Les talibans ont suscité l’indignation cette semaine en annonçant que les femmes du nord de l’Afghanistan ne seraient plus autorisées à utiliser les bains publics.

L’utilisation de bains publics, ou hammams, est une tradition ancienne qui reste pour de nombreuses personnes la seule chance de se laver au chaud pendant les hivers très froids du pays.

Les femmes, qui utilisent régulièrement les bains publics pour le nettoyage et la purification rituels requis par la loi islamique, ont déclaré qu’il s’agissait d’un autre exemple du resserrement de l’emprise des talibans et de la violation de leurs droits fondamentaux. Ils craignent que l’interdiction ne soit étendue à d’autres régions du pays.

Lundi, Sardar Mohammad Heydari, de la branche provinciale du ministère des talibans pour la propagation de la vertu et la prévention du vice, a déclaré que les femmes seraient interdites d’accès aux bains publics dans les provinces de Balkh et Herat.

Cependant, un autre commandant taliban, qui a requis l’anonymat, a déclaré au Guardian qu’il ne soutenait pas la décision, ajoutant que les nouveaux dirigeants afghans devraient se concentrer sur des « luttes plus importantes ».

La prise de pouvoir des talibans en août a plongé l’Afghanistan dans une crise humanitaire. Des millions de personnes souffrent de la faim et la plupart n’ont pas les moyens d’acheter du bois de chauffage ou du charbon pour se chauffer pendant les mois les plus froids. La majorité des ménages n’ont pas d’accès direct à l’eau, mais dépendent plutôt de pompes publiques ou de camions-citernes.

L’ONU prédit que 97% des Afghans pourraient vivre en dessous du seuil de pauvreté d’ici le milieu de l’année. Même le prix d’entrée au hammam de 40 afghanis (environ 30 pence) est difficile à trouver, mais de nombreuses femmes se sont quand même démenées pour le faire.

Un homme assis se fait verser de l'eau sur lui pendant qu'un enfant se lave à proximité dans un bain public en Afghanistan
Un hammam à Hérat. L’approvisionnement en eau dans la région est médiocre et de nombreuses personnes utilisent le hammam pour se baigner. Photographie : Jalil Rezayee/EPA

Les femmes de la ville d’Herat, au nord-ouest, où seulement 39 % des quartiers ont un accès adéquat à l’eau et à l’assainissement, ont signalé que certains bains publics avaient déjà fermé.

Winuss Azizi, de l’organisation à but non lucratif Visions for Children en Afghanistan, a déclaré que la plupart des ménages à Herat et Mazar-i-Sharif n’avaient pas la capacité ou les installations nécessaires pour chauffer de grandes quantités d’eau.

« C’est pourquoi les gens comptent sur les hammams en hiver », a-t-elle dit, ajoutant : « L’islam exige le nettoyage religieux après les menstruations, l’accouchement et les rapports sexuels, pour lesquels beaucoup visitent les bains publics. J’ai régulièrement vu des femmes accomplir leurs rituels de prière de purification au hammam.

Lina Ebrahimi, 26 ans, qui vit à Herat, a déclaré : « Nous avons une petite maison sans espace pour une salle de bain complète avec eau chaude ; c’est pourquoi j’allais au hammam. D’autres familles peuvent n’avoir aucune installation de bain et dépendent entièrement des bains publics pour le nettoyage. Cette opportunité leur est maintenant prise.

Les femmes n’avaient pas le droit d’utiliser les hammams publics pendant le règne des talibans de 1996 à 2001. Beaucoup d’anciens bains publics ont été négligés pendant des années et n’ont été relancés qu’après l’invasion américaine de 2001.

Heather Barr, directrice associée des droits des femmes à Human Rights Watch, a déclaré qu’elle était « enragée » par « la cruauté de priver les femmes du seul soulagement du froid sans aucune raison ».

Elle a déclaré: «Ils semblent avoir l’intention de vouloir se mêler de tous les aspects de la vie des femmes. Nous avons entendu des avertissements de femmes afghanes dès le début, disant que la situation allait empirer. Aujourd’hui, nous voyons la preuve qu’ils avaient raison.

«Pourquoi pensent-ils à [stopping] les femmes vont au hammam quand les gens meurent de faim ? dit Barr.

Cette semaine, les talibans ont également ordonné aux commerçants de retirer la tête de tous les mannequins, les qualifiant de non islamiques.