jele slam et le judaïsme ont une longue histoire complexe et partagée. Le Coran et le Tanakh parlent de notre patriarche commun, Abraham / Ibrahim, dont les fils Ismaël et Isaac ont forgé des chemins séparés vers l’établissement de chaque foi. Cette analogie nette, quoique simpliste, de la séparation de deux frères et sœurs est au cœur de notre passé collectif.

Partout dans le monde, nous vivons ensemble depuis plus de mille ans. Et aujourd’hui, nous trouvons des communautés musulmanes et juives vivant harmonieusement côte à côte à Manchester, Leeds et dans tout le Royaume-Uni.

Notre histoire commune nous unit et pourtant, elle semble parfois nous séparer.

C’est à Jérusalem que nos histoires convergent le plus brusquement et ensemble, nous avons regardé avec horreur et chagrin le déroulement des récents événements à Jérusalem et à travers Israël et la Palestine.

L’expulsion forcée de familles palestiniennes à Sheikh Jarrah, les manifestations des extrémistes kahanistes et les scènes choquantes à la mosquée Al-Aqsa ont secoué Jérusalem et ses habitants. Le Hamas a tiré une grêle aveugle et continue de roquettes sur Israël, tandis que les frappes aériennes de représailles du gouvernement de Benjamin Netanyahu se sont abattues sur Gaza.

Mais comme toujours, ce sont des civils innocents qui en ont payé le prix, avec désormais plus de 200 morts, dont d’innombrables enfants. Alors que la majorité des personnes tuées étaient palestiniennes, nous pleurons chaque mort comme une tragédie et reconnaissons le bilan que ce conflit a causé à tous les citoyens d’Israël et de Palestine.

Tout cessez-le-feu doit annoncer un effort international renouvelé pour une paix significative et durable. Pour y parvenir, la communauté internationale doit veiller à ce que les civils innocents, qu’ils soient israéliens ou palestiniens, soient protégés et soutenus pour reconstruire leur vie et embrasser une nouvelle ère de réconciliation et d’unité.

Cette dernière escalade fait suite à des décennies de violence, d’occupation et de colonisation, de méfiance et de haine religieuse. Les musulmans et les juifs de Grande-Bretagne regardent en arrière Yitzhak Rabin et Yasser Arafat se serrant la main sur la pelouse de la Maison Blanche en 1993 comme un moment d’espoir, mais cet espoir a été arraché par ceux qui profitent de la division et de la guerre.

Ce conflit est extrêmement douloureux pour nos communautés et les sentiments et sentiments évoqués sont aussi compliqués que les réalités géopolitiques qui sous-tendent la violence.

Notre message aux musulmans et aux juifs de Grande-Bretagne – nos amis, nos voisins – est simple: malgré nos troubles émotionnels, nous ne pouvons et ne devons pas nous tenir mutuellement responsables des événements au Moyen-Orient. Tout comme les communautés juives de Prestwich ou d’Alwoodley ne sont pas responsables des actions du gouvernement de Netanyahu, les musulmans de Longsight ou de Harehills ne sont pas non plus responsables des actions du Hamas.

Cela peut sembler être du bon sens – quelque chose qui ne devrait pas être dit. Mais chaque fois que la violence s’intensifie au Moyen-Orient, nous assistons à une augmentation des incidents antisémites et islamophobes au Royaume-Uni. La semaine dernière, le Community Security Trust a enregistré une multiplication par cinq du nombre d’incidents antisémites signalés au cours des dernières semaines, tandis qu’au cours de la même période, Tell Mama a enregistré 430% de rapports de haine anti-musulmane. Les médias sociaux sont – de manière caractéristique – devenus une fosse aux abus antisémites et islamophobes.

Au-delà des frontières de nos communautés, une campagne en ligne d’extrême droite sophistiquée basée sur des tropes et des complots tente de nous dresser les uns contre les autres, mais soyons clairs: être adhérent à une religion ne vous rend pas personnellement responsable des actions de ceux qui professez également votre foi, à l’étranger ou chez vous.

Il n’y a pas de place pour l’antisémitisme ou l’islamophobie dans notre société et nous ne devons pas permettre au poison d’une telle haine de croître dans notre pays à la suite du conflit qui fait rage au Moyen-Orient. Les musulmans et les juifs sont trop souvent sujets au racisme et à la conspiration, ensemble et séparément. Nous ne pouvons pas nous permettre de nous retourner les uns contre les autres.

Nous devons être unis en tant que communautés pour la paix, la justice et la réconciliation en Israël et en Palestine. Car si les fils d’Abraham / Ibrahim n’ont jamais eu de relations faciles, la famille, après tout, c’est la famille.