Les autorités marocaines ont arrêté un militant ouïghour en exil en raison d’un mandat antiterroriste chinois distribué par Interpol, selon des informations de la police marocaine et d’un groupe de défense des droits qui traque les personnes détenues par la Chine.

Les militants craignent que Yidiresi Aishan ne soit extradé vers la Chine et affirment que l’arrestation est motivée par des considérations politiques dans le cadre d’une campagne chinoise plus large visant à traquer les dissidents présumés à l’extérieur de ses frontières.

La direction de la sécurité nationale du Maroc a déclaré mardi qu’un citoyen chinois avait été arrêté après avoir atterri à l’aéroport international Mohammed V de Casablanca le 20 juillet, à son arrivée d’Istanbul.

« [He] a fait l’objet d’une notice rouge émise par Interpol en raison de son appartenance présumée à une organisation figurant sur les listes d’organisations terroristes », a indiqué la direction.

La notice rouge – l’équivalent d’être sur la liste des personnes les plus recherchées d’Interpol – a été publiée à la demande de la Chine, qui demandait son extradition, a indiqué la direction, ajoutant que les autorités marocaines ont informé Interpol et les autorités chinoises de l’arrestation, et les autorités chinoises citoyen a été déféré aux procureurs dans l’attente de la procédure d’extradition.

La police marocaine n’a pas nommé publiquement l’homme arrêté, mais l’organisation non gouvernementale Safeguard Defenders l’a identifié comme étant Aishan. Le groupe est spécialisé dans les cas de personnes détenues par la Chine.

Aishan, un ingénieur informaticien de 33 ans et père de trois enfants, est basé en Turquie depuis 2012, où il a travaillé en tant que concepteur de sites Web et activiste et a des papiers de résidence, selon son ami et collègue Abduweli Ayup. Aishan a travaillé sur un journal en ligne de la diaspora ouïghoure et a aidé d’autres militants à sensibiliser les médias et à recueillir des témoignages d’abus dans la province chinoise du Xinjiang.

Après des arrestations répétées en Turquie, Aishan a quitté Istanbul pour Casablanca dans la soirée du 19 juillet, a déclaré Ayup. Aishan a appelé sa femme samedi et lui a dit qu’il était en train d’être expulsé, selon Ayup, qui est en contact avec la famille d’Aishan.

Interpol et l’ambassade de Chine au Maroc n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires sur l’arrestation. Les charges exactes retenues contre lui n’étaient pas claires.

Le Maroc a ratifié un traité d’extradition avec la Chine en 2017, parmi plusieurs traités de ce type que la Chine a conclus ces dernières années.

La Chine a décrit son verrouillage généralisé d’un million ou plus d’Ouïghours et d’autres minorités en grande partie musulmanes comme une « guerre contre le terrorisme » après les coups de couteau et les bombardements par un petit nombre d’extrémistes Ouïghours originaires du Xinjiang. Les chercheurs affirment que de nombreuses personnes innocentes ont été détenues pour des raisons telles qu’aller à l’étranger ou assister à des rassemblements religieux.

Safeguard Defenders a appelé les ambassadeurs marocains à Washington et à Bruxelles à ne pas extrader Aishan. Il n’était « pas rare » que les autorités chinoises obtiennent des notices rouges d’Interpol pour les Ouïghours et autres dissidents à l’étranger, a déclaré Peter Dahlin de Safeguard Defenders.

Dans un cas similaire, un adolescent chinois qui dit être un résident permanent américain a été arrêté à Dubaï, aux Émirats arabes unis, en avril alors qu’il était en transfert pour un vol. Les autorités chinoises avaient recherché Wang Jingyu, un étudiant de 19 ans, pour ses commentaires en ligne sur les affrontements frontaliers meurtriers entre les forces chinoises et indiennes l’année dernière. Le département d’État américain a qualifié cela de préoccupation pour les droits de l’homme. Wang a été libéré en mai et lui et sa fiancée ont fui aux Pays-Bas.