EL’Angleterre et le pays de Galles ne sont plus chrétiens : choc. Les chrétiens une minorité pour la première fois depuis l’âge des ténèbres. Nous sommes parmi les nations les plus impies de la Terre. Selon le recensement de 2021, le nombre d’entre nous cochant la case chrétienne est tombé à moins de 48 %. Alors que le pentecôtisme chrétien est en plein essor, à peine 12 % sont membres de l’Église nationale d’Angleterre. Aujourd’hui, nous sommes plus nombreux à aller à la mosquée chaque semaine qu’à l’église paroissiale. Ceux de « sans religion » ont triplé depuis le millénaire, à 37 %.

Les minorités ethniques représentent désormais 18 % de la population et forment la majorité dans des villes comme Birmingham et Leicester. Cela signifie que les musulmans et les hindous ont créé une certaine base pour la religion, en tant que telle. En un sens, le portrait qui ressort de ce recensement s’améliore. Les gros titres quotidiens peuvent condamner le racisme et la discrimination, mais cela ne doit pas masquer les progrès de la diversité, de l’égalité des droits et des chances par rapport à l’Angleterre et au Pays de Galles au XXe siècle. Selon les recherches d’Opinium, nous sommes plus nombreux à considérer notre société comme étant plus tolérante aujourd’hui qu’elle ne l’était auparavant. Dans peu de villes d’outre-mer voyez-vous un tel mélange de races que dans nos rues ou sur nos écrans de télévision. La politique de l’Irlande du Nord semble si archaïque uniquement parce que c’est une partie du Royaume-Uni où la religion était jusqu’à récemment une question de vie ou de mort.

Cela dit, le fait qu’il ne s’agisse plus d’un pays majoritairement chrétien ne peut être ignoré. Des historiens comme Tom Holland continuent d’insister sur le fait qu’il reste un pays « chrétien ». Il le fait en vertu de son histoire et des institutions de l’État – le parlement s’ouvre sur des « prières » – et du système de croyance qui sous-tend ses valeurs politiques. Mais les arguments en faveur du démantèlement des relations de l’Église d’Angleterre avec l’État sont désormais accablants. L’église ne peut pas retenir le monarque comme gouverneur « par la grâce de Dieu ». Il devrait se retirer de son importance dans les cérémonies étatiques et civiques, les jours du souvenir, les serments judiciaires, la BBC et le service quotidien. L’église ne peut pas justifier son accès privilégié aux écoles publiques et ses sièges réservés au parlement, ce dernier avantage partagé uniquement avec les donateurs du parti conservateur.

L’emprise du C de E sur la monarchie est née d’un Brexit antérieur, celui de la Réforme Henricienne. Cela visait à affirmer le protestantisme britannique contre un catholicisme hostile, le roi remplaçant le pape. Le roi Charles devrait déclarer cette tradition obsolète. Il sera bientôt couronné et « oint » comme monarque lors d’un service religieux ne représentant que les 15 % anglicans de ses sujets. Les monarques héréditaires modernes, comme ceux du Danemark, de la Suède et de l’Espagne, sont « proclamés » dans un parlement laïc et démocratique.

Église St Clements, Old Romney, Kent
« La moitié des bâtiments classés Grade I du pays sont des églises médiévales. » Église St Clements, Old Romney, Kent. Photographie : Kevin Wheal Kent/Alamy

Le roi en conseil devrait nommer une commission chargée de conseiller sur la dissolution avant son couronnement. Il pourrait aller plus loin et réformer toute la Chambre des Lords. Il y a une place pour la cérémonie et l’histoire, mais l’antiquaire constitutionnel de la reine Elizabeth dépendait de son âge et était sa proposition de vente unique. Encore une fois, ces jours sont révolus.

Cela laisse un domaine anglican qui s’étend sur toute la longueur et la largeur du pays, ses églises dominant chaque ville, ville et village. La moitié des bâtiments classés Grade I du pays sont des églises médiévales. Parmi celles-ci, seules les cathédrales semblent pouvoir maintenir leur attrait – leur fréquentation est en fait en augmentation – mais cela semble en partie comme des lieux de paix et de méditation personnelle, et une communion avec la musique et l’architecture. Les cathédrales sont pour les gens de toutes confessions et aucune.

Les églises paroissiales sont le vrai défi. Beaucoup sont actifs, leur clergé remplissant de nombreuses fonctions sociales qu’un État-providence malade ne peut pas gérer. Mais leur portefeuille immobilier est hors de proportion avec les besoins de l’église. Ces bâtiments sont une présence dominante dans presque toutes les communautés, avec des milliers de personnes sombres, vides et redondantes.

Le message du nouveau recensement est que ces bâtiments, là où ils ne peuvent pas soutenir les congrégations, doivent être « dénationalisés » et localisés. Les sondages montrent que peu de gens veulent que leurs églises disparaissent. Ils devraient passer aux conseils paroissiaux ou municipaux locaux, aux fiducies ou à d’autres institutions locales, qu’elles soient confessionnelles ou laïques. Ces églises ont été construites à partir des dîmes et des taxes des populations locales et à la responsabilité locale, elles doivent aller.

Ce n’est pas nouveau. Cela se produit dans toute l’Europe. Des nations aussi laïques que la nôtre, comme la Suède, la Suisse, le Danemark et l’Allemagne, ont de modestes impôts locaux (essentiellement volontaires) pour maintenir ces bâtiments en bon état pour un usage communautaire. Cela doit avoir un sens, et l’initiative doit venir de l’église.

De telles réformes ne sont guère radicales. Ils reconnaîtraient le passage du recensement d’un état religieux à un état laïc, reflétant une société de plus en plus diversifiée. Quant à l’église, plutôt que d’être traînée dans le 21e siècle, elle devrait être considérée comme ouvrant la voie.