Lla semaine dernière, le député travailliste Naz Shah observé que « l’islamophobie a désormais passé le ‘test des médias grand public’ ». Le rapport publié cette semaine par le Centre de surveillance des médias du Conseil musulman de Grande-Bretagne montre qu’elle a raison.

Considérez certains des cas les plus flagrants cités dans le rapport. Il y avait le Times, Telegraph, MailOnline et Express diffamant un chef de groupe scout, Ahammed Hussain, en 2019, en utilisant une liste de blanchisserie de tropes anti-musulmans ; celles-ci comprenaient « des allégations concernant l’utilisation du groupe scout pour promouvoir l’extrémisme, la ségrégation des enfants, des liens étroits avec des groupes antisémites et l’invitation de prédicateurs interdits à la mosquée ». Ou prenez le Mail on Sunday, qui a qualifié le conseiller municipal Waj Iqbal de « réparateur » pour les chauffeurs de taxi pédophiles à Rochdale. Comme il l’a dit, tout son monde s’est effondré, il a perdu son travail, son « mariage a pris fin et [he] ne pouvait pas voir [his] des gamins ». L’impact de ce type de rapport ne peut pas être surestimé. Alors que rien ne peut réparer le préjudice causé, dans les deux cas, les éditeurs ont dû payer des dommages-intérêts pour diffamation très importants et imprimer des excuses.

De nombreux autres exemples similaires publiés dans le rapport montrent comment les musulmans ont été contraints de prendre des mesures en diffamation contre les journaux et ont gagné. Si l’on considère les centaines de milliers de livres sterling payées pour régler ces réclamations, qu’est-ce que cela nous dit sur le prix qu’ils sont prêts à payer pour déformer les musulmans ?

Certains pourraient dire qu’il ne s’agit que des pires cas, qui ne sont pas révélateurs des médias dans leur ensemble. Pourtant, le rapport dissipe ce mythe en montrant à quel point le problème est répandu, sur la base d’une analyse extrêmement détaillée de plus de 48 000 articles imprimés et 5 500 clips télévisés mentionnant les musulmans ou l’islam. Soixante pour cent des articles et près de la moitié de tous les clips analysés associaient des aspects et des comportements négatifs aux musulmans ou à l’islam, le terrorisme ou l’extrémisme étant le thème le plus courant. Pas étonnant que l’islamophobie soit si courante dans la société.

Lorsque nous voyons l’ampleur du problème et comprenons sa source, le silence ne devrait pas être une option.

La mesure la plus simple, mais rarement franchie, est d’interpeller les islamophobes ou ceux qui propagent l’islamophobie dans les médias. On les trouve souvent dans les pages d’opinion des journaux et magazines de droite, des écrivains pour lesquels les musulmans sont rarement considérés comme des individus mais sont les représentants d’un groupe homogène et sinistre. Mais cela se voit aussi dans la poursuite d’histoires et de récits spécieux à la une de journaux soi-disant sérieux. Ensuite, il y a des publications comme le Spectator, qui est connu pour avoir publié de généreuses des articles sur les politiciens et les mouvements d’extrême droite. Plutôt que de se précipiter pour assister aux soirées chics de la publication, les députés et les journalistes devraient lui demander des comptes.

Tout n’est pas pessimiste. Il y a des domaines où nous constatons des améliorations. Il y a eu moins de premières pages anti-musulmanes ces dernières années, le MCB émet un plus petit nombre de plaintes que par le passé et il y a eu des choix éditoriaux positifs de la part des médias de droite. Ceux-ci incluent les encadrés explicatifs du Sun pour fournir un contexte à des sujets complexes, la présence de musulmans applaudissant pour le NHS aux côtés de leurs collègues de travail à la une du Daily Telegraph et du Daily Mail. appel un « activiste d’extrême droite » sur sa première page.

Mais alors que ces éléments positifs – dont certains peuvent être dus au fait que les médias savent qu’ils sont surveillés – sont utiles d’un point de vue tactique et extrêmement importants, le changement à long terme doit être structurel.

Le début de ce voyage consiste à reconnaître le problème depuis le sommet. Et, dans un paysage difficile, il a été important de voir le courage de certains rédacteurs en chef de Fleet Street : Gary Jones, le rédacteur en chef de l’Express, a reconnu en 2018 que son journal avait contribué à un « sentiment islamophobe » dans les médias ; Emma Tucker, rédactrice en chef du Sunday Times, a salué le rapport de cette semaine « en sachant parfaitement qu’il contient des critiques de la presse, y compris mon propre journal » ; et Alison Phillips, rédactrice en chef du Mirror, a reconnu lors du lancement de ce rapport que les choses devaient changer, exposant une série de mesures prises par son journal.

Le changement structurel implique également des salles de rédaction qui ressemblent davantage à la société dans laquelle nous vivons. Des recherches de 2016 ont montré que 0,4% des journalistes sont musulmans (un dixième de ce qu’il devrait être proportionnellement) – et les programmes de diversité, comme le programme d’apprentissage de la Fondation Aziz, ont leur rôle à jouer.

Cependant, en fin de compte, notre espoir est d’adhérer aux principes de base du journalisme et du reportage responsable : le besoin d’être sceptique, avec une oreille attentive lorsque les histoires « sonnent faux » et justifient une vérification plus approfondie ; le désir de considérer le monde réel, les ramifications sociales de l’utilisation de certaines images ou de la mise en évidence de certains mots dans les gros titres ; et l’importance pour les éditeurs d’avoir une vision holistique de leur couverture pour déterminer si elles reflètent vraiment les objectifs de leur média.

La volonté éditoriale, la formation, les freins et contrepoids, ainsi que les politiques et guides de style appropriés peuvent y parvenir. Nous demandons l’équité, pas des faveurs. Ce n’est pas trop demander.