Le mois de jeûne islamique du Ramadan, qui a commencé cette semaine, est la plus grande période de dons pour les musulmans britanniques.

Selon une étude du Muslim Charities Forum, en 2018, les quelque 3,5 millions de musulmans du Royaume-Uni ont fait don de plus de 120 millions de livres sterling à des œuvres caritatives mondiales pendant le Ramadan, à un taux de 46 livres par seconde.

Cette année, après la décision du gouvernement britannique de réduire considérablement l’aide au Yémen, certaines des principales organisations caritatives musulmanes du Royaume-Uni se concentrent sur le Yémen pour leurs campagnes de Ramadan. Les coupes ont été largement condamnées.

Le Yémen est aux prises avec la plus grande crise humanitaire au monde et est au bord de la famine. Environ 80% de la population du Yémen – plus de 24 millions de personnes – ont besoin d’une aide humanitaire, dont plus de 12 millions d’enfants, selon l’Unicef. Près de 2,3 millions d’enfants de moins de cinq ans souffriront de malnutrition aiguë en 2021.

Muslim Hands espère que la période du festival l’aidera à lever les 6 millions de livres sterling qu’il souhaite dépenser dans le pays cette année. En 2020, l’organisme de bienfaisance a levé 32 millions de livres sterling – 10,6 millions de livres sterling pendant le Ramadan. Environ 1,1 million de livres sterling ont été consacrés à son travail au Yémen.

Abdul Rahman Hussein, directeur national pour le Yémen, a déclaré que les coupes du gouvernement britannique étaient «choquantes» et auraient un impact énorme. «Imaginez, toutes les 10 minutes, un enfant de moins de cinq ans meurt au Yémen», a-t-il déclaré.

«Ils doivent augmenter et non diminuer les fonds», a-t-il ajouté. «Après six ans de guerre, les choses sont allées de mal en pis.»

Lors d’un récent voyage dans le pays, Hussein a déclaré avoir vu des enfants d’à peine six ans s’évanouir à cause de la faim à l’école.

Dans un centre d’aide, une famille lui a demandé d’emmener leurs enfants parce qu’ils ne pouvaient plus subvenir à leurs besoins. « Ils ont dit: » Nous ne pouvons pas les nourrir, pouvez-vous simplement les prendre? « , Se souvient Hussein.

Muslim Hands fournit des paquets de produits alimentaires de base – y compris de la farine, du riz, de l’huile et des haricots – pour nourrir une famille de sept personnes pendant un mois.

«Un simple paquet de nourriture fait la différence entre la vie et la mort», a déclaré Hussein. « [Millions of Yemenis] je ne sais pas quand ils vont prendre leur prochain repas.

L’organisme de bienfaisance a mis en place trois usines de pain dans deux villes. Il en coûte environ 360 £ par jour pour nourrir 5 000 personnes avec deux miches de pain dans chacune de ces installations. Il espère porter le nombre d’usines à cinq.

«Si nous ne fournissons pas ces miches de pain, les gens ne mangent tout simplement pas. Si nous ne donnons pas ces colis alimentaires, les gens ne mangent pas », a déclaré Hussein.

L’organisation caritative gère également des programmes d’alimentation scolaire et un centre médical dans la région d’Abyan. Le centre traite jusqu’à 90 personnes par jour, principalement des enfants. Il offre des services de soins d’urgence, de nutrition et de vaccination, ainsi que des soins de reproduction et maternels. Il en coûte 350 £ par jour pour faire fonctionner le centre.

Hussein, qui est Yéménite et vit au Royaume-Uni depuis 23 ans, a déclaré qu’il avait l’habitude de se rendre dans son pays natal presque chaque année.

«C’est un pays que je ne reconnais plus. Je n’ai jamais vu une situation comme celle-ci de toute ma vie », a-t-il déclaré.

Le Ramadan est la plus grande campagne de financement pour Islamic Relief, la plus grande organisation caritative musulmane du Royaume-Uni. L’année dernière, le mois sacré a rapporté plus de 40% de ses revenus annuels. L’organisation a déclaré qu’un grand nombre de musulmans choisissent la période du Ramadan pour payer leur charité obligatoire, connue sous le nom de zakat.

Islamic Relief a déclaré avoir levé plus de 3,5 millions de livres sterling pour le Yémen l’année dernière, 80% de plus qu’en 2019. Son appel au Yémen a continué de croître au cours des 12 derniers mois.

L’organisme de bienfaisance a des projets dans 17 des 22 gouvernorats du pays. Il soutient des programmes de nutrition dans 155 centres de santé et construit et répare des installations d’eau et d’assainissement.

Un enfant reçoit une aide médicale en raison de la malnutrition à l'hôpital maternel Al Sabeen, au Yémen
Un enfant souffrant de malnutrition à l’hôpital maternel Al Sabeen de Sanaa, février 2021. On estime que 2,3 millions d’enfants de moins de cinq ans souffriront de malnutrition aiguë au Yémen cette année. Photographie: Agence Anadolu / Getty

«Chaque mois, nous soutenons l’accès de 2,3 millions de personnes à la nourriture», a déclaré Muhammad Zulqarnain Abbas, directeur national de Islamic Relief au Yémen.

Abbas a déclaré que de nombreuses familles au Yémen qui jeûnaient ne pouvaient pas avoir une nourriture adéquate au moment du Sahur, le repas avant l’aube avant le début du jeûne et l’Iftar, le repas du soir qui marque la fin du jeûne de la journée.

«Cela rend leur vie vraiment misérable», dit-il. «Et parfois, nous avons été témoins de nos propres yeux dans différents domaines lorsque nous sommes sur le terrain que les gens sont obligés de rompre leur jeûne le soir avec de l’eau simple et que l’eau n’est même pas propre.

Abbas a déclaré que la situation avec Covid-19 au Yémen est critique. «Si vous vous rendez au cimetière pour assister aux funérailles d’une personne, vous trouverez trois ou quatre autres corps qui viennent pour l’enterrement.

Fadi Itani, du Muslim Charities Forum, a décrit la crise au Yémen comme «un problème politique résultant de l’échec de la communauté internationale».

«Bien que les organismes de bienfaisance fassent un travail incroyable, leur intervention est comme un petit plâtre sur une blessure très profonde», a-t-il déclaré.