filles en islam

Une fille est la plus grande bénédiction d’Allah. Au temps de l’ignorance, avant l’islam, les gens avaient l’habitude d’enterrer leur fille. L’Islam a mis fin à cette pratique. Allah a interdit l’enterrement des filles.

Cette coutume barbare d’enterrer vivantes les nourrissons de sexe féminin s’était répandue dans l’ancienne Arabie pour différentes raisons. L’une des raisons était les difficultés économiques à cause desquelles les gens voulaient avoir moins de personnes à charge afin de ne pas avoir à supporter le fardeau d’élever de nombreux enfants. La progéniture mâle a été élevée dans l’espoir qu’elle aiderait plus tard à gagner sa vie, mais la progéniture femelle a été tuée de peur qu’elle doive être élevée jusqu’à ce qu’elle mûrisse, puis donnée en mariage. Deuxièmement, le chaos généralisé à cause duquel les enfants mâles ont été élevés afin d’avoir de plus en plus d’aides et de soutiens ; mais les filles ont été tuées parce que dans les guerres tribales, elles devaient être protégées au lieu d’être utiles de quelque manière que ce soit pour la défense. Troisièmement, un autre aspect du chaos commun était également que lorsque les tribus hostiles se pillaient et capturaient des filles, elles les gardaient comme esclaves ou les vendaient à d’autres. Pour ces raisons, la pratique devenue courante en Arabie était qu’au moment de l’accouchement, une fosse était maintenue creusée prête à être utilisée par la femme afin que si une fille naissait, elle y était immédiatement jetée et enterrée vivante. Et si parfois la mère n’était pas encline à agir ainsi, ou si les gens de la famille le désapprouvaient, le père l’élevait pendant quelque temps sans enthousiasme, puis trouvant le temps l’emmenait au désert pour être enterrée vivante. Cette tyrannie et cette dureté de cœur ont été décrites une fois par une personne devant le Prophète (paix soit sur lui) lui-même.

Selon un Hadith relaté dans le premier chapitre de Sunan Darimi, un homme est venu voir le Prophète (paix soit sur lui) et a raconté cet incident de ses jours d’ignorance pré-islamique : J’avais une fille qui était très attachée à moi. Quand je l’appelais, elle arrivait en courant vers moi. Un jour, je l’ai appelée et je l’ai emmenée avec moi. En chemin, nous sommes tombés sur un puits. La tenant par la main, je la poussai dans le puits. Ses derniers mots que j’ai entendus ont été : Oh père, oh père ! En entendant cela, le Prophète (paix soit sur lui) a pleuré et des larmes ont commencé à couler de ses yeux. L’une des personnes présentes à l’occasion a dit : Ô homme, tu as attristé le Prophète (que la paix soit sur lui). Le Prophète (paix soit sur lui) a dit: Ne l’arrêtez pas, laissez-le s’interroger sur ce qu’il ressent si fortement maintenant. Ensuite, le Prophète (paix soit sur lui) lui a demandé de raconter son histoire une fois de plus. Quand il l’a relaté, le Prophète (paix soit sur lui) a tellement pleuré que sa barbe s’est mouillée de larmes. Puis il dit à l’homme : Allah a pardonné ce que tu as fait aux jours de l’ignorance : maintenant, repentez-vous vers Lui.

Il n’est pas exact de penser que le peuple d’Arabie n’a pas ressenti la dureté de cet acte hideux et inhumain. De toute évidence, aucune société, aussi corrompue soit-elle, ne peut être totalement dépourvue du sentiment que de tels actes tyranniques sont mauvais. C’est pourquoi le Coran ne s’est pas attardé sur la bassesse de cet acte, mais s’y est seulement référé dans des mots impressionnants à l’effet :

وَاِذَا الۡمَوۡءٗدَةُ سُـئِلَتۡ‏

بِاَىِّ ذَنۡۢبٍ قُتِلَتۡ

Un temps viendra où on demandera à la fille qui a été enterrée vivante pour quel crime elle a été tuée ? (81: 7)

L’histoire de l’Arabie montre également qu’à l’époque préislamique de l’ignorance, de nombreuses personnes avaient le sentiment que cette pratique était vile et perverse. Selon Tabarani, Sasaah bin Najiyah al-Mujashii, grand-père du poète, Farazdaq, a dit au Prophète (paix soit sur lui) : Ô Messager d’Allah, pendant les jours d’ignorance, j’ai aussi fait de bonnes œuvres, parmi lesquelles une c’est que j’ai sauvé 360 filles d’être enterrées vivantes : j’ai donné deux chameaux à chacune en rançon pour leur sauver la vie. Vais-je recevoir une récompense pour cela ? Le Prophète (paix soit sur lui) a répondu: Oui, il y a une récompense pour vous, et c’est cela qu’Allah vous a béni avec l’Islam.

En fait, une grande bénédiction des bénédictions de l’islam est qu’il a non seulement mis fin à cette pratique inhumaine en Arabie, mais a même anéanti le concept selon lequel la naissance d’une fille était en quelque sorte une calamité, ce qui devrait être enduré à contrecœur. Au contraire, l’islam a enseigné qu’élever ses filles, leur donner une bonne éducation et leur permettre de devenir de bonnes ménagères est un acte de grand mérite et de grande vertu. La façon dont le Prophète (paix soit sur lui) a changé le concept commun des gens à l’égard des filles peut être jugée à partir de ses nombreuses paroles qui ont été rapportées dans le Hadith. A titre d’exemple, nous en reproduisons ci-dessous quelques-unes :

La personne qui est mise à l’épreuve à cause de la naissance des filles et qui les traite ensuite généreusement, elles deviendront pour lui un moyen de sauvetage de l’Enfer. (Boukhari, musulman).

Celui qui a élevé deux filles jusqu’à ce qu’elles aient atteint leur maturité, apparaîtra avec moi le jour de la résurrection. En disant cela, le Prophète (paix soit sur lui) s’est joint et a levé les doigts. (Musulman).

Celui qui a élevé trois filles ou sœurs, leur a enseigné les bonnes manières et les a traitées avec gentillesse jusqu’à ce qu’elles deviennent autosuffisantes, Allah lui rendra le paradis obligatoire. Un homme a demandé: qu’en est-il de deux, ô Messager (paix soit sur lui) d’Allah? Le Prophète (paix soit sur lui) a répondu: la même chose pour deux. Ibn Abbas, le journaliste du Hadith, dit: Si les gens à cette époque avaient demandé au sujet d’une fille, le Prophète (paix soit sur lui) aurait également donné la même réponse à son sujet. (Sharh as-Sunnh).

Celui qui a une fille qui lui est née et qui ne l’enterre pas vivante, ni ne la disgrâce, ni ne lui préfère son fils, Allah l’admettra au Paradis. (Abou Daoud).

Celui qui a trois filles nées à lui, et il est patient sur eux, et les habille bien selon ses moyens, ils deviendront un moyen de sauvetage pour lui de l’Enfer. (Bukhari, Al-Adab al-Mufrad, Ibn Majah).

Le musulman qui a deux filles et dont il s’occupe bien, elles le conduiront au paradis. (Bukhari : Al-Adab al-Mufrad).

Le Prophète (paix soit sur lui) a dit à Suraqah bin Jusham: Dois-je vous dire quelle est la plus grande charité (ou dit: l’une des plus grandes charités)? Il a dit : Veuillez le dire, Ô Messager d’Allah. Le Prophète (paix soit sur lui) a dit: Votre fille qui (après avoir été divorcée ou veuve) revient vers vous et ne devrait pas avoir d’autre soutien de famille. (Ibn Majah, Bukhari Al-Adab al-Mufrad).

C’est l’enseignement qui a complètement changé le point de vue des gens sur les filles non seulement en Arabie mais parmi toutes les nations du monde, qui plus tard ont été bénies par l’islam.

Quelques hadiths sur les vertus des filles :

Sayyiduna Mughirah ra a rapporté que le Messager d’Allah (sallalhu alaihe wa sallam) a dit : « Assurément, Allah vous a interdit de désobéir aux autres, d’enterrer les filles vivantes pour être avare et mendier des autres. Et, Il a déclaré une aversion pour vous de vous engager dans de vains discours, en posant beaucoup de questions et en gaspillant des biens. » (mishkat 4915)

Sayyedina Anas radi allahu anhu a rapporté que Rasul Allah sallahu alaihe wa sallam a dit que celui qui élève deux filles jusqu’à ce qu’elles grandissent (ou qu’elles se marient et vivent avec leurs maris), viendra le jour de la résurrection de sorte que lui et moi serons comme ça. . ” et il a joint ses doigts ensemble (pour démontrer).

Ceux qui serrent leur cœur à la naissance de filles ne se rendent pas compte qu’elles sont une bénédiction d’Allah. Les parents doivent non seulement leur fournir les provisions et l’entretien nécessaires, mais aussi leur accorder un traitement aimable au-delà de ce qui est wajib (obligatoire) pour eux. Mais, ils observent et respectent le plus Shari’ah (loi divine) dans ce traitement. Le. la récompense revient aux parents s’ils continuent à leur donner un traitement aimable jusqu’à ce qu’ils deviennent indépendants de leur père sur leur
mariage

Sayyiduna Ibn Abbas a rapporté que le messager d’Allah, Sallalahu alayhi wa sallam, a dit : « Celui qui partage avec un orphelin sa nourriture et sa boisson, Allah l’oblige sans faute à l’admettre au paradis à moins qu’il ne commette un péché impardonnable. Celui qui élève trois filles, ou . comme beaucoup de sœurs, les formant et les traitant avec bonté jusqu’à ce qu’Allah les rende indépendantes, Allah lui assurera l’entrée au paradis. Un homme demanda : « Ô Messager d’Allah, ou (s’il y en a) seulement deux ? Il a confirmé, ‘Ou deux,’ Tellement que s’ils avaient demandé, ‘Ou, un?’ il aurait dit : « Ou un ! « et » (il a dit) « Si Allah enlève ses deux bien-aimés. des choses; alors le paradis lui sera assuré. Il a été demandé, « O Messager d’Allah, quelles sont les deux choses chères? » Il a dit: « Ses deux yeux. »

Soubhan Allah !

Alors aimez vos filles et prenez soin de vous.