La police a déclaré que l’incendie avait laissé des milliers de Rohingyas sans abri après avoir détruit des parties de leur camp de réfugiés dans le sud-est du Bangladesh.

Al-Jazeera a rapporté que huit cent mille musulmans persécutés du Myanmar vivent dans un réseau de camps dans le district frontalier du Bangladesh de Cox’s Bazar. Une enquête des Nations Unies a conclu que la répression militaire de 2017 avait été commise avec une « intention génocidaire ».

Kamran Hossain, porte-parole du bataillon de la police armée, qui supervise la sécurité dans le camp, a déclaré que 1 200 maisons avaient été détruites dans l’incendie.

Plus de 5 000 personnes se sont retrouvées sans abri à la suite de l’incendie, qui a commencé au camp 16 et s’est propagé à travers des abris en bambou et en bâche, a-t-il déclaré.

L’AFP rapporte que l’incendie s’est déclaré à 16h40 et a été maîtrisé à 18h30.

Le responsable du gouvernement du Bangladesh, Muhammad Shamsud Douza, a déclaré que l’incendie avait été éteint par les secouristes. Aucune cause de l’incendie n’a été déterminée, a-t-il déclaré.

Les réfugiés rohingyas du Myanmar ont cherché refuge pendant des années en Malaisie, en Thaïlande et en Indonésie. En réponse aux appels d’organisations humanitaires, l’Indonésie a autorisé un bateau avec des réfugiés rohingyas bloqués au large de ses côtes le mois dernier à accoster après s’être échoué.

ARTICLES SIMILAIRES