HYDERABAD : Une clinique dirigée par des femmes musulmanes dans une ville a soigné 25 000 patients l’année dernière. Le programme a aidé les femmes pauvres à se sevrer. La clinique a épargné les pauvres charlatans et l’automédication.

Les femmes ont économisé un crore et demi de roupies en frais de consultation, en pilules et autres dépenses liées aux interventions chirurgicales.

Bien que la clinique Masjid Mohammed Mustafa à Rajendranagar s’adresse exclusivement aux patientes. Le personnel est entièrement composé de femmes : médecins, infirmières et ambulanciers. Environ 200 femmes visitent la clinique chaque jour.

À Rajendranagar Mandal, la clinique offre des soins médicaux et de santé aux femmes et aux filles vivant dans 30 bidonvilles.

Une analyse d’une enquête menée à la fin d’un an a révélé que 75 % des patients atteints de maladies chroniques évitaient les traitements inutiles, les achats de médecins et les charlatans.

Le soutien vient de SEED, une ONG aux États-Unis, et d’un NRI des États-Unis, qui gère la clinique (HHF). Il s’agissait de la première clinique du genre à introduire des programmes de santé uniques dans les communautés locales.

En plus des programmes de bien-être pour le grand public, il existe des programmes offrant des soins de santé à la communauté, tels que l’ophtalmologie et la dentisterie. 80 pour cent des femmes interrogées ont signalé une amélioration générale de leur santé.

De plus, les visites à la clinique ont considérablement diminué, passant de deux à trois par mois à presque rien.

Le lien entre les patients de longue durée et leurs familles s’est considérablement amélioré pour environ 20 % des patients atteints d’une maladie chronique.

L’étude a révélé que 48% des 1 248 femmes de plus de 30 ans ont subi un dépistage des MNT en raison de leur surpoids ou d’autres facteurs de risque, tels que les antécédents familiaux et le mode de vie. Cinquante-trois pour cent des femmes avaient un IMC de 25 ou plus, ce qui les place en obésité de grade 2.

Les femmes hypertendues et les diabétiques représentent 18 % de la population. Leur état de santé ne leur était pas connu.

ARTICLES SIMILAIRES