Dans un article précédent de MuslimMatters intitulé Mon mari n’est pas aussi pratiquant que moi, la Shaykha a partagé ses conseils spirituels sur ce que les femmes musulmanes peuvent faire au sujet des maris qui ne sont pas aussi religieux qu’eux. Elle a fourni quelques suggestions aux femmes musulmanes qui s’inquiètent à la fois de leur foi et de la capacité de leur mari à gérer cette situation.

Bien que les suggestions proposées puissent en effet aider les femmes dont le manque de religiosité du mari n’a pas d’impact significatif sur leur bien-être physique ou émotionnel global, il convient d’ajouter que lorsqu’il affecte les femmes qui ont été témoins ou ont vécu des relations conjugales difficiles ou abusives, nous devons offrir quelques exceptions importantes. Alors, ici, avec Mon mari n’est pas aussi pratiquant que moi : deuxième partienous espérons répondre à ces préoccupations bien réelles.

Ces femmes ont entendu le slogan habituel « soyez patient et faites plaisir à votre mari » de la part des membres de la famille et de la communauté, et se sentent épuisées et perdent espoir dans leur situation. Les femmes dont les maris sont alcooliques, accros au porno, ont des relations extraconjugales ou dont les revenus sont haram peuvent avoir l’impression qu’on leur dit de sourire avec indulgence et de jouer à faire semblant pour assurer l’harmonie. Ces femmes ne connaissent que trop bien la réponse de la communauté leur disant de prier et d’être patientes, tout en se sentant trahies par le manque d’équité. Ils se demandent pourquoi la barre est si basse pour les hommes ? Pourquoi incombe-t-il aux femmes de faire quelque chose au sujet de la religiosité de leur mari ?

Continuez à soutenir MuslimMatters pour l’amour d’Allah

Alhamdulillah, nous sommes à plus de 850 supporters. Aidez-nous à atteindre 900 supporters ce mois-ci. Tout ce qu’il faut, c’est un petit cadeau d’un lecteur comme vous pour nous permettre de continuer, pour seulement 2 $ / mois.

Le Prophète (SAW) nous a enseigné que les meilleures actions sont celles qui sont faites de manière cohérente, même si elles sont petites.
Cliquez ici pour soutenir MuslimMatters avec un don mensuel de 2 $ par mois. Réglez-le et recueillez les bénédictions d’Allah (swt) pour le khayr que vous soutenez sans y penser.

En tant que thérapeute musulmane spécialisée dans les problèmes des femmes – en particulier la maltraitance et la négligence émotionnelle -, je voulais partager une perspective alternative.

Au fil des générations, les femmes ont appris à nourrir les insécurités de leur mari au nom du respect et de l’obéissance. On leur a appris à sacrifier leurs propres besoins, à rester et à continuer à donner, ce qui a perpétué des schémas abusifs au fil des générations. Les enfants sont confus spirituellement et leurs mères sont gravement déprimées. Afin de résoudre le problème, au lieu de se concentrer sur le soutien et l’autonomisation du mari, ces femmes doivent tenir compte des besoins à long terme de toute la famille.

Dans un monde idéal, nous voulons avoir une famille et un mariage fondés sur des croyances et des valeurs communes qui nous unissent sous la bannière de l’Islam. Cependant, vivre en Occident nous a appris que notre religion est une affaire privée et que nous sommes seuls quand il s’agit de notre Tarbiya (développement). Quand le mari, le qawwam de la famille, ne dépend pas de la foi ou utilise la religion comme un mécanisme intéressé, cela peut avoir des effets dévastateurs sur toute la famille.

Au lieu de protéger et de subvenir aux besoins, certains maris se déchargeront de leurs responsabilités et de leurs sentiments sur leurs femmes et leurs enfants. En plus de cela, il peut y avoir des abus physiques, financiers, sexuels et psychologiques qui ajoutent le poids du préjudice et mettent à rude épreuve chaque membre de la famille. Les maris qui sont accros à la pornographie, au jeu ou aux affaires, non seulement endommagent la relation conjugale, mais érodent et violent le caractère sacré du foyer.

En tant que pères, ces hommes donnent un mauvais exemple à leurs enfants, et demander aux femmes de continuer à apprendre aux enfants à respecter leur père peut être ressenti comme une attaque contre leur réalité. Ces enfants peuvent grandir en se méfiant de leurs deux parents ou de toutes les figures d’autorité, et se sentir confus face au désalignement de leurs parents tout en apprenant à tirer parti des différences. Les enfants peuvent apprendre qu’il n’y a pas de justice, que leurs besoins et leurs sentiments n’ont pas d’importance, que la proximité émotionnelle est impossible et qu’il faut continuer à souffrir impuissant ou à s’échapper, et ces croyances peuvent déformer leur vision de toutes leurs relations futures.

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez êtes dans cette situation, je vous demanderais de vous poser les questions suivantes :

Quelle est l’ampleur de la différence de valeurs entre les conjoints ?

Toutes les situations ne sont pas noires ou blanches. Peut-être que la femme n’est pas aussi pratiquante qu’elle le pense et que les deux partagent le même niveau de religiosité. Peut-être que les différences sont mineures, mais il y a des valeurs partagées majeures (c’est-à-dire s’entendre sur la façon dont les enfants sont élevés, comment l’argent est dépensé, etc.). Mais lorsque les différences sont si prononcées qu’il y a des désaccords majeurs, et que cela impacte négativement la famille au quotidien, des solutions alternatives doivent être appliquées.

Quelle est l’étendue du préjudice en fonction des besoins individuels de la famille ?

Comment le problème affecte-t-il le mari et la femme en termes de santé mentale ? Des enfants sont-ils concernés ? Quels sont leurs besoins spécifiques ? Les besoins des membres les plus vulnérables de la famille sont-ils satisfaits ? La situation pourrait-elle être améliorée si la femme allait travailler, si la famille se rapprochait de la famille élargie ou recherchait une aide ou un soutien extérieur ? Quels sont les effets à long terme du départ par rapport au séjour ?

Le mari est-il prêt à travailler sur lui-même ?

Si votre mari est disposé à suivre une thérapie ou un programme de développement personnel, cela peut aider à clarifier et à résoudre le problème à la racine. Cependant, s’il n’est pas disposé à s’engager dans un niveau nécessaire d’auto-examen et d’intervention, comment cela affecte-t-il la famille ? Est-il ouvert à la femme ou aux enfants qui suivent une thérapie ? La femme peut-elle prendre des mesures temporaires pour se protéger ou demander l’aide de membres de la famille ou d’amis pendant son rétablissement ?

Que peut vraiment faire une femme ?
Bien que chaque situation soit unique et que la solution puisse dépendre des besoins individuels de la famille, voici quelques suggestions générales pour les femmes :

  1. Vous ne pouvez pas changer ou réparer votre conjoint.

On enseigne souvent aux femmes qu’elles sont responsables si le mariage échoue, et ce sont elles qui portent la stigmatisation du divorce, c’est pourquoi il y a plus de pression sur elles pour que cela fonctionne. Cependant, les femmes ne peuvent faire leur part qu’en fonction de leurs capacités et de leurs limites individuelles. Nous ne pouvons pas planter les graines de la volonté pour quelqu’un qui ne veut pas. Au lieu de cela, nous pouvons apprendre à accepter la réalité de la situation et choisir de réagir de manière appropriée.

  1. Interdire le mal.

On apprend souvent aux femmes à rester dans des relations quoi qu’il arrive et à autoriser les actions nuisibles des autres « pour le bien du mariage ». Cependant, nous pouvons encourager les femmes à se protéger et à protéger leurs enfants vulnérables des actions nuisibles des autres. Lorsque nous ne parvenons pas à interdire le mal à la maison, il n’est pas surprenant que les enfants répètent les mêmes schémas dans leur propre vie. Cherchez des connaissances auprès de professionnels et d’érudits islamiques sur comment et quand interdire le mal.

  1. Soyez ancré dans vos propres valeurs.

Nous devons obéissance à Allah subḥānahu wa ta'āla (glorifié et exalté soit-Il) avant tout le monde, et nous pouvons continuer à être inébranlables et fermes avec nos valeurs islamiques. Lorsque d’autres nous empêchent de pratiquer notre foi, nous devons fixer des limites et communiquer avec assurance ce qui est et ce qui n’est pas acceptable pour nous.

  1. Prends soin de toi.

Rappelez-vous que vous êtes humain et que vous avez aussi des besoins (physiques, émotionnels, spirituels, sexuels, etc.). Lorsque nous continuons à nous concentrer sur une autre personne, nous nous négligeons. Continuez à choisir des façons saines de nourrir votre esprit, votre corps et votre âme.

  1. Parlez à un thérapeute.

Parlez à un thérapeute culturellement compétent qui peut vous donner un aperçu du problème et vous permettre de prendre la meilleure décision pour vous et votre famille. Peut-être que le divorce vous convient, mais peut-être qu’il y a encore de l’espoir dans la guérison ou la possibilité de trouver un nouveau sens à la relation.

Il est important de mentionner qu’à mesure que la religion dans notre société se privatise, nous devrons élargir notre compréhension des mariages qui sont hors norme et trouver des solutions authentiques. Bien que nous continuions à nous efforcer d’avoir des partenaires partageant des valeurs islamiques qui continuent à faire le travail psychologique et spirituel avec nous, cela n’est pas toujours garanti à long terme. Oui, un mariage basé sur des valeurs islamiques OU laïques partagées, telles que la compassion, l’intégrité, la justice ou l’honnêteté PEUT fonctionner. Cependant, lorsqu’un partenaire a des valeurs très conflictuelles ou égoïstes, cela peut créer un environnement négatif pour tous ceux qui sont impliqués. Il est important de demander de l’aide et le soutien de la famille, des amis et des professionnels pour naviguer dans cette situation difficile, et Allah subḥānahu wa ta'āla (glorifié et exalté soit-Il) sait mieux!

Lecture connexe :

Mon mari n’est pas aussi pratiquant que moi

Reconstruire le mariage après une dépendance au porno