Riz Ahmed a annoncé une nouvelle initiative pour lutter contre le « problème de la fausse représentation des musulmans » à l’écran, déclarant : « L’industrie de l’islamophobie est celle qui mesure son coût en sang.

Dans un discours passionné adressé à l’industrie cinématographique, publié sur les réseaux sociaux et YouTube, la star de Sound of Metal a décrit ses propres expériences difficiles, notamment des interrogatoires agressifs dans les aéroports, et a déclaré : ignoré plus … et c’est un problème qu’une poignée de musulmans éminents dans l’entreprise ne peuvent pas résoudre.

Se référant à un essai qu’il a écrit pour le livre The Good Immigrant en 2016 et publié dans le Guardian, il a ajouté : « Les progrès réalisés par quelques-uns d’entre nous ne donnent pas une image globale des progrès si la plupart des portraits de musulmans à l’écran sont soit inexistants, soit ancrés dans ces représentations stéréotypées, toxiques et bidimensionnelles.

L’acteur a sévèrement critiqué les films oscarisés American Sniper, The Hurt Locker et Argo, les qualifiant de « franchement racistes » et qu’il s’agit de « films qui déshumanisent et diabolisent les personnages musulmans, dans la mesure où ils sont auteurs ou victimes de violences, indigne d’empathie ou incapable d’empathie ». Il a également déclaré qu’il était « éviscéré » par la représentation des personnages musulmans dans la série amazonienne The Boys, « une émission que j’ai adorée ».

En disant « cela n’arriverait à aucun autre groupe minoritaire », Ahmed a souligné les lacunes du blockbuster Marvel Black Panther (« l’un des moments progressistes les plus éveillés de notre culture ces dernières années ») dans lequel les musulmans apparaissent dans les scènes d’ouverture. comme des terroristes procédant à un enlèvement.

Le discours d’Ahmed a accompagné la sortie de The Blueprint for Muslim Inclusion, co-publié par sa société de production Left Handed Films avec le Pillars Fund, et une étude de recherche de l’USC Annenberg Inclusion Initiative, intitulée Missing & Malaligned: The Reality of Muslims in Popular Films mondiaux.

Sur les 200 films analysés pour cette dernière étude (dont 100 des États-Unis, 63 du Royaume-Uni et 32 ​​d’Australie), moins de 2% des rôles parlants étaient des personnages musulmans. Dans les films américains et britanniques, ce chiffre est tombé à 1,1 % dans les deux cas. (Cela se compare à l’estimation du pourcentage de la population nationale de 1,1 % aux États-Unis et de 5,16 % au Royaume-Uni.)

L’étude a également analysé des éléments de la représentation des personnages musulmans, constatant que 39% des personnages musulmans dans les films de l’échantillon étaient les auteurs de violence et 53% étaient les cibles. Plus de 58% des personnages musulmans étaient des migrants ou des réfugiés, près de 88% ne parlaient pas ou accentuaient l’anglais, et plus de 75% portaient des vêtements liés à leur religion.

Le Plan d’action pour l’inclusion des musulmans fait un certain nombre de recommandations à l’industrie du cinéma et de la télévision, notamment des « tropes de terreur éteinte » et l’embauche de créateurs musulmans pour les premiers accords. Le rapport suggère également que les organisations de l’industrie « reconnaissent officiellement les musulmans comme un groupe marginalisé, effacé et sous-financé dans leurs programmes de diversité, d’équité et d’inclusion », « réforment les pratiques de casting » et « recherchent intentionnellement des talents musulmans polyculturels ».

Dans une déclaration publiée sur le site Internet Pillars, Ahmed a ajouté : « La représentation des musulmans à l’écran alimente les politiques qui sont mises en œuvre, les personnes qui sont tuées, les pays qui sont envahis. Les données ne mentent pas. Cette étude nous montre l’ampleur du problème dans le cinéma populaire et son coût se mesure en potentiel perdu et en vies perdues.