Visite du Mufti Taqi Uthmani à Boukhara

Visite à Malte avec Mufti Ahmad Khanpuri et ses collègues Par Yusuf Shabbir

Au nom d'Allah, le compatissant le miséricordieux

Jour 1 – jeudi 6 juin 2019

introduction

Il y a cent ans, une personnalité éminente de l'Inde a été emprisonnée avec ses étudiants et ses collègues à environ 4000 miles de là dans l'île isolée de Malte, alors sous domination coloniale britannique. Cheikh al-Hind (le cheikh de l'Inde, titre qui lui a été attribué à son retour en Inde, bien que Mawlānā Ashraf ʿAlī Thānawī d.1362 / 1943 ait préféré le titre Shaykh al-ʿĀlam, Shaykh du monde, voir Malfūẓāt, 5: 300), Mawlānā Maḥmūd Ḥasan Deobandī (décédé en 1339/1920) a été arrêté à Hejaz (Arabie saoudite) et transporté à Malte via l'Égypte, avec un petit groupe de collègues et d'étudiants dont Mawlānā Ḥusayn Aḥmad Madnī (décédé en 1377). / 1957), qui reçut plus tard le titre de Cheikh al-Islam. Ces deux personnalités ont joué un rôle de premier plan en soutenant le califat ottoman et en libérant l'Inde de la domination coloniale. Parallèlement à leur implication dans les luttes politiques, ils étaient des érudits accomplis ayant une expertise dans les différentes disciplines islamiques et un historique d'enseignement à Darul Uloom Deoband et auteur de quelques ouvrages (voir Nuzhat al-Khawāṭir 8: 1379, 1216 pour une liste de leurs publications). Leur profonde connaissance et sagesse, leur spiritualité et leur piété, leur simplicité et leur astuce politique combinées à leurs sacrifices les ont fait figurer parmi les principales figures révolutionnaires d'Asie. Leur incarcération de trois ans à Malte entre 1917 et 1920 est peut-être leur sacrifice le plus célèbre et le plus inspirant, qui continue d'être reconnu aujourd'hui par les musulmans et les non-musulmans, malgré le passage d'un siècle.

C'est dans ce contexte que notre respecté Mufti Ahmad Khanpuri (né en 1365/1946), qui nous rend visite chaque année au Royaume-Uni, a souhaité visiter Malte pour mieux comprendre l'histoire unique des Prisonniers de Malte.

Arrivée à Malte

Il a été décidé qu'un groupe d'entre nous du Royaume-Uni accompagnerait Mufti Aḥmad Khanpuri et ses collègues dans ce voyage. Le groupe comprenait Mawlana Hanif Dudhwala, Mawlana Rafiq Sufi, le Dr Mawlana Asmar Akram, Abid Bhai Dammani de Leicester et moi-même. Nous partons de l'aéroport de Manchester sur le vol Thomas Cook à 6h et arrivons à l'aéroport international de Malte situé à Luqa à 10h30. Le trajet dure trois heures et demie, le décalage horaire est d'une heure. Le vol est plein de touristes, car Malte est une destination touristique populaire, et il existe de nombreux vols de vacances bon marché qui volent ici depuis divers aéroports britanniques.

Malte

La République de Malte est un petit pays insulaire situé dans la mer Méditerranée, à 80 kilomètres au sud de l'Italie (Sicile), à ​​280 kilomètres à l'est de la Tunisie et à 207 kilomètres au nord de la Libye. Le pays se compose d'un archipel (groupe d'îles), les trois îles principales sont Malte, Gozo et Comino. Malte est la plus grande de ces îles, longue de 17 milles et large de 9 milles. Sa capitale est La Valette, parfois l'île principale est appelée La Valette pour la distinguer du reste du pays. La population totale de la République est estimée à 475 000 habitants, ce qui fait d'elle l'un des pays les plus densément peuplés.

Historiquement, la situation du pays au centre de la Méditerranée en faisait un emplacement stratégique pour une base navale. Le pays est habité depuis environ 5900 avant JC et une succession de pouvoirs a gouverné l'île, y compris les Romains, les Grecs et les musulmans arabes. De nombreuses forteresses historiques, temples mégalithiques et complexe souterrain de salles et de chambres funéraires existent à ce jour. En 1815, Malte est devenue une colonie britannique, servant de siège à la flotte britannique de la Méditerranée. C'était également un endroit idéal géographiquement et comme une île pour loger des prisonniers. En 1964, le pays a accédé à l'indépendance et en 2004, il a rejoint l'Union européenne. En conséquence, les ressortissants indiens ont besoin du visa Schengen.

Nos hôtes

Nous sommes chaleureusement accueillis à l'aéroport par nos hôtes Shaykh Muwaffaq et Shaykh Badr. Shaykh Muwaffaq est un homme d'affaires libanais qui fait du commerce dans des enveloppes. Il réside ici depuis quarante ans et est impliqué dans le mouvement Tabligh Jamat. C'est la bénédiction de ce mouvement que nous avons été mis en relation avec lui à travers un contact à Paris. Son collègue Shaykh Badr est d'origine palestinienne. Il parle anglais, maltais et arabe et travaille comme interprète et conseiller au sein d'un ministère gouvernemental.

Nous nous dirigeons de l'aéroport à la mosquée Al Fateh à Floriana qui est à quinze minutes en voiture. La mosquée est située dans le complexe du ministère de l'Éducation et a été remise à la communauté musulmane. Shaykh Badr explique qu'il y a environ 30 000 musulmans résidant à Malte, le nombre a augmenté ces dernières années en raison de l'afflux de réfugiés de Libye et de Syrie. Il existe 12 centres de prière (muṣalla) dans le pays et la Fondation du Conseil musulman de Malte fait office d'organe de coordination pour les musulmans. La mosquée la plus importante est la mosquée Mariam Al-Batool à Paola, qui a été financée par Mouammar Kadhafi et a ouvert ses portes en 1982.

Il y a des Qadiyanis (Ahmedis) sur l'île qui sont récemment devenus actifs dans les médias et les arènes politiques. C'est un sujet de préoccupation. Leurs activités comprennent des rencontres avec des politiciens et l'organisation de fêtes de l'Aïd. Cheikh Badr nous demande de partager avec lui les édits juridiques et religieux relatifs à leur statut non musulman.

Influence arabe

Les langues officielles de la République sont le maltais et l'anglais, le maltais étant reconnu comme langue nationale. Nous remarquons qu'il est très similaire à l'arabe. Le maltais est une langue sémitique, mais ce n'est ni l'arabe ni un dialecte de l'arabe. Son ancêtre est le Siculo-arabe, une variante parlée en Sicile, qui est morte là-bas, mais qui a continué d'évoluer à Malte.

Les musulmans ont conquis Malte en 255 Hijrī (870 EC) (al-Kāmil, 6: 182; Tārīkh Ibn Khaldūn, 4: 257, 6: 401; al-Rawḍ al-Miʿṭār, p.520) et ont régné ici jusqu'en 1091 EC. Cela a été suivi d'un retour à la domination chrétienne, bien que les musulmans aient continué à dominer démographiquement et économiquement pendant 150 ans. Par la suite, le catholicisme a été imposé aux habitants et les musulmans ont été forcés de quitter ou de se convertir au christianisme. Certains musulmans se sont convertis et cela explique peut-être comment la langue maltaise a survécu avec elle. Il est suggéré que l'héritage le plus fort de l'islam ici est la langue maltaise, qui est la seule langue sémitique de l'Union européenne. De nombreux noms de lieux sont arabes ainsi que les noms de routes et les noms de famille. Le maltais pour route / rue est Triq, dérivé de l'arabe ṭarīq, visible sur chaque panneau de signalisation.

Nous arrivons à la mosquée Al Fateh à Floriana juste après midi et repos pour l'après-midi.

Arrivée de Mufti Ahmad Khanpuri et de ses collègues

Nos honorables invités d'Inde, Mufti Ahmad Khanpuri, Mawlana Ibrahim Pandor, Mufti Mahmood Bardoli et Qari Abdul Hannan débarquent à 14 h 10. Il n'y a pas de vols directs de l'Inde à Malte. Ils sont partis d'Ahmedabad à 4h25 du matin via Emirates Airlines et arrivent à Malte treize heures plus tard. Cheikh Muwaffaq les reçoit à l'aéroport et les amène à la mosquée Al Fateh peu après 15 heures. Nous déjeunons à la mosquée, effectuons nos prières et convenons d'un itinéraire pour les deux prochains jours.

(Les deux sections suivantes ont été révisées à une date ultérieure pour refléter le fait que nous avons visité Fort Pembroke, pas Fort Verdala, pour plus de détails, veuillez vous référer à notre récit de voyage ultérieur qui est également disponible en ligne)

École internationale de Verdala (Fort Pembroke)

Notre premier arrêt après ʿAṣr Ṣalāh est l'école internationale de Verdala, actuellement située à Fort Pembroke. Notre guide a mal compris qu'il s'agissait de Fort Verdala. Nous avons été prévenus à l'avance que l'école sera fermée et nous ne pourrons pas accéder au fort. Cependant, à notre arrivée sur le parking, les portes de l'école (le fort) étaient ouvertes et nous avons réussi à entrer. Nous sommes entrés dans l'enceinte par un pont au-dessus de la tranchée, nous pouvions voir la tranchée des deux côtés. Nous avons visité le complexe et certaines des salles intérieures de l'école (le fort) pendant 15 à 20 minutes.

Fort Verdala, Cospicua

C'est à Fort Verdala à Cospicua que l'on suggère que le cheikh al-Hind Mawlānā Maḥmūd Ḥasan Deobandī et ses collègues ont été emprisonnés. Nous n'avons pas visité ce fort. Le fort Verdala, également connu sous le nom de caserne Verdala, est une caserne fortifiée construite par les Britanniques dans les années 1850. Il a été utilisé comme camp de prisonniers de guerre pendant les deux guerres mondiales. Pendant la Première Guerre mondiale, il abritait de nombreux prisonniers allemands, dont Franz Joseph (prince de Hohenzollern-Emden), Karl von Müller et Karl Dönitz.

Shaykh al-Islam Mawlānā Ḥusayn Aḥmad Madnī n'a pas mentionné le nom de la prison dans son récit de première main «Safarnāmah Asīre Malta» ni dans son autobiographie «Naqshe Ḥayāt». Mawlānā Muḥammad Miyā ne l'a également pas mentionné dans «Asīrāne Malta» («Les prisonniers de Malte» est sa traduction en anglais). Les dirigeants musulmans locaux Shaykh Muwaffaq, Shaykh Badr et leurs collègues ne sont pas au courant de l'emplacement de la prison. Cependant, plusieurs indicateurs «Safarnāmah Asīre Malta» et d'autres sources qui indiquent que Fort Verdala était l'endroit où Shaykh al-Hind et ses collègues ont été incarcérés. Les indicateurs sont les suivants:

  1. Le fort Verdala a été construit par les Britanniques et a été utilisé comme prison pendant les deux guerres mondiales, comme mentionné ci-dessus.
  2. Mawlānā Ḥusayn Aḥmad Madnī fait référence à divers camps de prisonniers, dont le camp de St Clements, également connu sous le nom de camp allemand (Safarnāmah Asīre Malta, p.127). Comme mentionné ci-dessus, certains prisonniers allemands notables ont été emprisonnés ici. Mawlānā mentionne que la moitié des 3000 prisonniers étaient allemands (p.136).
  3. Mawlānā Ḥusayn Aḥmad Madnī décrit le lieu de leur internement comme un grand fort composé de murs fortifiés avec des tranchées et plusieurs bâtiments dans des espaces ouverts. Il ajoute que la montagne a été creusée et que le fort y a été construit (Safarnāmah,125). Fort Verdala correspond à cette description.
  4. Mawlānā Ḥusayn Aḥmad Madnī mentionne divers camps qui existaient dans la prison. Il fait spécifiquement référence à la caserne de Verdala (notez le nom) et la décrit comme un bâtiment à deux étages (Safarnāmah, 128). Mawlānā ajoute dans sa description qu'il était réservé aux officiers supérieurs car il avait de bien meilleures installations et qu'il était situé dans un espace spacieux. Il ajoute que le bâtiment est grand dans sa structure, cela ressort clairement des images disponibles en ligne et des images satellites sur google maps.
  5. Mawlānā Ḥusayn Aḥmad Madnī mentionne qu'ils ont visité le cimetière islamique à plusieurs reprises (voir jour 2 ci-dessous). Il est actuellement connu sous le nom de cimetière militaire turc ou cimetière militaire ottoman. Ce cimetière est situé à Marsa, à 5 km de Fort Verdala. Ils seraient escortés dans un véhicule (Safarnāmah, 175).
  6. Mawlānā Ḥusayn Aḥmad Madnī décrit leur arrivée dans un port de Maltest le 21 février 1917 (29 Rabīʿ al-Thānī 1335). Cheikh al-Hind a été transporté à la prison dans un véhicule tandis que les autres ont défilé (Safarnāmah,125). Le fort de Verdala est à distance de marche du port de La Valette, qui était le port militaire des Alliés.
  7. Mawlānā Ḥusayn Aḥmad Madnī mentionne dans le tatimmah (épilogue) du Safarnāmah (p.211) que le colonel ottoman Ashraf Beg (Esref Bey) a été incarcéré au même endroit qu'eux et a développé une relation étroite avec Cheikh al-Hind. Benjamin Fortna est l'auteur d'une biographie en anglais d'Esref Bey intitulée, "The Circassian – A life of Esref Bey, Late Ottoman Insurgent and Special Agent" et a eu accès aux papiers personnels d'Esref. Il écrit que Esref a été incarcéré à Fort Verdala dans la caserne de Verdala et a également reçu un pavillon d'été dans la caserne de Saint-Clément (le camp arabe). Mawlānā Ḥusayn Aḥmad Madnī a fait référence à la caserne de Verdala, comme mentionné ci-dessus, ainsi qu'à la caserne de Saint-Clément, qui, selon Mawlānā, était également connue sous le nom de camp arabe. La biographie mentionne que «parfois il (Esref) s'entretiendrait avec une figure religieuse nommée Mevlana Mahmud Huseyni», qui est probablement une référence à Cheikh al-Hind. C'est peut-être la preuve la plus forte que Shaykh al-Hind et son groupe ont été incarcérés à Fort Verdala.

À ma demande, ma chère collègue Mawlana Ismaeel Nakhuda, qui s'intéresse vivement aux biographies des érudits indiens et à l'histoire indienne en général, a bien voulu se pencher sur cette question et a conclu que Fort Verdala était presque certainement l'endroit. J'ai joint son article utile en annexe à ce récit de voyage, il expose sur les points précités.

Mawlānā Ḥusayn Aḥmad Madnī explique qu'ils ont d'abord été hébergés dans le camp de Rogate avant d'être transférés au camp arabe, également connu sous le nom de caserne St Clement. Il décrit que le camp de Rogate est situé dans le fossé du fort, fermez la porte principale du fort. (Safarnāmah, p.127) Ces camps avaient des tentes pour les prisonniers fournies par les Britanniques, bien que certains prisonniers aient construit des structures en bois à leurs propres frais (p.140). Cheikh al-Hind et ses collègues sont restés plusieurs mois dans ces tentes du camp de Rogate (p. 146). Mawlānā Ḥusayn Aḥmad décrit également le camp de Rogate comme étant situé dans une tranchée, avec toutes les tentes dans un espace ouvert, sans bâtiments (p. 155).

En ce qui concerne le camp arabe (caserne St Clement) où Shaykh al-Hind et ses collègues ont résidé le reste de leur temps, Mawlānā Ḥusayn Aḥmad Madnī le décrit comme présentant des bâtiments avec de l'espace pour quelques tentes, ajoutant qu'ils devaient descendre de nombreux escaliers avant de l'atteindre (p.128). Il fournit également un schéma de la pièce qui leur a été donnée ici (p.157).

Une visite à Fort Verdala est nécessaire pour connaître l'emplacement précis de ces camps.

En bref, on peut conclure avec une certaine certitude que c'est à Fort Verdala que Cheikh al-Hind et ses collègues ont été incarcérés.

Les prisonniers de Malte

Mawlānā Ḥusayn Aḥmad Madnī a décrit en détail dans «Safarnāmah Asīre Malta» tous les incidents et causes qui ont conduit à leur arrestation et à leur emprisonnement ultérieur. Un résumé se trouve également dans sa biographie automobile «Naqshe Ḥayāt» (p. 652), qui donne également un aperçu plus large du bouleversement politique plus large dans le monde musulman. L'évolution du paysage politique du Hedjaz, ainsi que leur refus de signer un document contre le califat ottoman (p. 75), ont alimenté les soupçons des dirigeants coloniaux britanniques et de leurs marionnettes. Cela a été aggravé par la désinformation des adversaires et des ennemis à l'intérieur.

C'est donc le 24 décembre 1335 (20 décembre 1916) que les luminaires sont officiellement entrés en détention britannique à Djeddah après avoir été arrêtés à La Mecque par le Sharif de La Mecque, Hussein bin Ali (décédé en 1350/1931), l'arrière-arrière-arrière-grand-père de l'actuel roi Abdulla II de Jordanie. Leur arrestation a eu lieu après que Sharif avait commencé la révolte arabe contre le califat ottoman, soutenu par l'empire britannique et réclamé le titre de roi du Hedjaz. La Maison des Saoud a ensuite pris le contrôle du Hedjaz de Sharif et de sa famille.

Trois semaines plus tard, les prisonniers ont été envoyés à Suez par bateau et de Suez transférés par train au Caire et emprisonnés à la prison de Gizeh pendant quelques jours. Le 29 Rabīʿ al-Thānī 1335 (21 février 1917), le groupe est arrivé à Malte et y a passé les trois années suivantes. Finalement, ils ont quitté Malte le 2 Jumādā al-Thāniyah 1338 (22 février 1920) et ont été envoyés en Égypte où ils sont restés en captivité d'abord à Alexandrie et ensuite à Suez. C'est le 5 Ramaḍān 1338 (23 mai 1920) qu'ils montèrent à bord du Steamer for India qui arriva à Mumbai trois semaines plus tard le 20 Ramaḍān 1338 (8 juin 1920).

L'incarcération de trois ans à Malte et l'absence de sept ans en provenance d'Inde n'ont pas empêché Shaykh al-Hind de participer à des activités anticoloniales et anti-implantation, bien qu'il ait été averti après son arrivée à Mumbai. Quelques mois plus tard, Cheikh al-Hind est décédé le 18 Rabīʿ al-Awwal 1339 (30 novembre 1920). Son héritage a été poursuivi par son disciple et étudiant Mawlānā Ḥusayn Aḥmad Madnī qui est décédé trente-huit ans plus tard en 1377 (1957).

Distiques arabes de Mufti Kifāyatullāh Dehlawī

Mufti Kifāyatullāh Dehlawī (mort en 1372/1952) était un élève de Shaykh al-Hind. Sa collection de ourdou fatwa Kifāyat al-Muftī est renommé. Il a écrit les couplets suivants en arabe lorsque Cheikh al-Hind était à Malte, comme cité dans Nuzhat al-Khawāṭir (8: 1334):

ألا يا مالطة طوبى وبشرى ، ثوى بك من محا آثار كفر

ولم تك قبله إلا خرابا ، خمولا غير معروف بخير

فلما حلها عادت رياضا ، منضرة من التقوى وذكر

مكللة بأزهار المزايا ، وأزهار المزايا خير زهر

ألا يا مالطة كوني سلاما ، على محمودنا الراضي بقدر

إمام الخلق قدوتهم جميعا ، له كرم إلى الآفاق يسري

جنيد العصر سري الزمان ، غيوث فيوضه تهمي وتجري

فريد في خلائقه العذاب ، وحيد في التقى من غير فخر

أشد الناس أمثلهم بلاء ، فيا شمس الهدى يا طود صبر

ذكرنا يوسف الصديق لما ، أسرت بغير استحقاق أسر

لحر البين في صدر الكئيب ، تفيض دموعه حمراً كجمر

سينزلك العزيز محل عز ، ويضرك النصير أعز نصر

سيكفيك الإله فأنت مرء ، كفاك الله قدما كل شر

Leçons de Fiqh de «Safarnāmah Asīre Malta»

En lisant le récit de Mawlānā Ḥusayn Aḥmad Madnī sur leur incarcération à Malte, plusieurs points jurisprudentiels et faits intéressants ont attiré mon attention. J'ai pensé qu'il était utile de mentionner certains d'entre eux ici pour le bénéfice des lecteurs:

  1. Cheikh al-Hind avait déjà distribué son héritage à ses héritiers en Inde avant son voyage vers le Hedjaz et son incarcération (p. 38). (Il existe une différence d'opinion quant à savoir si les règles de succession ou de donation s'appliqueront, comme indiqué sur le lien suivant: https://islamicportal.co.uk/distribution-of-wealth-before-demise/).
  2. Mawlānā Ḥusayn Aḥmad Madnī a mémorisé tout le Coran pendant son séjour à Malte et l'a également récité à Shaykh al-Hind à Ramaḍān à Nawāfil Ṣalāh après le Tarāwīḥ Ṣalāh (p. 194). Les autres prisonniers étaient habitués à la récitation des dix derniers chapitres de Tarāwīḥ Ṣalāh, de sorte que Shaykh al-Hind n'a pas persisté. En fait, pendant le siège de Taif avant leur arrestation, Cheikh al-Hind et ses collègues ont exécuté Tarāwīḥ Ṣalāh de cette manière (p.68).
  3. Alors que dans la ville bénie de Madīnah, Shaykh al-Hind et Mawlānā Khalīl Aḥmad Sahāranpūrī (décédé en 1346/1927) accordèrent aux érudits et étudiants locaux ijāzah à ḥadīth après le récital de al-Awāʾil al-Sunbuliyyah. Mawlānā Ḥusayn Aḥmad Madnī décrit cela comme une pratique des saints antérieurs (p.49). Cela démontre clairement que l'octroi de l'ijaza de ḥadīth de cette manière et la récitation de l'Awāʾil étaient une pratique de nos aînés.
  4. Cheikh al-Hind et ses collègues ne mangeraient pas la viande fournie par les autorités pénitentiaires car la source était inconnue. Mawlānā Ḥusayn Aḥmad observe que de nombreux prisonniers consommeraient la viande, certains le justifiant par nécessité. Mawlānā réfute cela. Ce qui est intéressant, c'est que Shaykh al-Hind leur a permis de vendre la viande de ḥarām à des non-musulmans sur la base de l'admissibilité des transactions avec des non-musulmans à Dār al-Ḥarb (le pays de la guerre). Cependant, telle était la diligence raisonnable de Cheikh al-Hind qu'il a conseillé à Mawlānā Ḥusayn Aḥmad de consulter un texte du fiqh, et il a consulté un commentaire de Kanz al-Daqāʾiq qu'ils avaient avec eux (p.148-150). La question de savoir si cette décision s'applique aux musulmans vivant en sécurité en tant que minorités dans des pays non musulmans est une question distincte, qui dépasse le cadre de cet article.
  5. La torture physique existait à l'époque de Sharif de La Mecque dans les prisons de la ville bénie de La Mecque (p.84). Malheureusement, la même chose est vraie aujourd'hui à la Mecque et à Madīnah.
  6. Malgré des tentatives répétées, Cheikh al-Hind a refusé de signer le document critiquant la domination ottomane (p. 73). Ceci malgré le fait que l'Inde n'était pas sous contrôle ottoman.
  7. Cheikh al-Hind a accordé à certains officiers turcs la permission de continuer à chanter et à danser pour montrer aux soldats britanniques qu'ils ne sont pas frappés de chagrin ou de tristesse (p. 120).

L'histoire se répète

Il convient de noter que le mufti ottoman et juge Muḥammad ibn ʿAbd al-Ḥalīm (mort en 1093/1682) a été capturé dans la mer par les Français et incarcéré à Malte pendant près de quatre ans. Ceci a été cité par llAllāmah Muḥibbī (d. 1111/1699) dans Khulāṣat al-Athar (3/483) dans son entrée biographique.

Maghrib Ṣalāh et programme court

Nous quittons Fort Pembroke et nous nous dirigeons vers une muṣalla locale, Masjid Ar-Rahmah à Birkirkara où nous jouons Maghrib Ṣalāh. Après Ṣalāh, Mufti Ahmad Khanpuri prononce un court discours en ourdou, je traduis en arabe et en anglais. Nous retournons à la mosquée Al Fateh à Floriana où nous restons, et sur la route Mawlana Hanif et moi récupérons de la nourriture dans un plat à emporter local. Il existe plusieurs points de vente halal à Malte.

Reflet profond de Cheikh al-Hind

Pendant que nous nous reposons pour la soirée dans la mosquée Al Fateh, nous réfléchissons sur les sacrifices et les luttes de Cheikh al-Hind et de ses collègues. Lorsque Shaykh al-Hind est retourné à Deoband, il s'est adressé à un grand groupe d'universitaires et d'étudiants. Il a expliqué que pendant qu'il était en prison, il avait réfléchi à la cause de la disparition de la Oummah à la fois spirituellement et en termes mondains et conclu qu'il y avait deux causes. Toute la congrégation écoutait très attentivement son mentor qui avait passé toute sa vie à enseigner le Coran et la Sunna et à lutter pour la liberté. Il a expliqué que la première cause est l'abandon du Coran par les musulmans et a insisté sur la création de cours et de leçons pour promouvoir la récitation du Coran et diffuser ses significations. La deuxième cause est les conflits internes et les querelles entre musulmans.

Jour 2 – vendredi 7 juin 2019

Tour de l'île de Malte

La matinée commence par une visite de l'île de Malte en voiture. Nous visitons certaines des principales attractions.

Le littoral est très pittoresque. Le temps est également parfait à cette période de l'année, de 25 à 30 degrés Celsius. La nuit, la température baisse et il y a une brise fraîche, ce qui est parfait pour nous les Britanniques.

Cependant, Mawlānā Ḥusayn Aḥmad Madnī mentionne que le climat leur a été difficile pendant les nuits, en particulier dans le camp de Rogate où ils résidaient dans des tentes (p.154, 155). Nous pouvons l'apprécier, en particulier pendant les mois d'hiver, car les températures peuvent descendre à 8 degrés Celsius et encore moins. Mawlānā mentionne que sortir la tête de la tente le matin pour Fajr Ṣalāh s'apparentait à un tourment sévère, car il ferait très froid.

Cimetière militaire turc

Ensuite, nous visitons le cimetière militaire turc de Marsa, également connu sous le nom de cimetière militaire ottoman. Le cimetière a été construit en 1290 (1874) comme indiqué au-dessus de la porte du cimetière.

Le sultan ottoman Abdulaziz l'a chargé de remplacer un ancien cimetière musulman. Le gouvernement turc le maintient aujourd'hui et l'autorisation de l'ambassade de Turquie est nécessaire pour le visiter, bien que parfois le personnel autorise l'entrée, nous dit-on. Jusqu'à la construction de la mosquée Mariam Al-Batool à Paola, elle était également utilisée comme lieu de prière par les musulmans. Le cimetière a également été référé au cimetière de Mahomedan et au cimetière des Martyrs, car il abrite les tombes de certains prisonniers de guerre turcs.

Cheikh al-Hind et ses collègues ont visité ce cimetière à plusieurs reprises. Mawlānā Ḥusayn Aḥmad Madnī fournit un schéma du cimetière dans son Safarnāmah Asīre Malta (p. 176) et fait référence au sultan Abdulaziz (p. 175). C'est ici qu'un prisonnier ottoman Ali Beg a été baigné et enterré après avoir été exécuté, il avait demandé à Cheikh al-Hind d'être présent pendant son exécution et de diriger son Janāzah Ṣalāh (p. 173). Par la suite, Cheikh al-Hind et ses collègues se rendaient sur sa tombe chaque fois qu'ils visitaient le cimetière (p. 177).

Le 9 Dhū al-Qaʿdah 1336 (16 août 1918), Ḥakīm Nuṣrat Ḥusayn, un collègue de Shaykh al-Hind est décédé, il a également été enterré dans ce cimetière. Son Janāzah Ṣalāh était dirigé par Shaykh al-Hind. Le colonel Ashraf Beg (Esref Bey) a payé les frais de transport et de pierre tombale tandis que les autres frais d'inhumation ont été payés par Cheikh al-Hind et ses collègues (p. 201-2).

Malheureusement, aujourd'hui est un jour férié à Malte, et nous ne pouvons pas entrer dans le cimetière. Nous offrons nos salam et nos prières de l'extérieur. J'avais personnellement voulu observer la tombe de Ḥakīm Nuṣrat Ḥusayn et la pierre tombale mentionnée par Mawlānā Ḥusayn Aḥmad Madnī (p. 201), contenant le texte suivant:

هذا قبر الحكيم السيد نصرت حسين من أهل كورا جهان آباد الهند, أسر بمكة مع حضرة العلامة الشيخ محمود حسن, صدر المدرسين بكلية ديوبند في الحرب العمومي, وتوفي أسيرا في تاسع ذي القعدة سنة 1337 هجرة النبي سيدنا محمد صلى الله عليه وسلم, رحمه الله رحمة واسعة ، وله الفاتحة

Nous apprenons plus tard qu'aujourd'hui est Sette Giugno (italien pour le 7 juin), une fête nationale maltaise qui est célébrée chaque année le 7 juin. Il commémore les événements survenus ce jour-là en 1919, lorsque les troupes britanniques ont tiré sur une foule et tué quatre personnes, à la suite d'une série d'émeutes de la population locale.

Jumuʿah Ṣalāh

Nous retournons à la mosquée Al Fateh à Floriana après midi. Les gens ont commencé à se rassembler pour Jumuʿah Salah. À notre grand étonnement, quelque 1200 personnes se sont rassemblées bien avant l'heure de Jumuʿah Salah de 13h30. Hier, le nombre de participants à Ṣalāh était par dizaines et nous n'avions pas prévu autant de personnes pour vendredi Fridayalāh. Les gens sont assis dans la cour à l'extérieur dans la chaleur due au débordement. Peu après 13 heures, Mufti Ahmed Khanpuri Sahib commence à prononcer sa conférence en ourdou. Il y a un silence absolu car toute la congrégation est entièrement concentrée, bien que 99% des participants ne comprennent pas l'ourdou. Ma collègue Mawlana Rafiq Sufi traduit en anglais tandis que je traduis en arabe. Les principales ethnies sont arabes et africaines, l'anglais est requis pour les Africains et autres non-Arabes.

À la fin du discours pré-Jumuʿah Ṣalāh, Shaykh Badr monte dans la chaire, qui est emmenée à l'extérieur dans la cour, et livre le Khuṭbāh en arabe et en anglais. Un sermon éloquent est prononcé. Jusque-là, nous ne connaissions pas les références universitaires de Shaykh Badr en raison de son humilité. Nous avions supposé qu'il n'était qu'un interprète et un assistant de Cheikh Muwaffaq, qui, dans l'intervalle, dirige Jumuʿah Salah dans une prison locale. Shaykh Muwaffaq explique plus tard qu'il y a 120 prisonniers musulmans, dont 60 exécutent Jumuʿah Ṣalāh derrière lui car il y a différentes divisions et il n'est pas pratique pour tous les prisonniers musulmans d'exécuter ensemble Ṣalāh. Compte tenu de la taille de la communauté et des ressources limitées, c'est une réalisation louable que des dispositions existent pour Jumuʿah Ṣalāh dans la prison.

Après Jumuʿah Ṣalāh, beaucoup de gens viennent nous saluer. Peu de temps après, nos hôtes nous honorent avec une délicieuse cuisine syrienne dans le Masjid.

Île de Gozo

À 15 heures, nous nous dirigeons vers Cirkewwa, au nord de Malte, qui a un terminal de ferry qui propose des traversées fréquentes vers l'île de Gozo. Le trajet de Floriana à Cirkewwa dure trente minutes tandis que la traversée en ferry dure vingt-cinq minutes. Le paysage est à couper le souffle.

Notre premier arrêt sur l'île est un petit muṣalla où nous jouons ʿAṣr Ṣalāh. C'est le seul lieu de prière pour les musulmans de cette île. Cheikh Badr nous informe qu'il n'y a pas de musulmans qui résident en permanence sur cette île. Cependant, il y a des musulmans qui travaillent ici.

Cittadella (Citadelle)

L'île de Gozo est connue pour ses ruines du temple néolithique de antgantija, ses sentiers de randonnée ruraux, ses plages et ses sites de plongée sous-marine. L'île est également célèbre pour la Cittadella, une petite ville fortifiée située sur la ville de Victoria (également connue sous le nom de Rabat). La ville est un site du patrimoine de l'UNESCO.

Le site Web de l'UNESCO déclare: «Le Cittadella est au centre de Gozo, l'île sœur de Malte. La petite ville fortifiée est située sur un promontoire situé au-dessus de la ville de Victoria (également connue sous le nom de Rabat). Ce point de vue a été évidemment choisi parce que c'était une colline naturellement fortifiée qui dominait la campagne environnante et fournissait un contrôle visuel des zones côtières. Les caractéristiques géologiques et géomorphologiques étaient idéales pour soutenir les anciennes colonies et fournir une base pour le développement de la ville. La Cittadella était appelée Gaulcouis Civitas (possible après la colonisation romaine) avant l'arrivée des Chevaliers de l'Ordre de Saint-Jean. »

La vieille prison

L'ancienne prison est située dans la Cittadella, à côté des cours de justice auxquelles elle était initialement reliée. Il y a beaucoup de choses intéressantes à voir, comme des graffitis originaux de détenus représentant des croix, des navires et la croix des chevaliers. Cette prison a été utilisée entre le milieu du 16e siècle et le début du 20e siècle et est aujourd'hui divisé en deux sections, le hall d'entrée et les cellules individuelles.

Nous visitons Cittadella principalement à cause de cette prison. Certaines personnes supposent que c'est la prison où Cheikh al-Hind et ses collègues ont été incarcérés. Cela semble incorrect pour plusieurs raisons:

  1. Il n'y a aucune mention de l'île de Gozo dans le Safarnāmah de Mawlana Mawlānā Ḥusayn Aḥmad Madnī.
  2. La description de la prison détaillée par Mawlānā ne correspond en rien à l'ancienne prison ou à la Cittadella. S'il s'agissait bien de la prison, Mawlānā aurait mentionné la Cittadella et les différents bâtiments qui s'y trouvent; la cathédrale, les cours de justice et d'autres bâtiments.
  3. La prison ne semble pas assez grande pour accueillir 3 000 prisonniers, nombre mentionné par Mawlānā Ḥusayn Aḥmad (p.136) et il ne semble pas y avoir d'espaces ouverts pour les différents camps et tentes de prisonniers.
  4. Hormis Shaykh al-Hind, le reste du groupe a été conduit à pied à la prison comme mentionné ci-dessus. Le Cittadella est situé sur une colline et cela n'aurait pas été facile de marcher jusqu'au sommet. Cela aurait été mentionné par Mawlānā.
  5. Mawlānā Ḥusayn Aḥmad Madnī a mentionné leurs visites au cimetière militaire turc. Ce cimetière est situé sur la principale île de Malte. Il n'y a pas de cimetière de ce type sur l'île de Gozo et Mawlānā n'a fait aucune référence à un voyage par voie maritime au cours de leur incarcération de trois ans à Malte. Il mentionne seulement avoir été escorté dans une voiture (p.175), comme déjà mentionné. Further, Mawlānā has made specific reference to Sultan Abdulaziz’s role in the construction of the Cemetery. There is only one such cemetery constructed by the Sultan in Malta.
  6. Benjamin Fortna has made no reference to this in his biography of Ashraf Beg (Esref Bey).

We are unable to visit the inside of the Prison as it is past 5pm. The last admission time is 4.30pm. However, we visit the prison and neighbouring buildings from the outside as the historic fortified town is open.

Mariam Al-Batool Mosque

We return to Malta island via ferry and head to the Mariam Al-Batool Mosque in Paola for Maghrib Ṣalāh.

This is the largest mosque in Malta and it was financed by the former ruler of Libya, Muammar Qaddafi. In 1978, he visited Malta and placed the foundation stone of the mosque. The mosque opened its doors in 1982. Until this point, there was no purpose-built prayer facility in the country and the Turkish Cemetery was often used for prayers. Legally, this is the only building that has mosque status and it continues to fall within the remit of the Libyan Embassy. Next to the Masjid is the Mariam Al-Batool School.

Dinner at the residence of Dr Mahmoud Abdelaziz

Our final stop in the evening is the residence of Dr Mahmoud Abdelaziz. Dr Mahmoud met us earlier in the day after Jumuʿah Ṣalāh and invited us for dinner at his residence. During introductions at his residence, we learn that he is no ordinary person. He is a former member of the Libyan Parliament and an active member and spokesperson of the Justice and Development Party of Libya. He resides in Malta and regularly features on Al-Jazeera and other media channels.

Dr Mahmoud is a very noble person. He welcomes us and makes us all feel at home. The courtesy, respect and affection that he and his children display to all of us and in particular to Mufti Ahmad Khanpuri are worth a special mention. The manner in which he spoke and shared Quranic verses and Prophetic ḥadīths enriched the evening. He has a PhD in engineering. He shares with us the current situation in Libya and describes the destructive role played by the Saudi and UAE regimes. Regarding Muammar Qaddafi, he provides a balanced view that he was an oppressor and dictator within his home country, although he did some good charitable work abroad like financing the mosque in Malta. Following his fall, there was progress in Libya and moderate religious people made significant gains. However, the Saudi, UAE and other neighbouring powers were not content as they regard the Muslim Brotherhood a great threat.

Dinner is laid out and Dr Mahmoud personally ensures that each of our plates are full with the delicious rice and meat his wife has prepared. His children also serve us and display impeccable character. We are overwhelmed with the hospitality and affection displayed towards us from someone who had only met us earlier in the day for the first time. True Arab hospitality indeed!

We return to Al Fateh Mosque in Floriana and rest for the evening. As the toilet facilities are at a distance, we decided earlier in the day to book a hotel nearby the Masjid for Mufti Ahmad Sahib, the Grand Hotel Excelsior. Generally, the local people are very friendly.

Day 3 – Saturday 8 June 2019

Bidding Farewell

It is now time to bid farewell to Malta. We leave from Floriana at 8am and head to Malta International Airport in Luqa. On route, we visit the Turkish Military Cemetery and check to see if we can access the inside. Fate had it otherwise. For future, we are advised to contact the Turkish Embassy in advance.

Shaykh Badr and Shaykh Muwaffaq bid us farewell, both have been extremely hospitable and generous over the past two days. We pray to Allah Almighty to accept their efforts and bless them in their endeavours.

Our group of nine led by Mufti Ahmad Khanpuri Sahib travel from Malta to Leeds Bradford Airport on the 11.35am Jet2 Airways. The flight is slightly delayed, we land at 2.30pm. We are received at the Airport by a group of thirty people and head to Dewsbury, the first point in the five day UK wide Islāḥī tour, with some programs also to be attended by Shaykh al-Islam Mufti Muhammad Taqi Usmani (b.1362/1943), who had originally planned to join us in our trip to Malta, but could not do so due to unforeseeable circumstances.

Conclusion

The life of Shaykh al-Hind and Shaykh al-Islam is one of sacrifice, endurance, perseverance and service. The late Mufakkir al-Ummah Mawlānā ʿAbdullāh Kāpodrawī (d. 1439/2018) once said to me, “Ibn Taymiyyah Raḥimahullāh was among those luminaries who excelled in writing and fighting. He was صاحب السيف والقلم. There are not many examples of luminaries who combine both. He was ahead in the battlefield as well. His opponents conducted a lot of propaganda against him.” Undoubtedly, both Shaykh al-Hind and Shaykh al-Islam were also from this category of scholars whose efforts were not confined to teaching or academia. The story of their incarceration in Malta for three years is testament to their all roundedness.

In a recent talk about our trip to Uzbekistan at the Lammack Prayer facility in Blackburn, I mentioned that we should make all of our international trips to other than the three holy places (Makkah, Madinah, al-Quds) a form of worship by making two primary intentions:

  1. The first is education. This can take various forms: Meeting scholars, visiting historical places, accessing manuscripts and books, visiting museums and libraries, delivering speeches, learning about our heritage and history, and connecting with the local people.
  2. The second is to ascertain the needs of the local people, this includes their spiritual, economic, social and personal needs. This in itself is an act of reward even if a person is unable to provide support at that time. Supplications can be made and relevant organisations, charities and individuals can also be directed to provide support.

Malta is a popular holiday destination. We only stayed for two days, there are many more historical sites and places to visit. It requires at least a few days. The Muslim population is also increasing, and with the influx of refugees, their spiritual and personal needs require examining. Some of the indigenous Maltese people are also reverting to Islam. If a person visits with the aforementioned intentions, he can transform his journey into an act of immense reward and also benefit from the perks of a popular destination in the Mediterranean.

Remarque: The Egyptian Shaykh Muḥammad ʿAbdurraḥmān al-Ṣabāḥī wrote a book in Arabic ‘Khamsa Sinīn fī Magāwir al-Asr which details his incarceration in Malta. The book was published from Egypt in 1922. We are in the process of acquiring a PDF of this book from McGill University (Montreal, Canada) as we understand he was incarcerated in the same prison and met Shaykh al-Hind. He was probably imprisoned in the Arab Camp. The book may provide further certainty in relation to the location of the prison and also other relevant information. The following entry confirms the subject of the book and its publication date:

جاء في جامع التصانيف الحديثية التي طبعت في البلاد الشرقية والغربية والأمريكية من سنة ١٩٢٠ إلى سنة ١٩٢٦ ميلادية الموافقة لسني الهجرة من ١٣٣٩ إلى ١٣٤٥ (ص ١٧): ((خمس سنين في مغاور الأسر)) ألف هذا الكتاب محمد عبد الرحمن أفندي الصباحي من مصطاي المنوفية، وصف فيه عواطفه مدة اعتقاله في مالطه. مصر، ١٩٢٢، انتهى۔

Yusuf Shabbir

Ref: www.islamicportal.co.uk