Lors d’une visite parrainée par un groupe soutenant Israël, des Américains d’origine pakistanaise ont rencontré le président Isaac Herzog en Israël.

La visite était parrainée par Charaka, qui relie Israël aux pays du Golfe. Cela vise à promouvoir les relations entre Israël et le Pakistan.

Sharaka a fait la déclaration suivante dans un tweet :

Aux États-Unis, les Pakistanais étaient représentés par Aneela Ali, une lobbyiste américano-pakistanaise. Des islamistes d’autres pays se sont joints au rassemblement, y compris des Pakistanais comme Ahmed Quraishi, qui travaille pour la société d’État PTV.

À l’avenir, il sera peut-être possible que des représentants de la société civile de divers pays rencontrent des délégations israéliennes afin de mettre en place des relations plus formelles entre elles.

Shireen Mazari, l’ancienne ministre pakistanaise des droits de l’homme, a tweeté en ourdou : « Je ne suis pas surprise de voir Ahmad Qureshi en Israël, car il travaille non seulement pour PTV mais entretient également des contacts avec des bureaux sensibles au sein du gouvernement. ».

« Depuis plus d’un an, il promeut un programme pro-israélien tout en critiquant la politique étrangère indépendante d’Imran Khan », a déclaré Shireen Mazari.

Il est clair que le gouvernement actuel est différent des précédents (Mian Shehbaz Sharif a pris la relève suite à un vote de défiance controversé apparemment organisé par les États-Unis), a ajouté Shireen Mazari.

Anila Ali avec le président israélien
AMMWEC/TWITTER

Imran Khan, l’ancien Premier ministre, a déclaré à plusieurs reprises que les États-Unis étaient responsables du renversement de son gouvernement. Selon lui, Israël et l’Inde étaient très heureux de sa disparition.

En novembre 2020, Khan a révélé dans une interview aux médias qu’il avait subi des pressions de la part de certains pays «amis» pour ouvrir des relations diplomatiques avec Tel-Aviv malgré ses assurances que le Pakistan ne reconnaîtrait pas Israël.

Beaucoup pensent que malgré son incapacité à identifier la source de la pression, qu’elle provienne de pays musulmans ou non musulmans, il a indirectement fait référence à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis (EAU). « Laisse ça [question] pour le moment. Beaucoup de choses ne peuvent pas être discutées en ce moment. Notre relation avec eux est bonne », a déclaré Khan.

Alors que la délégation pakistanaise est heureuse d’être en Israël, le monde entier fait un prétest contre Israël pour avoir tué la journaliste Shireen Abu Akleh.

Shehbaz Sharif, l’actuel Premier ministre du Pakistan, n’a pas encore commenté cette affaire.

ARTICLES SIMILAIRES