo-ukrainien. Ils ont été la première et la seule nation lors des réunions d’urgence de l’UE au Parlement européen en avril 2022 à rappeler aux gens que les réfugiés et le peuple palestinien endurent des crimes humanitaires et de guerre depuis bien plus longtemps, alors que le monde est resté silencieux.

Pourquoi cet article est-il important ? Au fil des ans, surtout récemment, nous avons vu la politique du pays évoluer vers une approche plus hostile envers Israël. C’est incroyablement réconfortant pour le peuple palestinien car il reçoit de moins en moins de soutien des nations arabes voisines. Si ces pays ont peut-être tenu bon dans un premier temps (comme la Turquie et l’Arabie Saoudite), il semble désormais y avoir une tendance à la normalisation des relations avec Israël. Savoir que des pays appellent Israël et se battent pour les droits des Palestiniens donne l’espoir que le monde n’a pas complètement tourné le dos à la Palestine.

Entretenir des relations et respecter les alliés était une pratique suivie par le prophète ṣallallāhu 'alayhi wa sallam (paix et bénédictions d'Allah sur lui). Le prophète ṣallallāhu 'alayhi wa sallam (paix et bénédictions d'Allah sur lui) voulait autrefois l’aide de Safwan bin Umayyah raḍyAllāhu 'anhu (qu'Allah soit satisfait de lui), qui était un non-musulman au moment de la bataille de Hunayn. Quand le Prophète ṣallallāhu 'alayhi wa sallam (paix et bénédictions d'Allah sur lui) demanda à Safwan de lui prêter des armes -alors qu’il était encore sous la protection de son cousin et qu’il n’avait pas encore embrassé l’Islam-, il demanda au Prophète ṣallallāhu 'alayhi wa sallam (paix et bénédictions d'Allah sur lui), « Pour prendre de force, Oh Muhammad? » auquel le Prophète ṣallallāhu 'alayhi wa sallam (paix et bénédictions d'Allah sur lui) répondu, « Non, un prêt sécurisé (c’est-à-dire que nous garantissons que nous les retournerons ou leur valeur). [related by Abu Dawud, 3526]

Continuez à soutenir MuslimMatters pour l’amour d’Allah

Alhamdulillah, nous sommes à plus de 850 supporters. Aidez-nous à atteindre 900 supporters ce mois-ci. Tout ce qu’il faut, c’est un petit cadeau d’un lecteur comme vous pour nous permettre de continuer, pour seulement 2 $ / mois.

Le Prophète (SAW) nous a enseigné que les meilleures actions sont celles qui sont faites de manière cohérente, même si elles sont petites.
Cliquez ici pour soutenir MuslimMatters avec un don mensuel de 2 $ par mois. Réglez-le et recueillez les bénédictions d’Allah (swt) pour le khayr que vous soutenez sans y penser.

Malik Ibn Anas raḍyAllāhu 'anhu (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit, « Il n’y a aucun mal à demander leur aide (non musulmane) en cas de besoin. » [At-Tahrīr wat-Tanwīr of Ibn ʿĀshūr 1/74] Un autre exemple d’alliance ou d’établissement de relations avec des non-musulmans est celui de l’époque après avoir émigré à Médine, le Prophète ṣallallāhu 'alayhi wa sallam (paix et bénédictions d'Allah sur lui) conclu un accord avec les Juifs de Médine. C’était une affaire d’être voisin avec l’autre et de ne pas violer les droits de l’autre. Donner du crédit là où le mérite est dû et honorer ceux qui nous soutiennent est le moins que nous puissions faire. Il est clairement indiqué dans le Coran :

« Allah ne vous interdit pas de traiter avec justice et bonté ceux qui ne vous ont pas combattus à cause de la religion et ne vous ont pas chassés de vos maisons. En vérité, Allah aime ceux qui traitent avec équité. [Surat Al-Mumtaĥanah: 60;8]

Reconnaissance de la Palestine

En 2000, l’Irlande a établi un bureau de représentation à Ramallah et la Palestine a un bureau de représentation à Dublin. L’Irlande nous donne des exemples concrets dont les pays musulmans pourraient s’inspirer. Voici quatre autres exemples de la façon dont l’Irlande se tient aux côtés de la Palestine en tant qu’alliée :

1. Projet de loi anti-occupation
En 2018, une sénatrice irlandaise, la sénatrice Frances Black, a présenté le « projet de loi sur les territoires occupés », où l’Irlande interdirait tous les biens des colonies israéliennes dans son pays. Le projet de loi a suscité l’indignation d’Israël, affirmant que l’Irlande visait la seule nation démocratique du Moyen-Orient. Leur réponse était noble et vraie. La sénatrice Frances Black a tweeté concernant la déclaration d’Israël, « L’Irlande défendra toujours le droit international + les droits de l’homme, et nous sommes sur le point d’écrire l’histoire. À partir de! » Les personnes reconnues coupables d’avoir importé ou vendu des marchandises du plateau du Golan, de Jérusalem-Est ou des colonies illégales de Cisjordanie seraient condamnées à une amende de 250 000 euros (environ 284 000 dollars) ou à cinq ans de prison. Ce projet de loi a passé la première étape de cinq en 2019, et bien qu’aujourd’hui ce ne soit pas encore une loi, il a généré un formidable dialogue autour de l’occupation illégale.

2. Hisser le drapeau palestinien

En 2017, Dublin a hissé le drapeau palestinien sur son hôtel de ville pour marquer les 50 ans de l’occupation israélienne. Il a remporté l’approbation de la majorité et a été hissé pendant un mois malgré les critiques et les plaintes d’Israël concernant le hissage du drapeau.

3. Financement de projets humanitaires à Gaza.

L’Irlande finance de multiples projets de développement et humanitaires dans la bande de Gaza. Pour ceux qui ne le savent pas, la bande de Gaza a été décrite comme la plus grande prison à ciel ouvert du monde, où plus de deux millions de Palestiniens sont assiégés. Les projets financés par l’Irlande comprennent le dessalement de l’eau, des projets d’énergie solaire et des installations médicales. Le gouvernement irlandais s’est même rendu à Gaza pour superviser lui-même la mise en œuvre. Ces initiatives sont un grand effort d’une nation pour aider et soutenir le peuple palestinien et le sortir de la situation humiliante dans laquelle il se trouve.

4. La plupart des Irlandais sont pro-palestiniens

N’oublions pas que l’Irlande est victime du colonialisme britannique, et c’est cette expérience qui les fait s’allier au peuple palestinien. Voici comment les Irlandais se rapportent à eux sur la base d’expériences passées :

– À la Société des Nations, le Premier ministre Eamonn De Valera a critiqué le découpage comme étant inhumain et oppressant, une répétition pleine de ressentiment de la division de l’Irlande par les Britanniques 15 ans plus tôt. L’opinion politique irlandaise a vu le changement de son attitude envers le sionisme en grande partie à travers le point de mire des Britanniques. Si les sionistes et les Britanniques sont du même côté de la partition, alors nous ne pouvons pas soutenir le règlement sioniste.

Une fois que le mouvement sioniste a accepté la division de la Palestine, les Irlandais ont commencé à établir des similitudes peu flatteuses entre les politiques israéliennes et leur réalité divisée. Pour beaucoup d’Irlandais, l’État juif ressemblait désormais moins à une société religieuse assiégée luttant courageusement pour ses droits naturels qu’à une colonie installée illégitimement par l’armée britannique dans l’intention de s’imposer à la population indigène.

– Pendant la guerre civile libanaise, les pratiques d’Israël – où 30 000 soldats irlandais ont servi comme casques bleus – ont encore plus aggravé les attitudes. La mort de plusieurs soldats irlandais par les forces israéliennes explique pourquoi Dublin n’a ouvert d’ambassade d’Israël qu’en 1993. L’Irlande a été la première à reconnaître l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) dans les années 80. En reconnaissant l’OLP, d’autres nations ont commencé à faire de même.

Le gouvernement irlandais peut utiliser son influence sur l’UE et l’ONU pour convaincre d’autres États de sa position envers la Palestine. Ils siègent au conseil de sécurité. Ils peuvent être un allié des musulmans pour le bien de la Palestine. Nous devons reconnaître à quel point il est important d’avoir des partenaires à divers postes dans diverses parties du monde. Il existe un lien émotionnel avec le peuple palestinien, un lien que chaque groupe opprimé dans le monde devrait ressentir. L’oppression est un mal, peu importe la race, la religion ou le sexe. On pourrait penser que plus de gens dans le monde sympathiseraient avec la Palestine, étant donné la nature horrible de notre histoire. Combien de génocides, massacres, guerres et nettoyages ethniques ont eu lieu depuis la Seconde Guerre mondiale ?

Quand les nations musulmanes suivront-elles l’exemple de l’Irlande et établiront-elles cette relation hospitalière avec la Palestine ? La plupart des pays musulmans ont également enduré des difficultés à cause de la colonisation. La population des pays musulmans comprend ce que signifie être saisi par une puissance étrangère. Outre le fait, ils sont nos frères et sœurs musulmans dans l’Islam. Il y a de multiples raisons de se tenir aux côtés du peuple palestinien et de ne pas l’oublier.

Cette idée peut sembler simpliste, et on pourrait soutenir qu’ils subissent des pressions pour être pro-sionistes dans le commerce et la politique. Cela pourrait être le cas pour les pauvres, mais pas pour de nombreuses nations influentes et riches qui ont choisi de soutenir les relations avec Israël. L’Arabie Saoudite est un pays qui a soutenu la cause palestinienne et a fermé la vanne pétrolière sur les États-Unis, et a mis l’Amérique à genoux. Aujourd’hui, ils établissent des relations positives avec Israël aux dépens de nos frères et sœurs palestiniens.

Il en va de même pour la Turquie, pays qui a volontairement choisi de développer des relations avec Israël. Ces nations, et celles qui leur ressemblent, ne recherchent leurs intérêts qu’en fin de compte. Si cela signifie faire un pacte avec le diable, alors qu’il en soit ainsi.

Appel au meurtre

Certains se sont réveillés avec l’horrible nouvelle de la journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh tuée par les forces israéliennes, puis d’une autre journaliste peu après. Les dirigeants du monde sont restés silencieux lorsque la députée irlandaise Mary Lou McDonald a dit ceci, « Il existe une tendance établie de longue date selon laquelle l’État israélien cible les journalistes qui couvrent l’occupation brutale de la Palestine. Et ce ciblage systématique s’est traduit par des plaintes déposées auprès de la Cour pénale internationale et des Nations unies.

Michel Martin a dit : « Je condamne le meurtre de la journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu Akleh et la liberté des médias et la sécurité des journalistes doivent être protégées et comme une obligation supplémentaire pour les forces de l’État d’assurer la protection des journalistes et nous exprimons nos plus sincères condoléances à sa famille. »

L’Irlande voit l’évidence, contrairement à son homologue européenne. Alors que le monde fait pression pour des « pourparlers de paix ». Peu de gens savent que se rendre est ce que veut Israël, pas une solution. Leur version de la paix est le contrôle total de la région. Une conversation entre le gouvernement israélien et le peuple palestinien équivaut à un dialogue entre les colons et le mouvement de libération.

Je respecte profondément l’Irlande pour sa compréhension de ce qui est en jeu concernant sa présence mondiale et pour son aide aux Palestiniens malgré tout ; rappelant également aux autres nations que ce qui est en jeu, c’est un pays indépendant et son peuple méritant la dignité, le respect et les droits de l’homme – comme pour tout autre. Rien de moins n’est pas acceptable. Malgré la misère, la douleur, la destruction et la mort de milliers de Palestiniens, leur esprit est aussi droit qu’une flèche. Je souhaite que davantage de gouvernements puissent voir ce que l’Irlande voit et comment elle défend les droits de l’État de Palestine.

Lecture connexe :

Pourquoi Israël devrait être « isolé » pour son bilan en matière de droits humains

Pourquoi Israël devrait être « isolé » pour son bilan en matière de droits humains

La Palestine dans la conscience islamique

La Palestine dans la conscience islamique